Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 18 Octobre 2017

  •   Boualem Alami
  • mercredi 20 septembre 2017 18:04

Algérie- Le montant de la masse monétaire dans le circuit informel est surévalué, selon Ferhat Aït Ali (VIDEO)

Pour l'économiste Ferhat Aït Ali, le montant de la masse monétaire circulant dans les circuits informels ou thésaurisée est ''surévalué''. Au mieux, il ne s'agit que de 40 milliards de dinars, ''c'est ce que nous avons dans nos poches actuellement''.

 

 Lors de son passage mardi à l'Invité du direct de Radio M., il s'est interrogé sur le montant réel de cette masse monétaire qui circule sur les circuits informels, et que le gouvernement veut capter. ''Elle est de combien cette masse monétaire, puisque la masse fiduciaire est de 4700 milliards de DA'', s'est il interrogé. Pour lui, cette masse monétaire cachée dans l'informel est ''surévaluée''.

 ''Il y en a qui parlent de 125 milliards de dollars, d'autres de 35 millards de dollars cachés dans les garages, alors qu'ils n'ont que 40 mds de dinars, ce que nous avons dans nos poches actuellement, ce que les postes distribuent comme salaires et retraite'', explique t-il. Pour lui, ''c'est une fausse piste'' pour aller chercher des financements pour irriguer le circuit bancaire et financier national.

 L'ex-ministre des Finances Abderahmane Benkhalfa, pour capter cette manne, qui subjugue les institutions financières du pays, avait même mis en place une loi devant amnistier les détenteurs de capitaux non déclarés, qui circulaient librement sur le marché informel. C'était la fameuse mise en Conformité fiscale volontaire (CFV), qui n'avait, à la fin 2016, pas atteint ses objectifs.

 Selon le PDG de la BDL, Mohamed Krim, ''10% de la masse monétaire hors banque représente 130 milliards de dinars'', mais, il a ajouté lors d'un Forum du quotidien El Moudjahid en novembre 2015, que ''c'est un objectif qui parait d’ores et déjà hors de portée au rythme actuel des dépôts trimestriels et même si ce rythme venait à s’accélérer, cette action ne constitue pas un travail de recette, mais plutôt un travail de collecte de ressources.‘’

 La Banque d'Algérie estime de son côté que près de 26% de la masse monétaire se trouve en dehors des circuits bancaires. Ce mercredi, M. Benkhalfa a estimé dans l'émission L'Invité de la Rédaction de la radio chaîne 3 qu’il faut que ''le pays génère des ressources'', dont '' l'emprunt obligataire, l'inclusion et la bancarisation de l'informel.'' Selon lui, le secteur de l'informel draine des dizaines de milliards de dollars, qu'il faut ''bancariser''.

 Par ailleurs, Ferhat Aït Ali a qualifié de ''plaisanterie'' la volonté de certains d''intégrer l'informel et changer de monnaie'', sans accompagner ce processus par des mesures adéquates.


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire



2 Commentaires

  • Les questions du journalistes sont plus longues que les réponses de ses invités. En, plus il interrompt leurs idées pour dévier su d'autres sujets.

    Rapporter Amine780524 jeudi 21 septembre 2017 09:35
  • Quand même, 40 mds de dinars, cela me semble ridiculement bas pour un pays aussi sous-bancarisé. Cela fait environ 400 millions usd, soit a peine 0,2% du pib..

    Rapporter Hayy ibn yaquadhan jeudi 21 septembre 2017 08:01
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Sonatrach a du retard à rattraper-Mourad Preure

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Vidéos

L’image "négative" de l’entreprise au sein de l’opinion publique fait mal à l’Algérie-Taïeb Hafsi

A ne pas manquer

Prev Next

Libye : le HCR dénonce les abus dont sont victimes les réfugiés et les migrants à Sabratha

  Pour le HCR, la situation à Sabratha montre une fois de plus la nécessité d'une action internationale et souligne le prix élevé que doivent payer les réfugiés.

Les énergies renouvelables, une nécessité pour l’économie tunisienne (ministre)

De son côté, la Directrice générale adjointe de la BAD pour la région de l’Afrique du Nord, a souligné que la transition énergétique constitue une opportunité pour l’Afrique.

Le développement de l’agriculture, une solution pour prévenir les conflits (FAO)

 « Le G7 a permis de refocaliser notre attention sur le besoin de rendre les systèmes alimentaires plus durables grâce aux approches territoriales », a déclaré le directeur général de la FAO.