Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 23 Mai 2018

  •   Ahmed Bounour
  • mercredi 3 mai 2017 11:35

Algérie - Abdelhamid Madani gérant de l'hôtel Hidhab de Sétif raconte ses déboires (Audio-Vidéo)

 

L’Etat veut dé-privatiser l’hôtel El Hidhab Sétif cédé par l'EGT Est (entreprise de gestion touristique) à l’entreprise privée Sofafe en 2006 en raison d’un retard de paiement, a dénoncé, lundi sur Radio M, Abdelhamid Madani, gérant de l’hôtel.

 

 

Le gérant de l’hôtel n’a pas hésité à parler d’un « coup monté visant à déposséder la société Sofafe de l’hôtel afin de le céder, par la suite, à un autre investisseur privé ».  Abdelhamid Madani admet que la société Sofafe n’ait pas payé la totalité de la somme convenue à l’EGT EST dans un délai de cinq ans, comme prévu, mais assure-t-il, ce retard n’implique pas la dé-privatisation de l’hôtel.

 «Nous avions cinq ans pour verser tout le montant de la valeur de l’hôtel. Nous avons payé les 30%, soit 2,5 millions d’euros. L’EGT Est a engagé, alors, une première action en justice (…) Elle pouvait nous trainer en justice pour demander le paiement du reste du montant mais pas l’expulsion. L’EGT Est a directement opté pour l’expulsion. Je pense que les gens de cette entreprise n’ont jamais accepté la privatisation de l’hôtel », a-t-il expliqué, même s’il dit croire que l’hôtel sera attribué à un autre investisseur privé.

"En situation d'équilibre"

 M. Madani ajoute que jusqu’à aujourd’hui, la société Sofafe a payé 70% de la valeur de l’hôtel, soit vingt milliards de centimes. Le gérant de l’hôtel EL Hidhan demande la mise sur pied d’une commission d’évaluation pour un rapport sur l’état de l’hôtel qui, selon lui, a connu une véritable métamorphose depuis sa prise en main par l’entreprise Sofafe.  

 «Nous sommes aujourd’hui en situation d’équilibre financier au niveau de l’hôtel. Nous avons 20 à25 chambres destinées à couvrir les salaires, les déclarations fiscales et les cotisations des travailleurs qui représentent quatre millions de dinars par mois au minimum. J’ai dû mettre à l’arrêt 28 employés (sur les 73 hérités après l’opération de privatisation), car il s’agissait de retraités qui exerçaient encore », indique M. Madani qui précise que « beaucoup de charges ont été réduites ».

 Sur un autre plan, il dit avoir sollicité l’intervention du Premier ministre, Abdelmalek Sellal puis celle du président du Forum des chefs d’entreprise (FCE), Ali Haddad, mais leurs promesses sont restées sans suite.  En revanche, le gérant de l’hôtel El Hidhab accuse clairement le ministre du Tourisme, Abdelouahab Nouri d’être été à l’origine de ses déboires depuis le début des années 2000, époque à laquelle le ministre était wali de Sétif.

"Quel est l'intérêt de l'Etat à récupérer "un hôtel pour le donner à des mangeurs de viande" a-t-il déclaré. "Pourquoi ne pas aller à la récupération des souk-el-Fellah, des pharmacies, des briqueteries" s'est-il indigné.

 

 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Média : Les réalisateurs étrangers à la rescousse de la production publicitaire en Algérie

Ce mois sacré de Ramadhan, qui fait monter la fièvre publicitaire et affoler les annonceurs, est devenu désormais le mois de surconsommation par excellence. Des dizaines de spots publicitaires défilent sans cesse à longueur de journée, tentant par tous les moyens de séduire le grand public.

Les défis de la logistique de distribution (contribution)

  La gestion de la chaîne logistique de distribution permet de mettre en œuvre l’ensemble des éléments contribuant à la distribution des produits. Le flux et les stocks, les retours, l’emballage, les équipements, les services de transport, de manutention, les systèmes d’informations…Ce concept relativement standard de la supplychain est en train d’évoluer. Son champ d’intervention s’élargit de plus en plus et...

"Les banques algériennes ont une capacité limitée en matière de prise de risque" (expert)

  Pour l’expert la mentalité figure parmi les obstacles face au changement dans le domaine bancaire.