Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 16 Octobre 2017

  •   Par Ahmed Gasmia
  • mercredi 1 mars 2017 20:04

"Les auto-entrepreneurs absorbent la moitié de la production de ciment de LafargeHolcim Algérie"- Serge Dubois (audio-vidéo)

Serge Dubois, directeur des relations publiques chez LafargeHolcim Algérie/ Ph: Ahmed Sahara

LafargeHolcim Algérie s’attend à une croissance de la demande sur le ciment de 3 à 4%  pendant encore 20 ans.

 

L’auto-construction pourrait prendre le relais en cas de baisse de la commande publique de ciment en Algérie, a assuré mercredi sur Radio M, Serge Dubois, directeur des relations publiques chez  LafargeHolcim Algérie.

Les auto-entrepreneurs absorbent actuellement la moitié de la production de ciment de LafargeHolcim Algérie, soit un total de 4,5 millions de tonnes par an, selon M. Dubois. « En Algérie, la demande publique ne représente pas toute la demande. Nous avons la chance d’avoir le segment des auto-entrepreneurs », assure-t-il.

Ces auto-entrepreneurs sont principalement des particuliers qui construisent leurs propres maisons et dont la demande en ciment et en matériaux de construction  est particulièrement importante. « L’Algérie est un grand chantier où les projets de construction sont très nombreux et vous n’avez qu’à voyager à travers le pays pour le constater », se réjouit le représentant de LafargeHolcim Algérie. D’après lui, l’Algérie est un pays où la demande sur les matériaux de construction et notamment le ciment continuera à croître en dépit du ralentissement enregistré au cours de l’année 2016.

Un marché encore résilient

Durant l’année dernière, justement, la demande a reculé de 4%. Un taux négligeable aux yeux de Serge Dubois qui écarte l’hypothèse d’un « retournement de marché », estimant que le taux de 4% était trop bas. « L’Algérie a consommé en 2016, un total de 26 millions de tonnes de ciment. Un taux de 4% représente une quantité d’un  million de tonnes, seulement », explique-t-il. «Le marché algérien est extrêmement robuste, il est encore résilient et je ne pense pas qu’il puisse être en situation de rupture», poursuit-il. 

Pour lui, le marché du ciment a encore un bel avenir devant lui en raison des nombreux projets encore à réaliser par l’Algérie. « Nous pensons (chez LafargeHolcim Algérie) qu’en Algérie la demande sur les matériaux de construction se poursuivra pendant encore vingt ans avec une croissance annuelle de 3 à 4% », dira-t-il.

Vidéo :

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

L’image "négative" de l’entreprise au sein de l’opinion publique fait mal à l’Algérie-Taïeb Hafsi

Sondage

Ahmed Ouyahia est de retour à la tête du gouvernement dans un contexte de crise des finances publiques

vous vous attendez à ce qu'il se contente de gérer l'austérité ? - 17.4%
vous pensez qu'il est capable d'aller plus loin et d'engager une modernisation de l'économie ? - 13.4%
Vous pensez qu'il sera pris de vitesse par la dégradation de la situation ? - 61%

Total votes: 1325

Vidéos

TSA, Boudjedra, Boukrouh, Nekkaz, le CPP défend l’expression puis descend dans l’arène

A ne pas manquer

Prev Next

La Chine veut acquérir directement 5% de Saudi Aramco

"Une série d'options pour l'entrée en Bourse de Saudi Aramco continuent de faire l'objet d'un examen attentif", a dit un porte-parole de la compagnie pétrolière.

Affaire Air-Algérie-SMI International : Mohamed Salah Boultif réagit

 M. Boultif attire l’attention sur le fait que le groupe canadien de travaux publics ait eu des démêlés avec la justice de son pays.

Les normes industrielles algériennes reconnues à l’étranger

Si un laboratoire accrédité par ALGERAC donne un certificat à une entreprise quelconque ses produits sont susceptibles d’être exportés en Europe sans subir un nouveau contrôle à la frontière.