Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 25 Février 2018

  •   Amar Ingrachen
  • dimanche 15 octobre 2017 11:20

Le Groupe Hasnaoui va lancer en novembre une unité de production de marbre et de granit à Tamenraset

 

Le GSH  a plusieurs projets  d’investissement en cours de réalisation. Pour le PDG du Groupe, c’est aux privés de prendre le relais d’un Etat incapable de financer les projets de développement.

 

Le PDG du Groupe des sociétés Hasnaoui (GSH), Brahim Hasnaoui, a déclaré samedi à Oran, lors de la présentation du livre Hasnaoui : une entreprise citoyenne fait par le professeur Taieb Hafsi et la chercheuse Naima Cherchem, que «  l’Etat algérien est incapable de financer des projets de développement » et que c’est aux groupes privés de prendre le relais. Et dans, la foulée,  il a annoncé une série de projets en cours dont une méga usine à Tamenrasset, la première en Algérie, de marbre et de granit d’une capacité d’extraction de 3000 m2  avec des prévisions d’atteindre 10 000 m2 au courant de l’année 2018. « Notre groupe va lancer une usine de marbre et de granit qui va entrer en production en novembre prochain. Cette usine va répondre, d’une part, à nos besoin propres  et, d’autres part, aux besoins du marché », a-t-il indiqué en rappelant que son groupe dispose pour l’heure « d’une vingtaine de filiales activant dans le secteur du bâtiment ».

M. Hasnaoui a également annoncé la mise ne place d’une usine de fabrication de carreaux de plâtre, d’une unité  de lutte biologique pour développer et moderniser l’agriculture algérienne ainsi que d’un système de protection contre les évaporations des eaux de pluies qui pénalisent l’agriculture.  Mais le GSH n’est pas présent que dans l’investissement productifs et « les affaires ». Entreprise citoyenne par excellence, elle est en phase, après avoir créé la Fondation Hasnaoui pour le Développement,  d’installer le Conseil Local Economique et Social dans la wilaya de Sidi Belabbes, une sorte d’association dont les objectifs, a-t-il expliqué, «  sont l’identification des projets de développement finançables par le privé et la prise en charge des aspects liées à la culture, au loisir et  à l’environnement dans la wilaya s de Sidi-Belabbas pour éviter que la jeunesse algérienne ne bascule dans les extrémismes religieux  ou la délinquance ».

« Une rationalité économique de fer »

Interrogé sur la fragilisation du Groupe que peut entrainer une dispersion de ses moyens sur plusieurs branches, Brahim Hasnaoui a fait savoir que ses entreprises fonctionnent selon une rationalité économique de fer. « Nous avons certes créé ces entreprises sous la contraintepuisque, très souvent, les matériaux de construction ne sont pas disponibles ou sont de mauvaises qualité. Toutefois, nous avons créé des entreprises pour évoluer dans un marché et répondre à ses besoins. Ces entreprises fonctionnent très bien pour le moment. Si elles n’étaient pas rentables, on les aurait fermées », a-t-il précisé.

Parlant par ailleurs du défi manageriel principal auquel est confronté le GSH, M. Hasnaoui a fait savoir que « 70% des sociétés familiales n’atteignent pas la deuxième génération » et que « le défi du GSH est de se pérenniser ». Mais d’ores et déjà, les Hasnaoui affichent leur optimisme puisque la transition générationnelle qui passe par l’incubation est déjà à la deuxième phase et s’effectue dans les meilleures conditions. 


Évaluer cet élément
(5 Votes)

Laissez un commentaire



3 Commentaires

  • Ce que je trouve génial dans le projet d'exploitation du granite et marbre du Hoggar c'est qu'il intègre une logique économique imparable:
    - la matière première existe en abondance dans le Hoggar
    - Il y a des milliers de semi-remorques qui transportent des marchandises du nord vers le sud et qui reviennent vides. D'ou l'idée de les utiliser dans le sens sud vers le nord. Aucune entreprise nationale n'y avait pensé jusqu'a présent !

    Rapporter Kahoui mardi 17 octobre 2017 03:50
  • Voilà une entreprise qui a vécu de la commande publique civile et militaire qui capitalise et se développe. Les patrons ne sont pas restés dans les limites de la villa à achever et les voitures à acheter pour éblouir le voisinage. De véritables capitalistes qui font le bonheur de milliers de familles. Bravo.

    Rapporter Tripode dimanche 15 octobre 2017 21:16
  • Ils ont de la chance de pouvoir , tout simplement, travailler contrairement à d'autres .

    Rapporter TheDoc dimanche 15 octobre 2017 20:44
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP divisé sur la formule qui transforme la contestation sociale en nouvelle situation politique

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

2017 a été marquée par la répression des ahmadites et des migrants (directrice d’Amnesty Algérie, sur Radio M)

A ne pas manquer

Prev Next

Souhil Meddah:"Le système fiscal algérien n’assure aucun équilibre macroéconomique à moyen et à long termes"

Le problème du régime fiscal algérien est  dans la forme et le schéma de répartition ou de collecte de ses ressources ainsi que dans la capacité des services fiscaux à pouvoir identifier les niches cachées existantes, explique l’expert financier Souhil Meddah.

Au nom de la sécurité des investissements, les véhicules assemblés en Algérie coûtent plus cher

« Le marché local est protégé par les pouvoirs publics et les constructeurs n’ont pas le droit d’augmenter les prix que dans la proportion des augmentations des coûts », selon le Conseiller au cabinet du ministre de l’industrie et des mines.

Algérie- L'inflation moyenne annuelle a atteint 5,2% jusqu'à janvier 2018

  En termes de variation mensuelle et par catégorie de produits, les prix des biens alimentaires ont connu une baisse de 0,9% en janvier 2018 comparativement à ceux de décembre 2017.