Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 18 Janvier 2018

  •   Maghreb Emergent avec APS
  • samedi 28 octobre 2017 09:24

L’Algérie sollicite l’expertise de la City de Londres pour dynamiser la Bourse d’Alger

Faire profiter la Bourse d’Alger ainsi que les entreprises algériennes de l’expertise de la première place financière dans le monde. C’est le sens d’un mémorandum d’entente qui sera bientôt signé entre la bourse d’Alger et la London City, selon le ministre des Finances.

 

Un mémorandum d’entente sera bientôt signé entre la bourse d’Alger et la London City, a déclaré vendredi à Londres, le ministre des finances, Abderrahmane Raouya.

Le ministre qui s’est entretenu jeudi avec des responsables et experts de la finance internationale au siège de la prestigieuse London City, a indiqué dans un bref entretien à l’APS, qu’un mémorandum entre la Bourse d’Alger sera signé "dans les prochains mois" à Alger.

Le document portera sur les échanges entre la City et la bourse d’Alger, et les moyens de faire profiter cette dernière ainsi que les entreprises algériennes, de l’expertise de la première place financière dans le monde.

La signature du mémorandum se fera en marge d’une conférence qui sera organisée à Alger et à laquelle prendront part des représentants de la London City qui feront des exposés  sur les activités de la bourse mondiale.

Par ailleurs, le ministre a fait savoir que lors de ses entretiens avec des responsables de la Llyod’s of London, la bourse d’assurance mondiale, présente en Algérie, les deux parties ont examiné les moyens d’"augmenter les échanges et amoindrir les facteurs de risques sur l’Algérie".

Se familiariser avec l’expertise britannique

Revenant sur la "Conférence algero-britannique sur les services financiers", organisée conjointement par la London City et le département britannique du commerce international, M. Raouya a souligné qu’elle a permis à la délégation algérienne, entre autres, de se familiariser avec l’expertise britannique dans la finance verte et le partenariat  public-privé (ppp).

La partie algérienne a exprimé un intérêt particulier pour l’investissement PPP, et il a été convenu d’organiser un séminaire à Alger sur le sujet auquel prendront part des experts britanniques.

Le ministre a, par ailleurs, rencontré au siège de l'ambassade d'Algérie à Londres, des membres de la communauté algérienne qui ont réussi dans les affaires au Royaume-Uni et auxquels il a exprimé le souhait de l’Algérie de bénéficier de leur expertise.

Il a indiqué que des discussions sont en cours pour définir les règles et modalités du transfert de cette expertise, affirmant que l’Algérie est ouverte à "toute initiative" dans ce sens.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • Cet article laisse entendre que si la bourse d'Alger connait des retards, c'est en raison d'un manque d'expertise.Si les banques algériennes, les grandes sociétés publiques surtout mais aussi privées, n'y sont pas cotées, qui peut croire que c'est un problème de savoir faire?
    L'expertise, c'est sans doute nécessaire, mais un tout petit peu de volonté politique ne ferait pas de mal non plus.

    Rapporter Ali Vattan samedi 28 octobre 2017 19:12
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP 10.01.18 "l'Alternance aux présidentielles de 2019 n'est pas impossible:en voilà les conditions"

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Abderezak Dourari professeur des langues. "Le pouvoir algerianise son cosmos identitaire, tant mieux

A ne pas manquer

Prev Next

Le FMI dément vouloir imposer l’austérité à la Tunisie

Les déclarations qui se veulent rassurantes de son porte-parole aujourd’hui surviennent après les récentes protestations déclenchées par des mesures de la loi de finances 2018 ayant entraîné une hausse des prix du gasoil, des automobiles et des services de téléphonie et d'accès à internet.

De nouveaux investissements pour le secteur automobile tunisien (document OBG)

  Assembler les véhicules sur place permet aussi aux constructeurs de  contourner les quotas d’importation controversés actuellement en vigueur. Si la Tunisie a soi-disant libéralisé son régime légal des importations, la réalité est quelque peu différente, et les concessionnaires ne sont autorisés à écouler qu’un quart de leurs quotas à chaque trimestre.

Maroc - En 2017, pour la deuxième année consécutive, le déficit commercial s’est creusé

Il a progressé de 2.6%, enregistrant 189,8 milliards de dirhams, soit 6,7 milliards d’euros, contre 185 milliards en 2016. Autrement, dit, les exportations n’ont couvert que 56,3 % des importations. Le redressement des prix du brut a ainsi sévèrement pénalisé le royaume qui importe la quasi-totalité de ses besoins énergétiques.     Le déficit commercial du Maroc, selon l’indicateur préliminaire des échanges extérieurs...