Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 22 Mai 2018

  •   Amar Ingrachen
  • vendredi 30 mars 2018 14:40

Le Groupe Hasnaoui veut révolutionner l’agriculture algérienne

Le GSH qui produit des plants de toutes les cultures pratiquées en Algérie, développe les machinismes agricoles et accompagne techniquement les agriculteurs et produira des engrais, des fertilisants, des acides et des bio-stimulant dès 2019.

 

Le Pôle Agriculture du groupe Hasanoui, tout comme le Pôle Construction, repose sur une stratégie qui consiste à offrir des solutions globales, qui couvrent tous les besoins de la filière. Ce pôle porte  en effet sur trois sociétés : la Société de Développement agricole (SODEA), orientée vers la production de biomasse micro-algale, la Société de Production de plants maraîchers (SPPM), spécialisée dans les études et installations de systèmes d’irrigations, traitement et filtration des eaux domestiques, industrielles et agricoles et Partisano Biotech Algérie (PBA), une société spécialisée dans la production de la biomasse micro-algues de valeur énergétique et nutritionnelle élevée l’artémia salina. « Un gramme de micro-algues est l’équivalent de 5800 calories. Ces produits sont utilisés dans la production de compléments alimentaires de haute valeur calorifique et nutritionnelle et de tourteaux pour l’aliment de bétail, pour l’aquaculture. Mais il est aussi utilisé dans le cosmétique, l’industrie pharmaceutique, etc.». Le Pôle Agricole s’occupe aussi de la mise en place des machinismes agricoles, de la commercialisation du matériel agricole sophistiqués, et de l’assistance technique.

« Offrir une solution globale aux agriculteurs »

L’investissement du Pôle Agricole du GSH qui va entrer en production à partir de l’année prochaine, c’est la production d’engrais, d‘acides, de bio-stimulants et de fertilisants. «  A partir de l’année prochaine, nous allons commencer à produire des engrais liquides, des acides, des bio-stimulants et de fertilisants dès l’année prochaine. Cette décision d’aller vers fabrication de ces produits s’inscrit dans notre volonté d’offrir une solution globale aux agriculteur avec une garantie d’efficacité certaine », nous a indiqué Ali Hasnaoui. S’agissant de la nature de l’investissement, M. Hasanoui a dit que les capitaux sont à 100% algériens et que le Groupe a fait un partenariat technologique avec des étrangers, mais il s’agit de prestation de services, d’achat de savoir-faire et non d’association. Il  a par ailleurs fait savoir que ce nouvel investissement est d’un montant de 6 millions d’euros. « Notre objectif est d’offrir une solution aux agriculteurs, depuis l’étude et l’analyse du sol pour déterminer les variétés  conformes, en passant par les fournitures des plants, les techniques y afférentes, jusqu’au système d’irrigation et aux traitements et fertilisations. Il faut que l’Algérie sorte de la conception traditionnelle de l’agriculture. L’agriculture est une science qui ne tolère aucune erreur. Plus votre démarche est scientifiquement rigoureuse, mieux ça marche, » a assuré Ali Hasnaoui.

« 5 millions de plants maraichers et 4 millions de plants arboricoles par an »

« Le Pôle Agriculture du Groupe Hasnaoui a été créé il y a plus de 20 ans. On a développé le goutte à goutte. En 2000, on a créé la pépinière arboricole qui produit 4 millions de plants par an. On a créé également la pépinière maraichère qui produit aujourd’hui 5 millions de plants par an. Ces deux pépinières permettent de faire gagner beaucoup de temps aux agricultures, et d’avoir un produit de qualité, avec moins de dépense puisque les plants produits dans nos pépinières résistent mieux aux maladies’ » nous a affirmé Ali Hasnaoui en soulignant que le taux de réussite des plants est de 99%. M. Hansnaoui a également expliqué que pour les plants maraichers, ils peuvent être produits entre 20 et 50 jours et pour les plants arboricoles entre 6 et 12 mois en précisant que le Pôle Agriculture du Groupe Hasnaoui produit les plants de toutes les cultures pratiquées en Algérie. Ali Hasnaoui a par ailleurs indiqué que le Groupe a fait deux champs témoins : 150 hectares d’oliviers et 50 hectares de poirier avec, en projet, 500 hectares d’autres arbres fruitiers, dans l’objectif d’encourager les agriculteurs à recourir aux techniques modernes.


Évaluer cet élément
(15 Votes)

Laissez un commentaire



2 Commentaires

  • Bon soir
    J une petite terre ( 1 hectare)
    Au sud de Belabbes, à Telagh
    Si vous pouvez m'aider avec des oliviers pour que je commence

    Bravo à vous activités et vos efforts donné à la société .
    Bon continuation

    Rapporter Alliaoui Abdelkader lundi 2 avril 2018 16:53
  • nous avons 150 hect nous cherchons partenaires

    Rapporter Bey Boumezrag dimanche 1 avril 2018 17:35
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Pétrole: L'Opep surveille de près la production vénézuélienne

  Les stocks des pays de l’OCDE ont chuté en mars pour n'être plus que neuf millions de barils au-dessus de leur moyenne quinquennale.

"La relation Etat-entreprises est un vrai problème en Algérie"-Slim Othmani-(Audio)

    « Je suis administrateur d’une entreprise privée dont je suis actionnaire. Cette entreprise passe son temps à se battre contre la discrimination entre le public et le privé que pratique l’Etat ».

Monétiser la data, la nouvelle priorité du moment, selon Hadj Khelil

  « Actuellement, il n’y pas une activité humaine qui ne génère pas de la donnée et la donnée à une valeur monétique. Notre travail est de fabriquer de la valeur à partir de cette donnée », a déclaré Hadj Khelil, fondateur de la Startup Big-Mama en France, lors de son passage dans  l’émission « L’invité du direct » sur Radio M. La question à...