Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 11 Décembre 2017

  •   Ahmed Gasmia
  • mercredi 31 mai 2017 15:13

"L’Algérie reste une destination pour investir "- Patrice Reveille (DG ALD Automotive)-Audio - vidéo

 Patrice Reveille-DG ALD Automotive Algérie (Ph Ahmed Belghit)

ALD Automotive Algérie a fait une très bonne année 2016 a indiqué son DG Patrick Reveille dans l'émission "l'invité du direct" de RadioM. Selon lui, malgré la crise, l'Algérie reste, en raison de son "potentiel" une "destination pour investir".

 

"Il y a encore beaucoup de choses à faire et concernant les choses qui ont été faites, il y a encore une marge importante de croissance", a déclaré, mercredi sur Radio M, Patrice Reveille, directeur général de ALD Automotive Algérie, une filiale de Société Générale, spécialisée dans la location de voiture longue durée.

M. Reveille qui constate une raréfaction des financements en Algérie depuis cinq ans se réjouit, toutefois, de "l’amélioration des procédures administratives et des infrastructures". "Ce qui fait de l’Algérie un pays où il faut investir c’est son potentiel, de manière générale, mais surtout dans le domaine qui le concerne, a-t-il ajouté.

La location de voiture de longue durée destinée aux entreprises en est encore à ses débuts, ce qui signifie que le marché est encore largement vierge, d’après lui. Actuellement leader dans son domaine en Algérie, ALD Automotive Algérie dispose d’une flotte de 3600 véhicules et pèse 2,5 milliards de dinars de chiffres d’affaires. Elle a pour priorité de convaincre les entreprises algériennes d’aller vers la location de véhicules.

Une "très bonne année 2016"

 Un choix plutôt inhabituel pour les opérateurs algériens qui ont toujours préféré acheter les véhicules qui forment leurs flottes.  "Lorsqu’un client potentiel fait son calcul, il peut penser que le fait de louer une voiture lui revient plus cher, à long terme. Nous lui expliquons justement qu’il doit inclure dans ses calculs d’autres frais tels que le contrôle technique, l’assurance, la maintenance et le remplacement de son véhicule en cas de panne. S’il prend en charge ces frais, tout seul, la valeur de la voiture sera une fois et demi supérieure au prix d’achat initial", explique l’invité de Radio M.

M Reveille  qui relève que le marché de la location a souffert durant certaines périodes des années 2016  et 2017 de la rareté des véhicules à louer, s’est dit confiant en l’avenir en raison de l’ouverture d’usines de montage de véhicules en Algérie. L’année 2016, a-t-il souligné, a été "une très bonne année" pour l’entreprise qui a enregistré "17% de croissance en volume et 10% de croissance en termes de résultats financiers".


Extrait vidéo :

 

 


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP remet la visite de Macron à l’endroit et la Fetwa de Trump à l’envers

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

L'échéance 2019 ne nous détournera pas de la construction de la citoyenneté en Algérie

A ne pas manquer

Prev Next

Le marché de la téléphonie n’a pas été affecté par le contingentement des importations-Said Benmesbah (audio-vidéo)

Les représentants des marques de téléphonie mobile Algérie se sont très vite adaptés au nouveau contexte du marché qui impose le régime des quotas à l’importation, en s'orientant vers l'assemblage local.

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh (audio-vidéo)

Actuellement, les transactions de la finance islamique ne sont rentables ni pour les banques ni pour les citoyens, estime Hachemi Siagh, expert en finance internationale.

Kamal Kheffache (économiste):"L’Algérie manque de réactivité pour s’adapter aux exigences de la mondialisation"

Dans cette interview, l’économiste Kamal Kheffache considère que l’Algérie ne s’est pas adaptée aux exigences de la mondialisation » et que, en se fermant, elle ralentit « le développement économique ».