Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 17 Décembre 2017

  •   Amar Ingrachen
  • lundi 25 septembre 2017 14:29

Algérie: Ali Haddad (FCE) revient à la charge sur le droit des privés de créer et de gérer des parcs industriels

 

Le patron du Forum des chefs d’entreprises (FCE) a relancé ce lundi 25 septembre 2017  une ancienne revendication : le droit des privés à créer et à gérer des parcs industriels dans le cadre d’un régime de concession... pouvant évoluer vers la cession.

 

 Le FCE, qui plaide depuis des années pour l’octroi par l’Etat de terrains au privé national pour y implanter des zones industrielles et des zones d’activités, est revenu à la charge.

 

 

 

 Dans une tribune publiée sur sa page Facebook, Ali Haddad a en effet appelé le gouvernement d’Ahmed Ouyahia à « accorder au secteur privé la possibilité de créer, d’aménager et de gérer, dans le cadre du système de concession, des parcs industriels le long de l’autoroute Est-Ouest ».

 C’est une «solution pour laquelle plaide le FCE depuis des années » rappelle-t-il dans sa tribune reprise également sur la page Facebook de l’organisation patronale qui est, dit-il, disposée « à engager sa responsabilité pour la création de sociétés privées en vue de la réalisation d’un tel projet. »

 De la concession à la cession

 Selon lui, « parallèlement à la poursuite du programme étatique d’implantation de nouvelles zones industrielles, le secteur privé peut contribuer à la résorption de la pénurie en foncier industriel par le lancement d’un premier programme pilote portant sur dix (10) parcs industriels, de 3000 ha minimum soit au total 30 000 ha, à aménager et gérer selon un cahier des charges préalablement établi en concertation entre les services gouvernementaux et les représentations patronales. »

Ali Haddad souhaite par ailleurs que « système de concession dans sa formule actuelle puisse évoluer vers un système permettant la cession, mais seulement après la réalisation et la mise en exploitation du projet. »

Pour rappel, face aux difficultés d’accès au au foncier industriel, l’ancien ministre de l’Industrie et des Mines, Abdesslam Bouchouareb, à introduit, dans le code d’investissement qu’il a préparé, une disposition permettant au privé national d’aménager et de gérer des zones d’activités et des zones industrielles. Mais la disposition, selon l’ancien ministre, avait été vidée de sa substance par l’ajout d’une condition.

  «Quand j’ai élaboré le Code d’Investissement, j’ai introduit un article permettant aux privés d’être des aménageurs de zones industrielles et d’exploiter à cet effet le foncier alloué à l’industrie. Et alors que j’étais en déplacement à l’étranger, on a jouté la phrase suivante : le foncier dont ils sont propriétaires », avait déclaré Abdesslam Bouchouareb, le 04 octobre 2016, lors de l’université d’été du FCE qui s’est tenue à Constantine.

 

 

 

 


Évaluer cet élément
(4 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP se déchire sur Algériens et Palestiniens par temps de « Chedda »

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

"LA TUNISIE DANS LA LISTE DES PARADIS FISCAUX, UN CLASSEMENT QUI EMBARRASSE TOUT LE MONDE".

A ne pas manquer

Prev Next

Polémique sur la promotion de Tamazight : Lotfi DK appelle à l’arrêt des hostilités sur Facebook

 La polémique qui fait rage sur les réseaux sociaux sur le refus des députés de la majorité une proposition d’amendement du projet de loi de finances pour l’année 2018 portant sur la promotion de la langue amazighe a fait réagir le chanteur engagé du Rap Lotfi DK.

Le taux de chômage en Algérie devrait atteindre 13,2 % en 2018 (étude)

  Une étude sur les défis de la démographie au Maghreb relève un décalage entre le capital humain et les besoins du marché de l'emploi, malgré les importants investissements consentis dans l'enseignement supérieur.

57 % des Algériens ont une opinion positive sur l’Union européenne (sondage)

Plus de 60%  des personnes sondées pensent que l'UE devrait en faire plus sur les questions liées aux droits de l'homme, près de 70% sur le commerce et près de 60% des personnes interrogées attendent davantage dans le domaine de la migration et de l'éducation.