Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 11 Décembre 2017

  •   Ahmed Gasmia
  • jeudi 25 mai 2017 18:11

Algérie : Une étude sur les préoccupations des opérateurs va être soumise à la Présidence - Samy Boukaila (Audio)

 

 

Une  étude sur préoccupations des opérateurs économiques algériens réalisée par le Cercle d’action et de réflexion  autour de l’entreprise (Care) avec l’appui  du Centre international de l’entreprise privée (CIEP), relevant de la Chambre de commerce américaine, va être soumise à la présidence de la République et au gouvernement, a annoncé, jeudi sur Radio M, Samy Boukaila, membre du Care.

 

 

 

 Cette étude lancée à la fin de l’année 2015,  entre dans le cadre des actions menées par le Ciep au niveau international pour la mise en place de ce qui a été convenu d’appeler l’Agenda national des affaires propre à chaque pays, explique M. Boukaila.

Concrètement, les initiateurs de cette étude ont approché quelque 250 chefs d’entreprise, représentants d’associations et organisations patronales, à travers l’ensemble du territoire national pour leur poser quatre questions.

Boukaila a détaillé les questions posées aux chefs d’entreprise : "Quels sont les problèmes quotidiens auxquels vous êtes confrontés ? Qu’est-ce qui empêche le développement de votre entreprise ? Quels sont les principaux obstacles que vous rencontrez dans la création d’entreprise ? Quels sont les réformes indispensables à l’amélioration du climat des affaires ?"

L’objectif recherché à travers cette démarche est de cerner les difficultés vécues par les opérateurs économiques quel que soit le secteur dans lequel ils évoluent et les régions où ils se trouvent et, de créer un dialogue avec les pouvoirs publics.

Pour le représentant du Care, "le nouveau modèle de croissance économique du pays implique un nouveau modèle de concertation et c’est pour cela que le document que nous présentons a pour slogan "De la revendication à la collaboration".

Selon l’invité de Radio M, les réponses données par les chefs d’entreprise impliquent le déploiement des efforts sur cinq axes : "la gouvernance et l’action de l’Etat, la compétitivité des entreprises, le financement de l’économie et des entreprises, la fiscalité et le capital humain".


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP remet la visite de Macron à l’endroit et la Fetwa de Trump à l’envers

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

L'échéance 2019 ne nous détournera pas de la construction de la citoyenneté en Algérie

A ne pas manquer

Prev Next

Le marché de la téléphonie n’a pas été affecté par le contingentement des importations-Said Benmesbah (audio-vidéo)

Les représentants des marques de téléphonie mobile Algérie se sont très vite adaptés au nouveau contexte du marché qui impose le régime des quotas à l’importation, en s'orientant vers l'assemblage local.

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh (audio-vidéo)

Actuellement, les transactions de la finance islamique ne sont rentables ni pour les banques ni pour les citoyens, estime Hachemi Siagh, expert en finance internationale.

Kamal Kheffache (économiste):"L’Algérie manque de réactivité pour s’adapter aux exigences de la mondialisation"

Dans cette interview, l’économiste Kamal Kheffache considère que l’Algérie ne s’est pas adaptée aux exigences de la mondialisation » et que, en se fermant, elle ralentit « le développement économique ».