Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 26 Juillet 2017

  •   Aymen Zitouni
  • mardi 3 janvier 2017 15:19

LF 2017 - Des privilèges pour le projet de Grande mosquée d’Alger : ni TVA, ni droits de douanes

 

 

Vue de la mosquée d'Alger - Ph DS -

 Le projet de la Grande mosquée d’Alger cher Président de la république et qui a suscité des controverses tant au plan technique que sur son bien-fondé est choyé par la loi de finances 2017.

 

La loi de finances 2017 promulguée le premier janvier au Journal Officiel de la République Algérienne exonère les produits et les équipements importés pour la réalisation de la Grande mosquée d’Alger de la Taxe sur la valeur ajoutée (TVA) et des droits de douanes.

 «Sont exonérés de la taxe sur la valeur ajoutée et des droits de douanes lors de l’importation, les produits et les équipements destinés à la réalisation de la Grande mosquée d’Alger », stipule l’article 77 de la loi de finances 2017 qui précise que la liste des produits et équipements exonérés sera fixée par un arrêté du ministre de l’Habitat et de l’urbanisme et de la ville qui pilote le projet depuis novembre 2014.

 La réalisation de ce projet est basée, selon le ministre de l’Habitat, sur l'utilisation des matériaux produits localement. Le recours à l'importation ne se fera que pour les produits non fabriqués en Algérie ou fabriqués en quantités insuffisantes.

 Cette exonération dont bénéficie la Grande mosquée d’Alger peut s’expliquer par une volonté d’éviter de gonfler le cout de ce projet « emblématique » de la présidence de Bouteflika. A l’image de l’autoroute Est-ouest qui a coûté le double de son montant initial.

 Le ministre de l’Habitat, Abdelmadjid Tebboune avait défendu en novembre dernier lors de l’émission Hiwar Essaa sur la chaine de télévision publique ENTV. Le projet avait-il affirmé ne coûtera pas plus de « 130 milliards de dinars, soit un 1,15 milliard de dollars ».

 Lancé en 2012, le projet de la Grande mosquée d’Alger, reposant sur une assiette de 20 ha à Mohamadia (est d’Alger) devait être livré en 2016. Le délai a été repoussé d’une année, à fin 2017. Une fois livrée, la Grande mosquée d’Alger devrait figurer parmi les plus grandes mosquées au monde. Elle pourra accueillir près de 120.000 fidèles.


Évaluer cet élément
(3 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

L’ambassadeur italien à Alger a évoqué sur Radio M le procès Saipem et l’investissement de Cevital en Italie

Sondage

Ahmed Ouyahia a appelé le gouvernement Tebboune à privatiser les entreprises publiques en difficultés. Vous pensez que cette mesure est :

Risquée car elle va encore renforcer les amis du clan présidentiel dans le monde des affaires - 34.4%
Nécessaire car les recapitalisations des entreprises publiques défaillantes par le trésor coutent trop chères à la collectivité - 39.2%
Impossible à réaliser car le gouvernement Tebboune n’a pas l’autorité morale pour l’engager si tel devenait son but - 18.3%

Total votes: 999

Vidéos

Le CPP part en vacances avec le routard du 5e mandat

A ne pas manquer

Prev Next

« Je suis prêt à parier que les USA subventionnent l’industrie du schiste »-Pr Aktouf (audio)

L’industrie du pétrole et du gaz de schiste aux USA se concentre sur les puits les plus rentables. « Or, les plus rentables, c’est  8% d’espérance de gain de rentabilité par puits alors que le conventionnel est à 30% et plus », explique le Pr- Omar Aktouf.

Algérie : Haddad s’explique par le chiffre et la lettre

    Selon lui, les accusations dont l’ETRHB fait l’objet seraient pour la plupart infondées.

62% des Algériens n’ont pas d’eau 24 heures sur 24 (ADE)

  Le problème se pose dans des villes qui souffrent de l’insuffisance de la ressource,  des installations ou des deux.