Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 22 Mai 2018

  •   Nabil Mansouri
  • mardi 15 mai 2018 15:48

Algérie: "Il faut que le marché des énergies renouvelables se mette en place rapidement" (Boukhalfa Yaici)

 

Boukhalfa Yaici s’est déclaré favorable à la mise en place de petites centrales d’énergie solaire avec de faibles productions.

« Il faut que le marché des énergies renouvelables se mette en place rapidement », a déclaré Boukhalfa Yaici, président du cluster Energie solaire, lors de son passage à l’émission « Invité du direct » de Radio M.

Pour M. Yaici, Il ne faut pas attendre encore des années avant de mettre en place le marché des énergies renouvelables, du moment que le choix est fait d’aller vers l’utilisation des produits locaux spécifiques à ce marché. Il s’est appuyé, dans ses propos, sur les dernières déclarations du ministre de l’Energie qui a estimé qu’il était nécessaire que « la production d’énergie renouvelable soit adossée sur une industrie locale». Il a souligné qu’il s’agissait d’un « signal réconfortant pour les industriels locaux ».

L’intégration doit être une condition contractuelle, selon le président du cluster. « Même du côté de la CREG (Commission de régulation de l’électricité et le gaz), les modulations concernant les coûts du kilowattheure qui seront proposés vont être en rapport avec les capacités locales des projets », a-t-il expliqué.

Par ailleurs, Yaici s’est déclaré favorable à la mise en place de petites centrales d’énergie solaire avec de faibles productions, afin de créer une dynamique dans le secteur. « il est facile de maîtriser la construction d’une centrale de 5 MW que celles de 50 ou de 100 MW », a-t-il expliqué en ajoutant que ceci va permettre aux investisseurs locaux de se mettre dans le bain et d’être capables de se développer et d’avoir des prétentions à l’export d’ici deux à trois années.

Evoquant la capacité du cluster en matière de production d’énergie solaire, l’invité de Radio M a fait savoir que cette entité, qui regroupe des industriels, des bureaux d’étude et des sociétés de services, détient aujourd’hui une capacité de production de 190 MW. « Avec l’arrivée prochaine de trois autres industriels, ont devrait atteindre un potentiel de production de 510 MW d’ici la fin de l’année en cours », a-t-il annoncé.

Il a rappelé que le Cluster Energie solaire est une entité créée à l’initiative d’industriels locaux dans l’objectif de se positionner dans le domaine des énergies renouvelables et de contribuer à son développement.

 

 


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Pétrole: L'Opep surveille de près la production vénézuélienne

  Les stocks des pays de l’OCDE ont chuté en mars pour n'être plus que neuf millions de barils au-dessus de leur moyenne quinquennale.

"La relation Etat-entreprises est un vrai problème en Algérie"-Slim Othmani-(Audio)

    « Je suis administrateur d’une entreprise privée dont je suis actionnaire. Cette entreprise passe son temps à se battre contre la discrimination entre le public et le privé que pratique l’Etat ».

Monétiser la data, la nouvelle priorité du moment, selon Hadj Khelil

  « Actuellement, il n’y pas une activité humaine qui ne génère pas de la donnée et la donnée à une valeur monétique. Notre travail est de fabriquer de la valeur à partir de cette donnée », a déclaré Hadj Khelil, fondateur de la Startup Big-Mama en France, lors de son passage dans  l’émission « L’invité du direct » sur Radio M. La question à...