Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 23 Mai 2018

  •   Ahmed Gasmia
  • mercredi 1 mars 2017 09:24

L’évaluation des politiques publiques, un métier qui fait défaut en Algérie – Abderrahmane Slimani (APROMECE)

 

 

Le président de L'Association pour la promotion des métiers de la consultance en entreprise (APROMECE), Abderrahmane Slimani a soutenu, au micro de Radio M, que l’Algérie avait besoin de développer l’activité d’évaluateurs de politiques publiques.

 

L’évaluation de la politique publique qui est un vrai « métier », fait aujourd’hui défaut en Algérie, selon M. Slimani qui signale que cette tâche doit être confiée à des spécialistes neutres et non à des cadres relevant d’institutions publiques.

 « Si les décideurs qui ont mis en place une politique en font eux-mêmes l’évaluation, il y a, dans ce cas,  quelque chose qui ne va pas », assure M. Slimani qui s’étonne que l’Algérie soit encore en retard dans ce domaine. « De nombreux pays africains ont développé le métier d’évaluation de politiques publiques, alors qu’ils n’ont pas l’importance qu’a notre pays », déplore-t-il.

 En outre, le président de l’APROMECE attire l’attention sur le fait que l’évaluation des politiques publiques ne concerne pas uniquement l’efficacité des programmes mis à exécution, puisqu’elle confère également, à l’évaluateur, le statut d’intermédiaire entre les opérateurs économiques et les pouvoirs publics.

 

 

Il est question, précise-t-il, de transmettre les préoccupations des PME aux autorités afin que celles-ci puissent ajuster leurs politiques en fonction de la réalité du terrain. Il rappelle, précisément, que l’association qu’il préside a transmis au ministère de l’Industrie et des mines un rapport d’évaluation sur le programme national de mise à niveau des PME, mais qu’aucune réponse n’a été donnée à l’association.

 M. Slimani estime, par ailleurs, que la loi relative à la PME de 2017 définit plus clairement les objectifs que celle de 2001, en dépit de l’existence de certaines « redondances ».

 A ce propos, il exhorte les pouvoirs publics à développer davantage les PME au lieu des grandes entreprises, affirmant que ce sont les PME qui garantiront le développement du pays. Des efforts devraient également être déployés pour encourager le développement du métier de consultant en Algérie qui a pour charge d’accompagner les entreprises dans leur développement.

 L’APROMECE créée en 2012, organise les 15 et 16 avril prochain, le Salon national algérien du consulting (Snac) afin de communiquer autour du métier de consultant, un métier encore mal connu en Algérie.

 

 

 

 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Média : Les réalisateurs étrangers à la rescousse de la production publicitaire en Algérie

Ce mois sacré de Ramadhan, qui fait monter la fièvre publicitaire et affoler les annonceurs, est devenu désormais le mois de surconsommation par excellence. Des dizaines de spots publicitaires défilent sans cesse à longueur de journée, tentant par tous les moyens de séduire le grand public.

Les défis de la logistique de distribution (contribution)

  La gestion de la chaîne logistique de distribution permet de mettre en œuvre l’ensemble des éléments contribuant à la distribution des produits. Le flux et les stocks, les retours, l’emballage, les équipements, les services de transport, de manutention, les systèmes d’informations…Ce concept relativement standard de la supplychain est en train d’évoluer. Son champ d’intervention s’élargit de plus en plus et...

"Les banques algériennes ont une capacité limitée en matière de prise de risque" (expert)

  Pour l’expert la mentalité figure parmi les obstacles face au changement dans le domaine bancaire.