Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 23 Mai 2018

  •   Amar Ingrachen
  • dimanche 12 novembre 2017 16:01

Fermenta, une usine de levure qui couvrira 60% des besoins du marché algérien

Le Groupe Saida va ouvrir la première usine de levure en Algérie en 2018. Cette usine va produire dans un premier temps 40 000 tonnes/an.

 

Le groupe familial Saida qui fabrique et commercialise la fameuse eau éponyme va ouvrir, en 2018, une méga-usine de fabrication de levure boulangère  dans la zone industrielle de Hadjout. C’est une filiale de ce groupe, Sarl Fermenta, qui le fera.  « L’usine de levure est d’une capacité de production de 40 000 tonnes extensibles à 60 000 tonnes par an. Notre production va couvrir environs 60% des besoins du marché national », » nous a indiqué Samir Yaici, PDG du Groupe, qui affirme que « ce projet s’inscrit dans la droite ligne de la politique du Gouvernement qui vise à encourager la production locale afin des réduire les importations ». Toutefois, les parts potentielles à prendre dans le marché local ne détourne pas l’attention du Groupe Saida sur la nécessité d’exporter. Bien au contraire.  « Nous n’allons peut-être pas exporter dès la première année, mais l’exportation est une perspective hautement stratégique pour nous. C’est une même une obligation, un gage de qualité. On gagnera  beaucoup à raisonner en termes de balance des paiements. Idéalement, il faut au moins financer les intrants importés qu’on utilise, » explique Samir Yaici.

« Un projet de 70 millions d’euros »

« La levure qui est utilisée en Algérie est à 100% importée. Il est temps que les Algériens s’intéressent à leur marché, produisent et exploitent à bon escient les opportunités qui s’offrent à eux », a par ailleurs souligne M. Yaici. C’est dans  cette optique que la décision de mettre en place l’usine Fermenta que le Groupe Saida va ouvrir officiellement en 2018, a été prise.  Cette usine s’étend sur  3.5 hectares  avec 20 000 M²  de bâti et sa réalisation a coûté, selon M. Yaici, « 70 millions d’euros ». « Le coût du projet est de 70 millions d’euros. Nous l’avons financé à 30% environs avec nos fonds propres et le reste avec des concours bancaires » a précisé M. Yaici. « Ce projet structurant va permettre de couvrir 60% des besoins du marché algériens en levures, créera 200 postes d’emplois directs, des profils hautement qualifiés et fortement spécialisés, »  ajoute-t-il.


Évaluer cet élément
(6 Votes)

Laissez un commentaire



2 Commentaires

  • il y avait en Algerie deux usines de levure l'une à Oiued Smar et l'autre à Bouchegouf près de Guelma.Elles étaient gérées plutot délaissées par la SNSempac puis par les ERIAD;De jeunes biologisteq algériens (nes) y travaillaient et partaient de la production en laboratoire de souches microscopiques pour aboutir en usine à la production industrielle de la levure.Que sont devenues ces deux usines et ces jeunes biologistes?
    L'usine de Oued Smar ou de très lourds investissements avaient ét effectués pour ltraitement des effluents et la modernisation des équipement pour augmenter les quantités de levures sèches très demandées par les boulangers au lieu de la levure fraiche ,auraient été privatisées et vendues à un producteur français qui se serait empressé de fermer l'usine et s'était accaparé le marché local.

    Rapporter amrani dimanche 12 novembre 2017 23:39
  • Plus le prix du baril de pétrole baissera et plus l'Algérie sera condamnée à s'industrialiser pour entrer enfin dans la modernité et évoluer.à tous les étages.
    N'oublions pas la célèbre leçon du père Karl Marx: l'infrastructure économique détermine en dernière instance la superstructure ( culture, droits, arts, religions).
    Tant que nous serons un pays de tribus accrochées aux mamelles de la tribu dominante c'est à dire l'Etat nous serons des losers.

    Rapporter LHomme de Méchta-Afalou dimanche 12 novembre 2017 19:00
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Les défis de la logistique de distribution (contribution)

  La gestion de la chaîne logistique de distribution permet de mettre en œuvre l’ensemble des éléments contribuant à la distribution des produits. Le flux et les stocks, les retours, l’emballage, les équipements, les services de transport, de manutention, les systèmes d’informations…Ce concept relativement standard de la supplychain est en train d’évoluer. Son champ d’intervention s’élargit de plus en plus et...

"Les banques algériennes ont une capacité limitée en matière de prise de risque" (expert)

  Pour l’expert la mentalité figure parmi les obstacles face au changement dans le domaine bancaire.

Algérie: 60 % des énergies renouvelables devraient être dirigés vers le secteur agricole

  Les petits agriculteurs constituent la catégorie ayant le plus besoin de l’énergie solaire pour assurer l’irrigation des terres.