Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 22 Janvier 2018

Maghreb Emergent

Maghreb Emergent

URL du site internet:

Des associations engagées dans la sauvegarde de la Casbah d'Alger ont appelé dimanche à Alger à "appliquer rigoureusement" le plan permanant de sauvegarde et de mise en valeur de la vieille médina et à imposer le respect de ses dispositions juridiques.
Lors de la première journée de la réunion internationale d'experts sur la conservation et la revitalisation de la Casbah d'Alger, les associations représentées par la présidente de l'"Association sauvons la Casbah d'Alger" (Asca), Houria Bouhired, ont présenté des recommandations aux pouvoirs publics en charge de la réhabilitation du site historique classé en 1992 au patrimoine mondial de l'humanité.
Se référant au plan de sauvegarde, une de ses associations exhorte les pouvoirs publics à "imposer le respect" du cadre juridique du plan, suggérant jusqu'à l'"expropriation" pure et simple en cas d'atteinte à l'intégrité des bâtisses ou de non manifestation de leurs propriétaires, et l'"expulsion" des indus occupants.
L'Aasppa (Association algérienne pour la sauvegarde et la promotion du patrimoine archéologique) recommande également le lancement "systématique" de fouilles archéologiques à la suite d'un effondrement de bâtisses et l'aménagement de bornes signalétiques sur l'histoire du site.
De son côté, l'Asca propose la création de "banque des matériaux" à partir d'un tri sélectif des gravats, afin de récupérer les matériaux nobles comme la faïence et les boiseries.
D'autres, à l'image de l' association de "Les amis de la rampe Louni Arezki", proposent des actions de sensibilisation portées par un programme de médiation et d'animation culturelle de proximité ainsi que la création de petits commerces pour rétablir le tissu socio-économique de la cité.
Toutes ces associations plaident pour une "gestion solidaire" des quartiers de la Casbah, par l'implantation de structures commerciales "légères" aptes à créer des emplois et à impliquer les jeunes habitants de la médina d'Alger.
La réunion internationale d'experts sur la conservation et la revitalisation de la Casbah d'Alger, organisée par le ministère de la Culture en partenariat avec la wilaya d'Alger, se poursuit jusqu'au mardi.

APS

Le roi Abdallah II de Jordanie a déclaré dimanche que les Etats-Unis avaient besoin de reconstruire la confiance pour parvenir à une solution à deux Etats, qui permettrait la création d'un Etat palestinien indépendant avec Jérusalem-Est comme capitale.
Le monarque a tenu ces propos lors d'une rencontre avec le vice-président américain Mike Pence, en visite en Jordanie. M. Pence a notamment déclaré durant la rencontre que les Etats-Unis étaient favorables à une solution à deux Etats à condition qu'Israël et les Palestiniens s'accordent à ce sujet.
Le roi de Jordanie a rappelé que le conflit israélo-palestinien était un des principaux facteurs d'instabilité dans la région, ajoutant qu'il avait exprimé à plusieurs reprises sa profonde inquiétude sur la question de Jérusalem, et que celle-ci devait être résolue par des négociations directes.
Jérusalem est aussi chère aux musulmans et aux chrétiens qu'aux Juifs, et son statut est la clé de la stabilité dans la région, a-t-il déclaré, espérant que les Etats-Unis parviendraient à trouver la meilleure voie pour aller de l'avant dans cette situation difficile.
Le roi a affirmé que la Jordanie avait intensifié ses efforts pour essayer de résoudre le problème palestinien et de parvenir à une solution juste et durable, et a souligné l'importance du partenariat entre la Jordanie et les Etats-Unis pour rétablir la paix et la stabilité et pour lutter contre le terrorisme.
M. Pence a déclaré que le président américain Donald Trump lui avait demandé de se rendre en Jordanie pour discuter de plusieurs questions concernant la situation régionale ainsi que les deux pays.
Il a salué le courage et le rôle actif de la Jordanie dans sa lutte contre le terrorisme, y compris l'Etat islamique (EI). Il a ajouté que les Etats-Unis continueraient à travailler de concert avec la Jordanie pour éradiquer l'EI, et qu'il était vital que les deux pays continuent à se coordonner sur la Syrie.
Pour ce qui est de la décision de M. Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël, M. Pence a également déclaré que le président américain avait un grand respect pour le rôle de gardien des sites sacrés joué par la Jordanie dans la ville sainte.

Xinhua

La présidente du parti destourien libre (PDL), Abir Moussi, a invité, dimanche, “les partis centristes et modernistes à écarter de la scène politique tous les partis et associations à référence religieuse”.
“Nous appelons les différends partis politiques en Tunisie à écarter de la scène politique les partis et associations à référence religieuse, parce qu’ils constituent une menace pour la civilité de l’Etat”, a-t-elle expliqué au cours d’une rencontre de réflexion sur l’Islam politique et l’Etat civil.
“Nous les invitons, en outre, à soutenir notre appel à classer les partis politiques en fonction de leurs identité et orientations politique et idéologique”, a-t-elle ajouté.
Abir Moussi a, en outre, appelé à préserver le caractère civil de l’Etat et à réviser le cadre organisant les partis politiques et les associations.
Il y des parties au pouvoir, a-t-elle dit, qui sont étroitement liées, historiquement et organiquement, avec l’organisation des Frères musulmans. Une organisation qui, a-t-elle dit, ne reconnait pas le caractère civil de l’Etat et est connue pour son “projet obscurantiste” et ses liens avec le terrorisme.
La réalité politique montre, en effet, qu’il existe en Tunisie des partis politiques qui admettent, ouvertement, ne pas reconnaitre la Constitution et la loi positive, a-t-elle relevé. Et d’ajouter que malgré cela, ils sont présents sur la scène politique et leurs activités bénéficient d’une couverture médiatique plus large que celle dont bénéficient les partis défendant le caractère civil de l’Etat.
A une question sur la reconversion d’Ennahdha en parti civil et non religieux, Abir Moussi a estimé que les déclarations des dirigeants d’Ennahdha ne sont, en fait, que du “marketing”. Il n’y a aucun document qui fait état de la séparation entre le religieux et le politique, selon elle.
Le parti Ennahdha veut nous faire croire qu’il est désormais un parti politique modéré et attaché au caractère civil de l’Etat, alors que la réalité est toute autre (…) Ennahdha est un parti qui use d’”une nouvelle tactique” et d’”une nouvelle stratégie” dans le but de rester au pouvoir, a-t-elle dit.

TAP

«Les forces gouvernementales syriennes et les milices populaires ont entamé une opération visant à éliminer un groupe de plus de 1.500 combattants de l'organisation terroriste Front al-Nosra encerclé dans la parie est de la province d'Idlib», indique un communiqué de la Défense russe.
Le communiqué signale que les combats menés dimanche par les forces gouvernementales leur ont permis d'avancer de six kilomètres vers le nord depuis l'aérodrome d'Abou Douhour et de libérer 24 localités.
Dimanche 21 janvier, le ministère russe de la Défense avait annoncé que les unités de l'armée gouvernementale syrienne sous le commandement du général Souheil al-Hassan avaient réalisé une jonction avec des détachements des milices populaires dans la zone de Herbet el-Hajar et de Rasm el-Hirmil et avaient achevé l'opération d'encerclement d'un important groupe de djihadistes de l'organisation terroriste Front al-Nosra dans la partie est de la province d'Idlib.

Sputnik

L'ouverture du capital d'Algérie Télécoms (AT) et de Mobilis est "définitivement exclue", a affirmé dimanche à Alger, la ministre de la Poste, des Télécommunications, des Technologies et du Numérique, Imane Houda Faraoun, soulignant la hausse des chiffres d’affaires de ces dernières grâce aux bénéfices réalisés en 2017.
"L’ouverture du capital d'Algérie Télécoms et de Mobilis n'est pas à l'ordre du jour et est définitivement exclue car ces opérateurs de télécommunications publics sont des entreprises bénéficiaires et rentables. Par contre, il est question de partenariat public-privé s’agissant de plusieurs services", a déclaré la ministre sur les ondes de la chaine III de la radio nationale.
Grâce au management de ces entreprises, leurs chiffres d’affaires augmentent de mieux en mieux, a-t-elle clarifié, notant, s’agissant d’AT, que sa hausse a été réalisée en dépit des pertes occasionnées par la suppression des lignes défaillantes. Précisant ne pas pouvoir dévoiler le bilan chiffré d’AT car non encore certifié, elle a révélé, en revanche, que Mobilis a réalisé 18 milliards de DA de bénéfices nets en 2017 contre 14 milliards DA en 2016 et un chiffre d’affaires qui est passé de 122 à 126 milliards DA, durant la même période.

APS

Le chef du groupe djihadiste tunisien Okba Ibn Nafaa, affilié à Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), a été tué samedi lors d'une opération des forces spéciales, a déclaré dimanche le ministère de l'Intérieur.
Le raid a également coûté la vie à l'Algérien Bilel Kobi, un proche conseiller du chef d'Aqmi Abou Moussab Abdoul Wadoud, connu également sous le nom d'Abdelmalek Droukdel.
Le groupe Okba Ibn Nafaa est basé dans les monts Semmama et Chaambi, près de la frontière avec l'Algérie.
Le ministère de l'Intérieur a précisé que les forces spéciales avaient découvert dimanche le corps d'un "dangereux terroriste", l'Algérien Béchir Ben Neji, tué dans l'opération de samedi. "Il était le chef d'Okba Ibn Nafaa au mont Semmama", a-t-il dit.
Les forces tunisiennes ont tué l'an dernier le précédent chef d'Okba Ibn Nafaa, l'Algérien Mourad Chaïeb. La Tunisie a été durement frappée en 2015 par des attaques islamistes au musée Bardo de Tunis et sur une plage de la station balnéaire de Sousse.

Reuters

Le Maroc a affirmé qu’il n’acceptera aucune atteinte aux Lieux Saints de l’Islam et au reste des pays du Golfe et du monde arabe.
“Le Royaume du Maroc, sous le leadership de SM le Roi Mohammed VI n’acceptera et ne tolérera aucune atteinte aux Lieux Saints de l’Islam et aux pays du Golfe et du monde arabe frères”.

MAP

L'Irak et l'Egypte ont renouvelé un contrat visant à exporter 12 millions de barils de pétrole brut irakien vers l'Egypte en 2018, a annoncé dimanche le ministère irakien du Pétrole.
"Les ministères du Pétrole d'Irak et d'Egypte ont convenu de renouveler l'accord d'approvisionnement en vertu duquel l'Irak fournira 12 millions de barils de brut à l'Egypte à partir de janvier 2018, et ce dans les mêmes conditions que l'an dernier", a déclaré dans un bref communiqué Asim Jihad, porte-parole du ministère irakien du Pétrole.
Selon le contrat signé l'an dernier, l'Irak a déjà effectué six livraisons de brut de 2 millions de barils chacune à l'Egypte en l'espace d'un an.
En 2010, l'Irak avait annoncé que ses réserves de pétrole attestées avaient augmenté, et s'élevaient à 143,1 milliards de barils, contre une estimation antérieure de 115 millions de barils.

Xinhua

L’étude géotechnique du terrain retenu pour abriter l’usine automobile de marque Peugeot à Oran a été lancée, a indiqué le wali, Mouloud Cherifi.
Invité du "Forum des citoyens" organisé par le quotidien "Ouest Tribune" paraissant à Oran, le wali a souligné que les services concernés ont reçu tous les dossiers portant sur le terrain retenu pour la réalisation de l’usine automobile Peugeot.
Le chef de l’exécutif, qui a présenté à cette occasion un bilan sur les grands projets d’investissement dont a bénéficié Oran, a ajouté que les services concernés ont entamé l'étude géotechnique du terrain.
Une assiette de 120 hectares a été choisie dans la localité de Hamoul au sud de la commune d’El Kerma (Oran). Ce site dispose de tous les moyens et structures et se situe à proximité de l’aéroport international "Ahmed Benbella", l’autoroute est-ouest et la ligne ferroviaire reliant Oued Tlélat (Oran) à Sidi Bel-Abbès, Tlemcen et Alger.
Pour rappel, un contrat a été signé en novembre 2017 entre le groupe de l’Entreprise nationale de production de machines industrielles de Constantine, le groupe privé Condor, la société pharmaceutique algérienne "Palpa Pro" et la société "Peugeot Citroën" pour la production de voitures en Algérie.

APS

La police tunisienne a dispersé dimanche au gaz lacrymogène des manifestants qui réclamaient des emplois dans la ville de Metlaoui, dans le sud du pays, rapportent des témoins.
Ce rassemblement survient alors que le mouvement de contestation contre des hausses de prix et de taxes entrées en vigueur au 1er janvier s'est essoufflé.
Les manifestants de Metlaoui avaient bloqué de routes et mis le feu à des piles de pneumatiques. "Les policiers poursuivent les manifestants et tirent des grenades lacrymogènes, des jeunes ont bloqué les rues de Metlaoui", a dit à Reuters un habitant contacté par téléphone.
"Il y a ici un sentiment d'injustice et de marginalisation", a ajouté Issam Chahbani. "Nous ne demandons que des emplois et le développement."
Le mouvement social du début d'année a perdu en intensité depuis que le gouvernement a annoncé le 14 janvier dernier le déblocage de 170 millions de dinars (57 millions d'euros) pour venir en aide aux familles les plus démunies et aux personnes dans le besoin.

Reuters

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

comment Bouteflika pousse déjà Ouyahia vers la porte & comment Tiguentourine a sonné la chute du DRS

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

La hausse du prix des carburants ? - 52.1%
La taxe à 30% et plus du matériel informatique ? - 33%
L’augmentation du prix du tabac ? - 10.1%

Total votes: 1704

Vidéos

Docteur Ali Belkheiri: "Il y a des secteurs qui vont beaucoup recruter en A

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie : Sonatrach prévoit une nouvelle rencontre sur la transition énergétique

L’objectif de ces journées est de permettre  à la communauté scientifique nationale et internationale d’aborder les derniers développements et innovations.

Le FCE reconnait que ces participations aux tripartites étaient « illégales »

Paradoxalement, depuis sa création à ce jour, le FCE ne se contentait pas de participer aux tripartites mais y jouait aussi le rôle de locomotive du patronat algérien.

Algérie- Les importations n’ont reculé que d’un (1) milliard de dollars en 2017

Les exportations ont, en revanche, nettement augmenté à 34,76 mds usd en 2017 contre 30,02 mds usd en 2016 (+15,8%).