Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 27 Mars 2017

  •   Merouane Korso
  • dimanche 21 février 2016 17:28

En dépit de la morosité du secteur, Ciments du Maroc affiche de solides résultats en 2015

Le deuxième ''cimentier'' du Maroc a enregistré des résultats en hausse de 30% en 2015, en dépit d'un marché du bâtiment morose.

 

''Ciments du Maroc'', filiale de l'Italien ''Italcimenti'' au Maroc annonce de bon résultats pour 2015, avec des bénéfices en hausse et une activité en sensible progression, tirée par l'activité granulat et béton. Coté à la bourse de Casablanca, Ciments du Maroc, détenu majoritairement par Italcimenti, annonce cette semaine, après un Conseil d'administration tenu le 11 février,  un chiffre d'affaires en hausse de 8,5% à 3,73 milliards de dirhams soit environ 343 millions d'euros. Le groupe a dégagé un bénéfice net en hausse de 34,5% à 1,093 milliard de dirhams avec une marge nette de 29,3%. Mais, ce résultat bénéficie, selon un communiqué du groupe, d'une reprise de provision (Suez Cement) de 152 millions de dirhams, soit environ 13% du résultat. Le résultat net du groupe (RNPG) avait stagné (-0,8%) en 2014. Par ailleurs, le chiffre d'affaires opérationnel a progressé de 8,5% à 3,73 milliards de dirhams, alors que l'excédent brut d'exploitation a progresse de 13,3% à 1,68 milliard de dirhams. Le groupe compte trois usines à Ait Baha (Agadir), Had Hrara (Safi) et M'zoudia (Marrakech), un centre de broyage au Sahara Occidental occupé ( Laâyoune) et un autre d'ensachage à Jorf Lasfar, et conduire un projet de centre de broyage à Dakhla, également au Sahara occidental occupé.

Le granulat booste les résultats du groupe

Pour autant, ce ne sont pas les activités liées à a production de ciment qui sont à l'origine de ce bilan, mais l'activité granulat. Les ventes de ciment en volume de Ciments du Maroc et de sa filiale Indusaha ont enregistré une hausse de 1,2%, alors que l'activité matériaux granulat a bondi de 30%, dont +38% de hausse pour le béton, toujours selon le communiqué du groupe. Cette performance de l'activité granulats est le résultat d'un fort développement en 2015 du secteur de l’auto-construction, notamment en zone rurale, grâce aux liquidités dégagées suite à la bonne récolte agricole de 2014-2015, selon des commentaires de responsables du groupe. Le groupe va proposer lors de l’assemblée générale prévue le 29 mars, une distribution d’un dividende de 55 dirhams par action (+10% sur 2014), soit globalement 790 millions de DH. Ciments du Maroc est la sixième capitalisation de la bourse de Casablanca, avec près de 17 milliards de dirhams. Outre l'Italien, le marché marocain du ciment compte également le franco-suisse Lafarge-Holcim, géant mondial du ciment.


Évaluer cet élément
(5 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

4 Commentaires

  • Mr nénuphar nular.je m'adresse à ceux qui n'ont pas perdu raison comme toi qui font de la moustache de boukharouba un patrimoine historique

    Rapporter Mbarek lundi 22 février 2016 18:56
  • Dès que vous lancez un os à ronger, genre parler du Sahara Occidental par exemple, vous avez une meute de makhribi qui vient déverser ses miasmes et il y en a même qui se fait passer pour son sidou, Nenuphar, pour commencer et mazette quel commentaire, à ch1er !

    On aura remarqué que les groupes sont étrangers et ces derniers, sous couvert d'une société makhribiya exploite le Sahara occidental.

    Qui plus est, les makhribis construisent à tour de bras en pure perte car les immeubles sont invendus à telle enseigne
    que le plus gros promoteur Addoha est quasi en faillite, se débarrassant du foncier qu'il avait acquis au cours de la décennie écoulée par peur de l'insuffisance de terrain et par gloutonnerie.

    A mon avis, il faudrait changer le titre de ce site et évident de le nommer Maghreb Émergeant mais bien par exemple : Afrique du Nord du Futur et surtout refuser les commentaires des makhribis de l'acabit des "Le truc nénuphar" et Mbarek surtout que vous mettez les commentaires en attente d'approbation.

    Rapporter Nenuphar lundi 22 février 2016 11:02
  • Encore une fois, la jalousie va vous tuer... Sahara Maghribiya yal Khoroto

    Rapporter Le truc nénuphar lundi 22 février 2016 08:06
  • Sahara occidentale occupée ha ha ha...c est ton esprit qui est occupé mr..

    Rapporter Mbarek dimanche 21 février 2016 21:53
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sondage

L’Algérie occupe une flatteuse 38e place dans un classement onusien jugé sérieux sur le bonheur dans le monde. Comment expliquez-vous un tel rang :

Vidéos

CPP du 18.3.2017 : Combien se vend une tete de liste pour la députation ? L’après Bouteflika a-t-il déjà commencé ? Wassim Youcef et pas Kamel Daoud ?

Vidéos

"L’Opep et ses partenaires doivent reconduire leur accord de baisse de production"- N. Zouioueche

A ne pas manquer

Prev Next

Mahieddine Tahkout, le punching ball de l’échec industriel algérien (Opinion)

  La controverse autour de l'usine Tahkout a révélé l’indigence du projet industriel du gouvernement de M. Abdelmalek Sellal, mis en musique par Abdesslam Bouchouareb.

Controverse en Tunisie sur une possible émission de Sukuk sur le Nasdaq Dubaï

    Un accord entre la Bourse de Tunis et le Nasdaq Dubaï ouvre la voie au recours par l'Etat tunisien à l'émission de Sukuk islamiques sur la bourse de Dubaï. Une option devenue possible depuis 2013 mais qui suscite toujours des controverses en Tunisie

Oxfam dénonce l'utilisation abusive des paradis fiscaux par les 20 plus grandes banques européennes

Un quart des bénéfices des 20 plus grandes banques européennes a été déclaré dans des pays qui peuvent être considérés comme des paradis fiscaux, dénonce lundi un rapport d'Oxfam, pour qui cette proportion est démesurée au regard de l'activité générée dans ces pays.