Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 28 Mai 2017

  •   Algérie Presse Service
  • lundi 28 novembre 2016 16:32

Algérie - En recul ou en stagnation, le secteur industriel en manque de personnel d’encadrement et de maîtrise

 La rareté des personnels d'encadrement et de maîtrise, un grand problème (DR)

En baisse dans le secteur public, en stagnation dans le privé au cours du 2ème trimestre 2016, l’activité industrielle reste durablement marquée par la faible qualification des personnels et la difficulté à recruter des personnel d’encadrement et de maîtrise devenus rares.

 

 L'activité industrielle a enregistré une baisse dans le secteur public et une stagnation dans le secteur privé au deuxième trimestre 2016, a appris l'APS auprès de l'Office national des statistiques (ONS).

Près de 67% du potentiel de production du secteur public et près de 56% de celui du privé ont utilisé leurs capacités de production à moins de 75%, indique l'ONS sur la base d'une enquête menée auprès de 514 entreprises composées de 250 sociétés publiques et 264 privées.

Concernant le niveau d'approvisionnement en matières premières, il a été inférieur à la demande exprimée, selon près de 60% des entreprises publiques, alors qu'il a correspondu à la demande, selon plus de 57% des entreprises privées.

 Ceci a engendré des ruptures de stocks à près de 43% pour les entreprises publiques, et près de 26% pour le privé, causant des arrêts de travail allant jusqu'à 29 jours pour la plupart des concernés du secteur privé et à plus de 30 jours pour près de 32% de ceux du public, selon l'ONS.

 En outre, près de 18% des enquêtés du secteur public et plus de 44% de ceux du privé ont connu des pannes d'électricité, causant des arrêts de travail allant jusqu'à 12 jours pour près de 32% des premiers et inférieur à 6 jours pour la plupart des seconds. Par ailleurs, l'approvisionnement en eau a été suffisant, selon la majorité des enquêtés du secteur public, et selon 85% de ceux du privé au deuxième trimestre 2016.

 D'autre part, malgré la hausse des prix de vente, la demande en produits fabriqués localement a connu une augmentation sur la même période, selon l'opinion des industriels des deux secteurs confondus.

 En effet, 68% des chefs d'entreprises du secteur public et plus de 34% de celles du privé n'ont pas satisfait toutes les commandes reçues. Aussi, plus de 16% des industriels du secteur public et plus de 15% de ceux du privé déclarent avoir rencontré des problèmes de transport des marchandises.

 

Un niveau de qualification du personnel "insuffisant" 

  

Avec cette hausse du volume des commandes, les effectifs ont poursuivi leur tendance haussière, selon les chefs d'entreprises du secteur privé, alors qu'ils se sont stabilisés, selon ceux du secteur public. Mais près de 54% des chefs d'entreprises du secteur public et plus de 48% de ceux du privé jugent le niveau de qualification du personnel "insuffisant".

 De surcroît, plus de 25% des patrons publics et près de 40% de ceux du privé affirment avoir trouvé des difficultés à en recruter, notamment le personnel d'encadrement et de maîtrise. Et en raison des conflits sociaux, plus de 5% du potentiel de production du secteur privé ont connu des ruptures de travail dépassant 12 jours, selon l'enquête de l'ONS.

 Côté finances, 77% des chefs d'entreprises du secteur public et 80% du secteur privé touchés par l'enquête ont jugé plutôt "bon" l'état de leur trésorerie. Toutefois, les charges élevées, l'allongement des délais de recouvrement des créances et la rigidité des prix continuent d'influer sur l'état de la trésorerie.

 Ainsi, près de 46% du potentiel de production du secteur public et près de 31% de celui du privé ont recouru à des crédits bancaires sachant que près de 90% des premiers et plus de 77% des seconds n'ont pas trouvé de difficultés à contracter ces prêts.

 Par ailleurs, en raison de la vétusté et de sur-utilisation des équipements, plus de 54% du potentiel de production du secteur public et plus de 44% de celui du privé ont connu des pannes engendrant des arrêts de travail allant jusqu'à 13 jours pour la majorité des concernés.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Hassen Khelifati " Des faillites ne sont plus à exclure dans le secteur des assurances "

Sondage

Le ministre du commerce algérien parle d’une réduction de 15 milliards de dollars des importations en 2017.

Vous approuvez cet objectif car il permettra d’effacer le déficit commercial ? - 28.8%
Vous considérez que c’est un objectif non raisonnable car il va créer de la pénurie et de la récession ? - 28.8%
Vous pensez que le vrai objectif du gouvernement est de maintenir coute que coute les réserves de change au-dessus de 100 milliards de dollars ? - 33.4%

Total votes: 860

Vidéos

Succession:Benyelles espère que Gaïd Salah aura la "sagesse de laisser les urnes décider"

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie-Limogeage du nouveau ministre du Tourisme, Amara Benyounès sur la sellette

Cela sonne comme une plaisanterie de mauvais goût. Le président de la république, Abdelaziz Bouteflika a limogé, 48 heures après l'avoir officiellement nommé, le ministre du Tourisme, Messaoud Benganoun, un illustre inconnu, qui n’a jamais eu une fiche de paie.

Algérie- Vers l’annulation du Salon automobile d’Alger faute de licences d’importation

Les concessionnaires automobiles sont actuellement dans l’impossibilité de prendre part au Salon international de l’automobile d’Alger du fait des retards dans l'attribution des licences d’importation au titre de l'année 2017, a indiqué à l'APS un responsable à l’Association des constructeurs concessionnaires automobiles (ACC2A).

Le CPP revendique un nouveau Tebboune tous les mercredis (audio-vidéo)

Le président Bouteflika a fait une faveur au CPP en opérant un changement de premier ministre un mercredi, jour du talk politique de RadioM.