Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 18 Janvier 2018

  •   Lynda Abbou
  • dimanche 26 novembre 2017 16:08

Algérie-Le PLF 2018 validé par les députés de la majorité: Rejet de l’ISF et plus d’austérité (vidéo)

Après une longue absence et après la campagne électorale, les députés de la majorité reviennent en force pour valider toutes les propositions du gouvernement et rejeter celles de l’opposition. 

 

 310 députés étaient présents ce dimanche dans l'hémicycle de l'Assemblée Populaire Nationale (APN). La majorité de ces députés qui n'ont pas participé au débat sur le Projet de loi de finances 2018 (PLF 2018), ont validé ledit projet ainsi que l'amendement de l'annulation de l'impôt sur la fortune (ISF).

53 amendements ont été soumis au vote dont 17 proposés par la Commission du budget et des finances de l'APN. Les 17 amendements de cette dernière ont tous étaient adoptés par la majorité. Ces mêmes élus ont rejeté "systématiquement " les 27 amendements proposés par les partis de l'opposition. Malgré ce "'échec", ces derniers ont réussi à faire passer plusieurs messages politiques. En plus du vote contre le PLF 2018, les députés du Front des Forces Socialistes (FFS), du Rassemblement pour la Culture et la Démocratie (RCD), du Mouvement de la Société pour la Paix(MSP), du Parti des Travailleurs (PT) et ceux de l'Union Nahda Adala Binaa ont fortement critiqué la politique "antisociale" du gouvernement par des interventions lors de la plénière et par des pancartes avec plusieurs slogans rejetant le PLF 2018. Mieux encore, les députés de ces partis se sont retirés de l’hémicycle lors de l’intervention du ministre des finances Abderrahmane Rouiya.

L’opposition dénonce l’austérité de la loi de finances

Le PT  a déclaré dans un communiqué que « pour la troisième année consécutive les autorités s'appuyant sur une majorité de députés FLN/RND et autres partis de l'allégeance impose une politique d'austérité d'une violence inouïe ».  Le groupe parlementaire du PT a aussi  dénoncé la « remise en cause des droits constitutionnels que provoquera inévitablement un tel projet de loi, » et, considère que la population est en droit de refuser par tous les moyens de la démocratie une politique, « antisociale et antipopulaire qui détruit tous les liens positifs qui lient les citoyens à l'Etat ». De son coté le  chef du groupe parlementaire du FFS, Chafaa Bouaiche a déclaré dans un point de presse improvisé que «  seule la majorité de l’Assemblée, le gouvernement et le pouvoir assument les graves conséquences   que la  loi de finances 2018 pourrait causer  ». Enfin, l'Union Nahda Adala Binaa a qualifié la validation du PLF  dans un communiqué « d’échec et de faiblesse du gouvernement ».  Par  ailleurs et concernant l’ISF, le ministre des finance Abderrahmane Rouia, a précisé lors d’une conférence de presse que c’est « l’Assemblée  qui a supprimé l’article 12 du PLF 2018,  cette institution est souveraine et elle n’a fait que jouer son rôle législatif ».    


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP 10.01.18 "l'Alternance aux présidentielles de 2019 n'est pas impossible:en voilà les conditions"

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Abderezak Dourari professeur des langues. "Le pouvoir algerianise son cosmos identitaire, tant mieux

A ne pas manquer

Prev Next

Le FMI dément vouloir imposer l’austérité à la Tunisie

Les déclarations qui se veulent rassurantes de son porte-parole aujourd’hui surviennent après les récentes protestations déclenchées par des mesures de la loi de finances 2018 ayant entraîné une hausse des prix du gasoil, des automobiles et des services de téléphonie et d'accès à internet.

De nouveaux investissements pour le secteur automobile tunisien (document OBG)

  Assembler les véhicules sur place permet aussi aux constructeurs de  contourner les quotas d’importation controversés actuellement en vigueur. Si la Tunisie a soi-disant libéralisé son régime légal des importations, la réalité est quelque peu différente, et les concessionnaires ne sont autorisés à écouler qu’un quart de leurs quotas à chaque trimestre.

Maroc - En 2017, pour la deuxième année consécutive, le déficit commercial s’est creusé

Il a progressé de 2.6%, enregistrant 189,8 milliards de dirhams, soit 6,7 milliards d’euros, contre 185 milliards en 2016. Autrement, dit, les exportations n’ont couvert que 56,3 % des importations. Le redressement des prix du brut a ainsi sévèrement pénalisé le royaume qui importe la quasi-totalité de ses besoins énergétiques.     Le déficit commercial du Maroc, selon l’indicateur préliminaire des échanges extérieurs...