Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 18 Juin 2018

Maghreb Emergent

Maghreb Emergent

URL du site internet:

 

Nour Meddahi, professeur d'économétrie et finances à la Toulouse School of Economics revient dans l’entretien accordé à Radio M sur les choix économiques faits par l’Algérie pour atténuer les effets de la baisse des prix du pétrole sur les marchés internationaux, une baisse entamée dès l’été 2014.

Trois individus en possession de trois fusils de chasse et deux narcotrafiquants ont été arrêtés samedi par des détachements de l’Armée nationale populaire (ANP) dans différentes régions du pays, indique dimanche le ministère de la Défense nationale (MDN) dans un communiqué.

"Dans le cadre de la lutte contre la contrebande et  la criminalité organisée, des détachements combinés de l’Armée nationale populaire ont arrêté, le 16 juin 2018 à M’sila/1e RM et Tébessa/5e RM, trois (03) individus en possession de trois (03) fusils de chasse, tandis que d’autres détachements de l’ANP ont appréhendé à Oran et Mascara/2e RM, deux (02) narcotrafiquants et ont saisi 400 comprimés psychotropes. De même, 2614 unités de différentes boissons ont été saisies à Biskra/4e RM", précise la même source.

Par ailleurs, "un détachement de l’ANP a saisi, à In Guezzam/6e RM, un véhicule tout-terrain et trois (03) motocyclettes, alors que  des unités des Garde-côtes ont déjoué, lors de deux opérations distinctes menées à Aïn Témouchent et El-Ghazaouat/2e RM, deux tentatives d'émigration clandestine de (36) personnes à bord d'embarcations de construction artisanale", ajoute le MDN.

APS

 

Un décret gouvernemental fixant les normes de notification des signes précurseurs de difficultés économiques affectant les entreprises et les procédures y afférentes, est paru le 8 juin 2018, dans le journal officiel de la République tunisienne (JORT).

Ce décret de 15 articles, fixe les critères d’ordre général et spécifiques permettant d’avertir la commission de suivi des entreprises économiques concernant les unités en difficultés. Les critères d’ordre général sont répartis en critères financiers et économiques. Les critères financiers portent sur les équilibres financiers de l’entreprise en particulier la perte d’un tiers du capital au sens de l’article 418 du code commercial, la baisse continue de la capacité d’autofinancement et la diminution du nombre de transactions de l’entreprise qui menace la poursuite de son activité.

Ils concernent aussi les retards récurrents dans le paiement des salaires et des contributions à la Caisse nationale de la sécurité sociale et le remboursement des dettes….

Quant aux critères économiques, ils sont liés aux activités de l’entreprise (article 5) et les événements qui les touchent ainsi qu’à son environnement économique à l’instar de la démission des cadres et agents de grande de grandes compétences qui ne sont pas remplacés.

Ils concernent, également, la perte des marchés, clients et fournisseurs qui ont un impact crucial sur l’activité de l’entreprise. En ce qui concerne les critères d’avis spécifiques (article 6), ils s’appliquent aux parties qui leur incombent d’avertir la commission de suivi des entreprises économiques dont les services d’inspection du travail, les services d’impôt, les banques et les sociétés financières.

TAP

 

 

Au moins quatorze personnes ont été tuées dimanche et 45 blessées dans un attentat-suicide dans l'est de l'Afghanistan, le deuxième en deux jours à ternir un cessez-le-feu inédit dans le pays.

L'attentat s'est produit à l'extérieur du bureau du gouverneur de la province de Nangarhar, dans la ville de Jalalabad, a indiqué à l'AFP son porte-parole Attaullah Khogyani. Le bâtiment est également proche du consulat indien.

L'attaque, qui a fait selon M. Khogyani 14 morts et 45 blessés, a été confirmée par une source de sécurité afghane, qui a cependant avancé un bilan d'au moins dix morts.

L'attentat n'a pas été revendiqué dans l'immédiat.

Selon M. Khogyani, le kamikaze, à pied, a visé des talibans, des civils et des anciens qui quittaient le complexe abritant le bureau du gouverneur après un événement célébrant la fête de l'Aïd el-Fitr, qui marque la fin du mois de ramadan.

Cette nouvelle attaque intervient alors que les talibans ont rejeté dimanche un appel du président afghan Ashraf Ghani à prolonger un cessez-le-feu inédit à l'occasion de la fin du mois de ramadan et laissé entendre que les combats pourraient reprendre dès lundi.

Un attentat samedi, revendiqué par le groupe Etat islamique, a fait 36 morts et 65 blessés parmi une foule célébrant la cessation des combats dans le district de Rodat, également dans la province de Nangarhar, selon un nouveau bilan rendu public dimanche par les autorités locales.

AFP

 

Un arrêté ministériel modifiant et complétant l’arrêté du 19 avril 2010 instituant des quotas de pêche au thon rouge pour les navires battant pavillon national exerçant dans les eaux sous juridiction nationale et fixant les modalités de leur répartition et de leur mise en œuvre, a été publié au  journal officiel n 30.

Selon l'arrêté du ministère de l'Agriculture, du développement rural et de la pêche, les dispositions de l'arrêté de 2010 ont été complétées par l'article 12 bis rédigé comme suit: "Les armateurs des navires thoniers senneurs et palangriers sont tenus d'installer des équipements de communication assurant la connexion internet et le téléphone satellitaire.

Ces équipements doivent être opérationnels durant les campagnes de pêche.

APS

 

Des combats ont opposé dimanche les troupes progouvernementales aux rebelles près de l'aéroport de Hodeida au Yémen, au moment où l'émissaire de l'ONU cherche une solution pour éviter aux habitants de cette région clé de nouvelles souffrances.

Au 5e jour d'une offensive qui piétine et fait craindre pour les civils déjà éprouvés par plus de trois ans de guerre, l'émissaire Martin Griffiths, poursuit à Sanaa, la capitale contrôlée par les rebelles Houthis, des entretiens axés sur la bataille de Hodeida (ouest).

C'est principalement par le port de cette ville sur la mer Rouge, que passe l'aide humanitaire internationale sur laquelle compte une bonne partie des habitants de ce pays pauvre de la péninsule arabique pour survivre.

A la faveur de l'offensive lancée mercredi avec l'aide d'une coalition militaire sous commandement saoudien, les troupes fidèles au président Abd Rabbo Mansour Hadi ont progressé jusqu'à l'aéroport de Hodeida, situé à la limite sud de la cité tenue par les Houthis depuis 2014.

Dimanche, après des combats acharnés ces derniers jours, les protagonistes ont échangé par intermittence des tirs d'obus près de l'aéroport et sur la route côtière, selon des sources militaires.

Des tirs qui perturbent les lignes d'approvisionnement des forces progouvernementales qui assiègent des côtés ouest et sud cet aéroport toujours aux mains des rebelles, ont-elles ajouté.

Les Houthis avaient réussi vendredi à couper la route côtière à 100 km au sud de Hodeida, au niveau de la localité de Tuhaita.

"Les tirs se poursuivent dans ce secteur, ce qui affecte la déroulement de l'offensive et perturbe l'arrivée de renforts en provenance du sud", selon une source des forces progouvernementales.

Dans le même temps, l'aviation saoudienne a continué ses raids sur les positions rebelles dans le secteur de Hodeida, ont indiqué les médias des Houthis.

En cinq jours, les combats ont fait au moins 139 morts: 118 rebelles et 21 soldats, selon des sources médicales.

Les forces progouvernementales sont parvenues rapidement aux environs de l'aéroport fermé de Hodeida mais ont dû faire face ensuite à une résistance farouche des rebelles.

Depuis le début juin et les combats dans la province de Hodeida, dont la ville éponyme est le chef-lieu, près de 4.500 familles ont été déplacées, selon le bureau de coordination de l'ONU pour les affaires humanitaires (OCHA). 4.458 familles ont quitté leurs maisons et 36 ont perdu leurs fermes endommagées par les violences, a-t-il précisé dans un communiqué, en ajoutant que le port est resté ouvert malgré l'assaut

AFP

 

Une secousse tellurique de magnitude 3,62 degrés sur l’échelle Richter a été enregistrée, dimanche à 9H 40, à 14 km au Nord-est de Menzel El Habib (gouvernorat de Gabés) et à 38 Km au Sud-Ouest de Mazouna (gouvernorat de Sidi Bouzid), a annoncé, dimanche, l’Institut national de météorologie (INM), dans un communiqué.

Les analyses préliminaires des stations sismologiques de l’INM situent l’épicentre de la secousse à 34,24 degrés de latitude et 9,73 degrés de longitude. La secousse a été ressentie par les habitants de la région, selon l’Institut.

TAP

 

Le projet de loi organique relatif à l'Académie algérienne de la langue amazighe sera présenté mercredi prochain pour débat devant les députés de l'Assemblée populaire nationale (APN).

Ce projet de loi consacre le statut de Tamazight comme langue nationale et officielle, chargeant ainsi l'Etat de la noble mission de sa promotion et de son développement dans toutes ses variétés linguistiques.

Rappelant que l'article 4 de la Constitution consacre le statut de Tamazight comme langue nationale et officielle, aux cotés de la langue arabe, le projet de loi organique relatif à l'Académie relève dans son exposé des motifs que l'Académie, placée auprès du Président de la République, a pour mission de réunir les conditions de la promotion de Tamazight, sur la base des travaux d'experts, en vue de concrétiser son statut de langue officielle.

Dans ses dispositions générales, le projet de loi note que l'Académie est "une institution nationale à caractère scientifique, dotée de la personnalité morale et de l'autonomie financière. Elle constitue l'autorité de référence dans les domaines liés à la langue amazighe", alors que son siège est fixé à Alger.

Ce projet de loi organique fixe les missions, la composition, l'organisation et le fonctionnement de l'Académie algérienne de la langue amazigh.

APS

 

Le différend diplomatique explosif entre la Grèce et son voisin balkanique pourrait être réglé dimanche avec la signature d'un accord historique sur le changement de nom de l'Ancienne république yougoslave de Macédoine (ARYM), sa dénomination officielle actuelle, en "Macédoine du Nord".

Pour mettre fin à cette querelle qui a commencé il y a 27 ans, mais dont les racines remontent à des siècles, les Premiers ministres grec Alexis Tsipras et macédonien Zoran Zaev ont annoncé la semaine dernière un accord  pour rebaptiser le minuscule Etat des Balkans.

Leurs ministres des Affaires étrangères, Nikos Kotzias et Nikola Dimitrov, ont rendez-vous dimanche sur les rives du lac frontalier de Prespes pour signer officiellement cet accord historique, fruit de mois de marchandage diplomatique.

Tsipras et Zaev, ainsi que des représentants des Nations unies et de l'Union européenne, qui se sont félicités de cette initiative, se joindront à eux.

Les délégations signeront le texte du côté grec de la frontière avant de passer côté macédonien pour le déjeuner, a indiqué Athènes.

Depuis 1991, Athènes s'oppose à ce que son voisin s'appelle la Macédoine parce qu'elle a sa propre province septentrionale du même nom qui fut le berceau de l'empire d'Alexandre le Grand: une source de fierté pour les Grecs d'aujourd'hui.

Les deux jeunes Premiers ministres ont dû faire face à de vives réactions dans leur pays pour faire avancer la négociation.

Alexis Tsipras a été accusé de trahison par les partisans grecs de la ligne dure et, samedi, a surmonté une motion de censure contre son gouvernement destinée à bloquer l'accord avec Skopje.

APS

 

Les échecs diplomatiques et politiques de l'occupant israélien et de son allié américain se succèdent à l'échelle internationale au moment où les efforts palestino-arabes s'intensifient pour garantir la protection internationale dans les territoires occupés, couronnés par l'approbation de l'ONU du projet de résolution présentée par l'Algérie et la Turquie qui a recueilli 120 voix pour, 8 voix contre et 45 abstentions.

Après le véto américain contre le projet de résolution présenté par le Koweït au Conseil de Sécurité international (CSI), début juin en cours, le groupe arabe, présidé par l'Algérie et les pays de l'Organisation de la coopération islamique (OCI), présidée par la Turquie, ont présenté un autre projet de résolution pour garantir la protection internationale au peuple palestinien et condamner les agressions israéliennes en Palestine.

Le projet a été proposé sur la base de la résolution de l'Assemblée générale de l'ONU "Unis pour la la paix" pour faire face à la guerre déclenchée par l'Administration de Trump contre les Palestiniens.

APS

 

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie: Les grands choix économiques du pays analysés par Nour Meddahi (Audio)

  Nour Meddahi, professeur d'économétrie et finances à la Toulouse School of Economics revient dans l’entretien accordé à Radio M sur les choix économiques faits par l’Algérie pour atténuer les effets de la baisse des prix du pétrole sur les marchés internationaux, une baisse entamée dès l’été 2014.

Pétrole: Le Brent chute à 73 dollars

  L'Arabie saoudite et la Russie ont fait part de leur souhait d’augmenter leurs productions respectives.

L’Afrique, le Maghreb et les flux migratoires (contribution)

  Il s’agira de poser les véritables problèmes, concernant les flux migratoires venant d’Afrique,  pour  avoir de véritables solutions loin de la démagogie et de la surenchère car  le sujet  est  complexe, la responsabilité étant partagée  entre les dirigeants européens et africains.