Rapporter un commentaire

Après avoir insisté pour la réouverture des frontières algero-marocaines afin de refiler à l'Algérie ses voitures fabriquées au Maroc, cette France néo-colonialiste vient de comprendre qu'elle risque de perdre ce créneau porteur qu'est l'industrie automobile au profit des Allemands, des Italiens, des Chinois et des Coréens du Sud qui sont embusqués au tournant d'où son abdication (la France) envers l'Algérie en attendant son abdication sur le dossier de colonisation du Sahara occidental.