Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 25 Juillet 2017

  •   Amar Ingrachen
  • dimanche 16 juillet 2017 17:16

Des mises en demeures en cascade pour les projets ETRHB : Haddad dans de sales draps

Le Groupe ETRHB Haddad qui bénéficiait jusque-là des largesses du Gouvernement et dont le patron, Ali Haddad, régentait en véritable maitre  le monde des affaires, est désormais dans de sales draps.

 

Le groupe ETRHB a reçu aujourd’hui, par le biais de la presse, trois mises en demeure du ministère des Travaux publics, publiés dans les quotidiens L’expression, Ennahar, et El Moudjahid.

Ces mises en demeure concernent trois projets: la réalisation de la rocade côtière entre Marsa Ben Mhidi et Ghazaouet qui a bénéficié d’une enveloppe de 451 millions de DA. Le dédoublement de la route reliant l’échangeur de Bouira à la ville de Sour El Ghozlane sur 23 km lot N° 03 qui a bénéficié d’une enveloppe de 388 millions de DA et le dédoublement de la route reliant l’échangeur de Bouira à la ville de Sour El Ghozlane sur 23 km et qui concerne le lot N°2 qui a bénéficié d’une enveloppe de 536 millions de DA. Dans ces mises en demeure, il est accordé au groupe titulaire des marchés en question un délai de 60 jours pour relancer les travaux arrêtés sans motifs valable, renforcer le chantier en moyens humains et matériels, approvisionner le chantier en matériaux de construction et surtout respecter les engagements contractuels.  « Passé ce délai, le maître de l’ouvrage  se réserve le droit de prendre les mesures coercitives prévus par la réglementation en vigueur notamment la résiliation aux torts exclusifs du titulaire du marché, » est-il écrit dans les documents.

Ces mises en demeures, pour banales qu’elles puissent paraitre, n’en demeurent pas moins des signes d’une rupture consommée entre le Président du FCE, réputé proche du cercle présidentiel, et le Gouvernement. Cette « rupture » est d’autant plus éminente qu’elle intervient après « une révocation » d’Ali Haddad par Abdelmadjid Tebboune d’une cérémonie officielle tenue à l’École supérieure de la sécurité sociale, et quelques mois seulement après un bras de fer  spectaculaire entre l’ex-Premier Ministre Abdelmalek Sellal et « le patron des patrons » lors du Forum Africain d’Investissements organisé par le FCE et qui, pour rappel, a été sanctionné par un échec cuisant.

 


Évaluer cet élément
(11 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

3 Commentaires

  • Ben voilà, une nouvelle fois les supposés proches du pouvoir sont l'objet de leur rejet tel des kleenex.

    On pensait que ces pontes étaient à l'abri de toute manœuvre, on voit qu'ils ne sont que des individus dont on se sert et qu'on jette après.

    Ce Haddad supposé proche du cercle présidentiel et bien plus du frangin de fakhamatouhoum se voit rejeté tel un malpropre, sans ménagement.

    Est-ce à dire que le cercle présidentiel est en conflit avec le gouvernement ?

    Les voies du palais sont impénétrables pour nous éclairer sur ces révocations, limogeages et autres mises à la retraite.

    Les citoyens regardent les pontes s'entretuer pour les places si près de la table dont les victuailles sont de plus en plus restreintes.

    Ou peut-être que le pouvoir veut mettre à la diète les oligarques qui doivent aussi subir l'austérité.

    Rapporter Vangelis lundi 17 juillet 2017 10:38
  • vive teboune ce monsieur doit se rendre compte qu'il est devant un état fort donc il doit mettre les pieds sur terre il le limoger du fce c'est la meilleure solution comme ca il sentira sa douleur

    Rapporter kam lundi 17 juillet 2017 02:54
  • Il faut savoir quitter la table...tant qu'il est encore temps!
    On passe d'un régime hypercalorique ( merci le pétrole à 100$US!) à un régime végétarien à base de garnina.(cardes sauvages).
    Les rouspéteurs, habitués aux plats royaux, au service VIP et tutti quanti , seront automatiquement priés de s'en aller..paître ailleurs.
    Edawla (État) n'a plus les moyens de nourrir le troupeau vivant "au frais de la princesse" et remplissant leurs sacs noirs, une fois le banquet terminé... sans penser aux pauvres cuisiniers et autres personnels de service. qui espéraient les miettes.
    Surprise, "ils" découvrent que les "inégalités de revenus sont devenues criardes" et..."intolérables" !!!
    Alilou H. et consorts, les Krapitalistes - capitalistes-pourris- "made in bladi" seront-ils sacrifiés pour donner un signal au peuple (pôvre) que l'heure de la remise en ordre, de la fin des subventions non ciblées, bref, du takachouf enta3 essa7 (vraie austérité ) également répartie a, enfin, sonnée?

    Rapporter LAHLOU lundi 17 juillet 2017 00:51
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

L’ambassadeur italien à Alger a évoqué sur Radio M le procès Saipem et l’investissement de Cevital en Italie

Sondage

Ahmed Ouyahia a appelé le gouvernement Tebboune à privatiser les entreprises publiques en difficultés. Vous pensez que cette mesure est :

Risquée car elle va encore renforcer les amis du clan présidentiel dans le monde des affaires - 34.4%
Nécessaire car les recapitalisations des entreprises publiques défaillantes par le trésor coutent trop chères à la collectivité - 39.2%
Impossible à réaliser car le gouvernement Tebboune n’a pas l’autorité morale pour l’engager si tel devenait son but - 18.3%

Total votes: 999

Vidéos

Le CPP part en vacances avec le routard du 5e mandat

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie : Le Snateg écrit à Tebboune et parle de corruption à la Sonelgaz

  La direction de la Sonelgaz est accusée par le Snateg de violation des droits des travailleurs et d’entrave à l’activité syndicale.

Un conseil interministériel sur les exportations alimentaires utilisant des intrants subventionnés

Des incohérences  caractérisant le fonctionnement de certaines filières dont les produits sont éligibles à l'exportation ont été identifiées.

« Les attaques contre Haddad relèvent du show médiatique » (Belkacem Boukhrouf)

    Pour l'économiste, Belkacem Boukhrouf  « la gabegie comme la corruption sont dans les institutions, les lois et les usages politiques de l’Algérie ». D’où la nécessité, estime-t-il, de poser la question de savoir « qui a permis à Ali Haddad d’avoir toutes ses ramifications ».