Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 20 Avril 2018

Maghreb Emergent

Maghreb Emergent

URL du site internet:

Le ministre de l'Economie et des Finances, M. Moctar Ould Diay et la Directrice des Opérations de la Banque mondiale ont conjointement signé jeudi à Washington, un don de 20 millions de dollars américains, soit l’équivalent de 700 millions MRU, destinés au financement du projet d'appui à l’exploitation du gaz en Mauritanie.
Ce don permettra également de développer et d’exploiter le puits Tortue Ahmeyin Gretar ainsi qu’à soutenir et créer les capacités institutionnelles du personnel technique, afin de renforcer les capacités du gouvernement mauritanien en matière de négociations et de gestion du secteur gazier et des hydrocarbures, en plus de l’amélioration des résultats du développement de ce secteur de l'économie mauritanienne.

AMI

Le secrétaire général de l’Union Générale Tunisienne du Travail (UGTT), Nouredine Taboubi a déclaré, vendredi, que “le gouvernement se sert du dossier de l’enseignement secondaire pour dissimuler son échec”, ajoutant qu'”‘il est le seul responsable de la conjoncture actuelle que connait le pays”.
S’exprimant lors du 8e congrès de l’union régionale de Tozeur, Taboubi a fait savoir que la crise du secteur de l’enseignement secondaire sera l’objet de la réunion de la commission administrative nationale qui se tiendra dans les heures à venir, dénonçant le fait que le gouvernement ait accusé la centrale de vouloir décréter une année blanche”.
“L’UGTT est attachée à la sécurité du pays et poursuivra son soutien aux revendications du secteur de l’enseignement secondaire”, a-t-il ajouté.
S’agissant des dossiers en suspens tels que celui des travailleurs des chantiers ou ceux relatifs aux mécanismes de l’emploi et des fichés par la police, le responsable syndical a souligné que le gouvernement adopte la politique d’atermoiement face au traitement de ces dossiers.
“Les dossier des majorations salariales et des pensions de retraités tardent encore à être réglés”, a-t-il ajouté, estimant que cela met en question la crédibilité des négociations.
La centrale syndicale reste ouverte aux réformes dans tous les secteurs afin de préserver la pérennité des institutions publiques, leur compétitivité et leurs contributions au budget de l’Etat, a-t-il insisté.

TAP

Les moyens de renforcer la coopération dans les domaines de la pêche et de l'aquaculture ont été au centre de discussions, jeudi à Rabat, entre la secrétaire d'Etat marocaine chargée de la Pêche maritime Mbarka Bouaida et l'ambassadeur de Chine au Maroc Li Li, indique vendredi un communiqué du ministère de l'Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et Forêts.
Dans ce sens, ils ont souligné l'importance de promouvoir le capital humain qui représente un pilier fondamental du développement global et durable auquel aspirent les deux pays, note le communiqué.
Lors de cette entrevue, les deux parties se sont félicitées de l'excellence des relations entre la République populaire de Chine et le Royaume du Maroc, couronnées en 2016 par l'établissement d'un partenariat stratégique sino-marocain et par la conclusion d'un mémorandum d'entente sur l'initiative "la Ceinture et la Route".
A cette occasion, Mme Bouaida a rappelé l'importance de la stratégie nationale "Halieutis" en faveur du secteur de la pêche, dont l'aquaculture constitue un pilier de son axe durabilité. Elle a mis en exergue les potentialités énormes qu'offrent les côtes marocaines pour le développement de cette activité, tout en soulignant l'expérience millénaire de la Chine en la matière et l'opportunité pour les opérateurs chinois d'investir au Maroc.

Xinhua

Donald Trump a critiqué vendredi la décision des Etats membres de l'Opep d'orienter à la hausse les prix du pétrole, affirmant que cette hausse artificielle ne serait pas acceptée.
"On dirait que l'Opep recommence. Avec des volumes record de pétrole partout, y compris dans les navires chargés à plein en mer, les prix du pétrole sont artificiellement très hauts. Pas bon et ce ne sera pas accepté", écrit le président américain dans un message sur Twitter.
Après l'effondrement du prix du baril en 2015, l'Organisation des pays exportateurs de pétrole et d'autres producteurs, Russie en tête, ont mis en oeuvre en 2017 un accord d'encadrement de la production qui a permis aux cours de regagner 40% en un an.
Le marché avait gagné près de 3% mercredi en réaction à l'annonce d'une baisse des stocks américains et après des informations de Reuters selon lesquelles l'Arabie saoudite serait ravie de voir les prix du baril remonter jusqu'à 80 voire 100 dollars.

Reuters

Quatre-vingt quatre (84) investisseurs ont été déchus de leur droit de concession de foncier industriel au niveau de la wilaya de Médéa, dans le cadre de l’opération d’assainissement engagée depuis huit mois a révélé mercredi, le wali de Médéa.
Cette mesure de déchéance a concerné "les investisseurs défaillants, dont les projets n’ont pas démarré, après l’expiration de la durée légale de trois années", a indiqué le chef de l’exécutif, Mohamed Bouchema, lors d’une rencontre avec des investisseurs, expliquant que cette décision intervient après plusieurs mises en demeures et sursis supplémentaires accordés aux intéressés.
"L’annulation des arrêtés de concession, délivrés précédemment à ces investisseurs, est motivée par le souci des autorités d’assainir définitivement ce dossier et d’impulser une nouvelle dynamique à l’investissement productif dans la région", a-t-il signalé.
M.Bouchema a indiqué que la totalité des 594 projets agrées, au cours des dix dernières années, passeront au "peigne fin", afin d’éviter de bloquer des parcelles susceptibles de servir à l’implantation de projets d’investissement "sérieux et fiables", révélant qu’à peine dix projets ont été menés à terme et sont entrées en phase d’exploitation.
Le chef de l’exécutif a annoncé, par ailleurs, la relance prochaine des travaux d’aménagement et de viabilisation du parc industriel de Ksar-el-Boukhari, sud de Médéa, qui s’étend sur une superficie de 200 hectares.
Une rencontre avec l’aménageur de ce site, en l’occurrence l’entreprise égyptienne Arab Contractors, est programmée pour les "tous prochains jours", dans le perspective de l’accueil des nombreuses demandes d’investisseurs déposées au niveau de la wilaya, a-t-il signalé.

APS

L’UNESCO et le Centre des Nations Unies pour la lutte contre le terrorisme (UNCCT) lanceront un projet sur la "Prévention de l'extrémisme violent par l'autonomisation des jeunes en Tunisie, en Jordanie, en Libye et au Maroc".
D’une durée de deux ans, ce projet sera lancé lors d’un événement organisé au siège de l’UNESCO, le 24 avril.
Au cours de cet événement, la Directrice générale de l’UNESCO, Audrey Azoulay, et le Secrétaire général adjoint du Centre des Nations Unies pour la lutte contre le terrorisme, Vladimir Voronkov, débattront des solutions proposées par les Nations Unies et l’UNESCO pour répondre à l’extrémisme violent avec deux jeunes acteurs du changement de la région arabe, Souli Aslam (Tunisie) et Hajer Sharief (Libye).
Six jeunes de la région qui ont été touchés par l’extrémisme violent témoigneront également pendant cet événement.
Ce nouveau projet apportera son soutien à des initiatives menées sur le terrain par des jeunes dans les domaines de l’éducation, des sciences, de la culture et des médias pour prévenir l’extrémisme violent.
Des organisations de jeunesse, des acteurs du monde de l'éducation et des professionnels des médias seront mobilisés autour d’un ensemble d’activités telles que des dialogues interculturels à destination des jeunes, des formations sur la couverture médiatique des conflits ou encore des laboratoires destinés à développer la pensée critique.
Depuis 2016, un jeune (15-29 ans) sur quatre a été touché d'une manière ou d'une autre par la violence ou un conflit armé.
Les jeunes, qui représentent près de 1,2 milliard de la population mondiale, font régulièrement la preuve de leur capacité de résilience malgré les difficultés qu’ils rencontrent. Pourtant, certains se laissent séduire par les solutions globalisantes des groupes prônant l’extrémisme violent.
Le projet, cofinancé par le Canada, est un effort collectif visant à impliquer les jeunes dans la lutte contre l'extrémisme violent, un problème qui affecte de manière disproportionnée les jeunes en Tunisie, en Jordanie, en Libye et au Maroc.

TAP

L’UNESCO et le Centre des Nations Unies pour la lutte contre le terrorisme (UNCCT) lanceront un projet sur la "Prévention de l'extrémisme violent par l'autonomisation des jeunes en Tunisie, en Jordanie, en Libye et au Maroc".
D’une durée de deux ans, ce projet sera lancé lors d’un événement organisé au siège de l’UNESCO, le 24 avril.
Au cours de cet événement, la Directrice générale de l’UNESCO, Audrey Azoulay, et le Secrétaire général adjoint du Centre des Nations Unies pour la lutte contre le terrorisme, Vladimir Voronkov, débattront des solutions proposées par les Nations Unies et l’UNESCO pour répondre à l’extrémisme violent avec deux jeunes acteurs du changement de la région arabe, Souli Aslam (Tunisie) et Hajer Sharief (Libye).
Six jeunes de la région qui ont été touchés par l’extrémisme violent témoigneront également pendant cet événement.
Ce nouveau projet apportera son soutien à des initiatives menées sur le terrain par des jeunes dans les domaines de l’éducation, des sciences, de la culture et des médias pour prévenir l’extrémisme violent.
Des organisations de jeunesse, des acteurs du monde de l'éducation et des professionnels des médias seront mobilisés autour d’un ensemble d’activités telles que des dialogues interculturels à destination des jeunes, des formations sur la couverture médiatique des conflits ou encore des laboratoires destinés à développer la pensée critique.
Depuis 2016, un jeune (15-29 ans) sur quatre a été touché d'une manière ou d'une autre par la violence ou un conflit armé.
Les jeunes, qui représentent près de 1,2 milliard de la population mondiale, font régulièrement la preuve de leur capacité de résilience malgré les difficultés qu’ils rencontrent. Pourtant, certains se laissent séduire par les solutions globalisantes des groupes prônant l’extrémisme violent.
Le projet, cofinancé par le Canada, est un effort collectif visant à impliquer les jeunes dans la lutte contre l'extrémisme violent, un problème qui affecte de manière disproportionnée les jeunes en Tunisie, en Jordanie, en Libye et au Maroc.

TAP

Le Conseil de gouvernement, réuni jeudi à Rabat sous la présidence du Chef du gouvernement, Saâd Eddine El Othmani, a approuvé le projet de décret n°2.18.77 portant création, aménagement et gestion des zones pastorales, et ce dans le cadre de la mise en place des dispositions de la loi n°113.13 relative à la transhumance pastorale, la gestion et l’aménagement des espaces pastoraux.
Présenté par le ministre de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, ce projet vise à fixer les conditions et modalités de la création des zones pastorales sur la base d’une étude effectuée au préalable à cet effet, à octroyer une aide financière au gouvernement pour réaliser les infrastructures.

MAP

Des rebelles présents dans l'enclave entourant le camp de réfugiés de Yarmouk près de Damas ont accepté de se rendre vendredi après une nuit de pilonnage mené par les forces du régime de Bachar al Assad.
Selon une source informée des discussions entre les insurgés et les forces syriennes, les combattants qui se trouvent dans cette enclave seront transférés dans l'est de la Syrie où le groupe Etat islamique (EI) contrôle encore quelques poches territoriales.
D'autres seront acheminés vers des zones rebelles dans le nord-ouest du pays.
Ces redditions interviennent alors que le régime Assad continue de pousser son avantage sur le terrain afin de reprendre les derniers réduits de la résistance et consolider sa position autour de la capitale syrienne après la chute du bastion de la Ghouta orientale.
La télévision officielle syrienne a montré des images de nuages de fumée s'élevant au-dessus de rangées de bâtiments tandis que des tirs d'artillerie touchaient des immeubles dont un s'est effondré.
Les frappes aériennes menées par les Etats-Unis, la France et la Grande-Bretagne en représailles à l'utilisation présumée d'armes chimiques par le pouvoir syrien n'ont rien changé au rapport de force sur le terrain.
Les troupes progouvernementale ont bombardé le camp de réfugiés palestiniens de Yarmouk et la zone d'Al Adjar al Assouad qui font partie d'une enclave divisée entre des djihadistes et d'autres rebelles au sud de Damas.
Les inspecteurs de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) arrivés cette semaine en Syrie n'ont pas encore pu se rendre sur le site de l'attaque présumée menée à la Ghouta orientale.
Les Etats-Unis estiment que la Russie et la Syrie tentent d'effacer les traces de leurs opérations dans cette ancienne place forte de l'insurrection syrienne.

Reuters

La Caisse nationale de la mutualité agricole (CNMA) lancera prochainement une nouvelle offre relative à l’assurance-incendie des oliviers, a annoncé mercredi à Tizi-Ouzou son directeur général, Cherif Benhabiles.
"Cette nouvelle offre qui sera proposée aux clients incessamment a été élaborée pour protéger le patrimoine oléicole contre les incendies qui ont causé, ces dernières années, des pertes importantes d’oliviers", a expliqué M. Benhabiles qui s’était rendu à la localité de Bouzguene (70 km à l’est de Tizi-Ouzou) où il avait procédé à l’inauguration du bureau local de la Caisse régionale de la mutualité agricole (CRMA) de Tizi-Ouzou.
De son côté le directeur local de la CRMA, Madjid Hamdad, a indiqué à l’APS que l’assurance de l'olivier contre l’incendie s’adapte à la wilaya de Tizi-Ouzou qui est à vocation oléicole. "L’élaboration de cette nouvelle offre est en cours de finalisation, nous travaillons actuellement sur la définition de conditions d’accès à cette assurance", a-t-il souligné, tout en précisant que pour pouvoir en bénéficier, l’oléiculteur doit au préalable effectuer des travaux d’entretien et de protection de son oliveraie contre les incendies".

APS

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

La CEDEAO, cadre “idoine” pour institutionnaliser le partenariat d’exception Maroc-Afrique de l’Ouest (Brahim Fassi Fihri)

  La conférence d’Abidjan est initiée par l’Institut Amadeus en partenariat avec la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) et avec la collaboration du Centre ivoirien des recherches économiques et sociales (CIRES).

La France expulse un imam salafiste vers l'Algérie

  La Cour a rejeté la demande de l'avocat de l'imam de suspendre provisoirement son expulsion.

L'UA appelle la communauté internationale à soutenir la résolution politique du conflit en Libye

  Une force tripartite de l'UA, de l'Union européenne (UE) et de l'ONU tente de venir en aide aux migrants africains bloqués en Libye.