Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 26 Mai 2017

  •   Aymen Zitouni
  • mardi 10 janvier 2017 17:08

Algérie- Le dispositif de mise en conformité fiscale a attiré 500 personnes depuis août 2015 (DGI)

Plus de 17 mois après le lancement du dispositif de mise en conformité fiscale, aucun bilan officiel n’a été dressé. Si le Directeur général des Impôts donne le chiffre des personnes ayant souscrit au dispositif, il ne souffre aucun mot sur les montants récoltés.

 

Environ 500 personnes ont adhéré au dispositif de mise en conformité fiscale volontaire, lancé en août 2015 pour bancariser l’argent de l’informel, selon les déclarations faites ce mardi par le Directeur général des Impôts (DGI), Abderrahmane Raouia à la radio nationale.

M. Raouia avait fait état en février 2016 d’un premier bilan de 250 personnes ayant souscrit au dispositif. « Ce chiffre de 250 personnes a doublé », a-t-il précisé, sans donner les détails sur les montants récoltés. Selon les derniers chiffres sur l’opération, les montants récoltés oscillent entre 3,5 et 50 milliards de dinars. Loin des 1300 milliards promis par l’ex-ministre des Finances, Abderrahmane Benkhalfa.

La mise en conformité fiscale a buté notamment sur la justification de l’origine des fonds. Selon l’économiste Ferhat Ait Ali, cette opération était vouée à l’échec tant la « suspicion » sur l’origine des fonds s’est « incrustée » dans ce dispositif.

La mise en conformité fiscale volontaire instituée dans la loi de finances complémentaire (LFC2015) prévoit l’intégration de l’argent informel dans la sphère bancaire, moyennant une taxation forfaitaire libératoire au taux de 7%. « Les sources de ces fonds ou les transactions qui en sont l’origine doivent être légitimes et ne correspondre à aucun acte incriminé par le code pénal et la législation régissant la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme », précise l'article 43 de la LFC 2015.

A la date limite de la mise en œuvre de ce dispositif, « les personnes disposant de fonds éligibles à ce programme et n’y ayant pas souscrit, feront l’objet de redressements dans les conditions de droit commun avec l’application des pénalités et sanctions prévues en la matière », prévient l’article 43.

L’opération a été lancée le 2 août 2015 par la Direction générale des Impôts avec une date limite fixée au 31 décembre 2016. La mise en conformité fiscale a été reconduite pour l’année 2017 dans le cadre de la loi de finances 2017.

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Hassen Khelifati " Des faillites ne sont plus à exclure dans le secteur des assurances "

Sondage

Le ministre du commerce algérien parle d’une réduction de 15 milliards de dollars des importations en 2017.

Vidéos

Succession:Benyelles espère que Gaïd Salah aura la "sagesse de laisser les urnes décider"

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie - Le président du Haut-Conseil islamique Bouabdallah Ghlamallah valide les assurances Takaful

   La notion de Takaful en assurances n’est pas antinomique avec l’islam, a déclaré jeudi à Alger, M. Bouabdallah Ghlamallah, le président du Haut conseil islamique (HCI).

Algérie : Une étude sur les préoccupations des opérateurs va être soumise à la Présidence - Samy Boukaila (Audio)

    Une  étude sur préoccupations des opérateurs économiques algériens réalisée par le Cercle d’action et de réflexion  autour de l’entreprise (Care) avec l’appui  du Centre international de l’entreprise privée (CIEP), relevant de la Chambre de commerce américaine, va être soumise à la présidence de la République et au gouvernement, a annoncé, jeudi sur Radio M, Samy Boukaila, membre du Care.

La Tunisie cherche à conserver son avance en matière de recherche et d’innovation (document OBG)

Des initiatives nationales de soutien aux start-ups conjuguées à des subventions internationales à la recherche devraient permettre de renforcer l’activité entrepreneuriale en Tunisie.