Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 19 Juin 2018

  •   Boualem Alami
  • dimanche 12 novembre 2017 17:08

Industrie automobile: Après le Maroc, Peugeot s'installe officiellement en Algérie

Les premiers véhicules de la marque au Lion seront fabriqués à partir de l’année prochaine. Il s’agit de la C-Elysée et la 301.

 

 

Finalement, le constructeur automobile français Peugeot va s'installer en Algérie. L'annonce a été faite ce dimanche 12 novembre à la faveur de la tenue de la 4eme session du Comefa. Après le Maroc, PSA va produire des voitures à Oran, dans l'ouest du pays.

''L’usine Peugeot, qui sera installée à Oran, fabriquera son premier véhicule l’année prochaine. La capacité totale de cette usine sera de 75.000 unités/an à terme'', a souligné M. Quémard en marge de la signature du protocole d’accord portant sur la création de la société PCPA.

Il s’agit d’un investissement de l’ordre de 100 millions d’euros, selon la même source, qui a précisé que le capital de la société est réparti selon la règle 51/49%. Soit 20% pour l’entreprise nationale de production de machines-outils ''Algérie-PMO Constantine'', 15,5%pour le groupe privé Condor (électronique et électroménager), 15,5% pour un opérateur pharmaceutique algérien (Palpa Pro), pour la partie algérienne, alors que PSA détiendra les 49% pour la partie française.

Une académie PSA en perspective

Pour le taux d'intégration, M. Quémard a expliqué qu’il sera, à terme, de 40%, le contrat prévoyant également la création d’une académie PSA en Algérie, permettant de former la main d’œuvre algérienne. Cette académie va développer les compétences dans le domaine de l’assemblage et de la construction des véhicules au profit de PCPA.

Les équipementiers de Peugeot, qui s’implanteront également en Algérie, développeront d’autres partenariats avec des opérateurs algériens pour créer un tissu industriel et aller et delà des 40% du taux d’intégration.

Selon le même responsable, Peugeot va produire seulement deux modèles sur le marché algérien: la C-Elysée et la 301. L’usine, qui sera implantée à Oran, devrait créer dans une première phase 1.000 emplois directs.

Le retard mis dans la mise en place de ce projet serait inhérent, selon le même responsable, à des changements dans le cahier des charges. D’autres sources parlent d’exigences de PSA, dont des avantages fiscaux difficiles à accorder par les autorités algériennes.

A Kénitra, un investissement de 557 millions d’euros

Notons que  PSA s'est déjà installé au Maroc, à Kenitra plus exactement où il devrait produire dès 2019 près de 90.000 véhicules par et 200.000 unités par an à terme, toujours selon M. Quémard, qui supervise également ce projet.

Avec 4500 emplois directs, l'accord entre l'Etat marocain et le constructeur automobile français a été signé au palais royal de Rabat le 19 juin 2015. Cet accord, le second après celui conclu avec l'autre géant français de l'automobile Renault, installé dans la free zone de Tanger (nord), prévoit en fait la construction d’une usine pour l’assemblage, dès 2019, de moteurs et de véhicules des segments B et C couvrant les besoins de la région et des clients marocains.  L’investissement global de l’usine de Kénitra s’élève à 557 millions d’euros.

Le projet de Kenitra va en réalité s'imbriquer et compléter le dispositif industriel du groupe existant au Nigeria, et celui en cours de négociation en Iran avec cet objectif de réaliser l’ambition commerciale de 1 million de véhicules  sur la région Afrique/Moyen-Orient à l’horizon 2025.

Le groupe français PSA, qui a déjà une usine d’assemblage à Casablanca, se pose dorénavant comme le second grand constructeur de voitures, avec Renault, au Maroc après le départ définitif de l’italien Fiat, qui était associé à la Société marocaine de construction automobile (Somaca), reprise en 2004 par la marque au losange.


Évaluer cet élément
(8 Votes)

Laissez un commentaire



5 Commentaires

  • اسمع امسهل فين راه المغرب الحمد لله هما يقلب علينا للإستثمار وانتما ترغب فيهم وتبكي عليهم باش يدير ليكم الخاطر tu as vue la différence entre la diplomatie marocaine et celle du clochards.

    Rapporter Essaqal lundi 13 novembre 2017 22:03
  • Entre les 200 000 véhicules du Maroc et les squelettiques ( à l'image du cerveau des dirigeants algériens ) 75 000 véhicules de l'Algérie , y a pas photo . Les Peugeot marocaines sont destinés pour l'export celles algériennes pour le marché local . L'Usine marocaine est partie pour durer . L'algérienne avec ses faibles capacités ne peut survivre pour cause de non rentabilité . Encore une autre bourde économique des responsables de la mal gouvernance de l'Algérie

    Rapporter Genzeric lundi 13 novembre 2017 22:02
  • À la seule différence avec le Maroc, est que l'Algérie à su imposer son principe cartésien du 51/49.

    Rapporter Hellali lundi 13 novembre 2017 18:54
  • Après avoir insisté pour la réouverture des frontières algero-marocaines afin de refiler à l'Algérie ses voitures fabriquées au Maroc, cette France néo-colonialiste vient de comprendre qu'elle risque de perdre ce créneau porteur qu'est l'industrie automobile au profit des Allemands, des Italiens, des Chinois et des Coréens du Sud qui sont embusqués au tournant d'où son abdication (la France) envers l'Algérie en attendant son abdication sur le dossier de colonisation du Sahara occidental.

    Rapporter Bennani lundi 13 novembre 2017 18:48
  • encore une arnaque ,applaudissons !!

    Rapporter zoo lundi 13 novembre 2017 15:50
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie: La décision de la BCT d’augmenter son taux directeur inquiète les patrons

  Le vrai remède réside, selon la CONECT, dans l’accélération de la mise en œuvre des réformes stratégiques.

Algérie: GICA prépare de nouvelles opérations d’exportation en 2018

  Le groupe Gica a procédé, en mai dernier, à l'exportation de 45.0000 tonnes de clinker, dans le cadre d'un contrat portant sur une quantité globale de 200.000 tonnes. 

Algérie: "La solution de la planche à billets a été appliquée de façon excessive" (Nour Meddahi)

  L’économiste signale que le FMI vient de publier un document où il est précisé que finalement le déficit de 2017 a été de 8,8% au lieu des 5,6 prévus.