Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 18 Janvier 2018

  •   Noreddine Izouaouen
  • samedi 30 décembre 2017 15:51

Algérie: Le DGI plaide pour l'assainissement des 12 000 milliards DA de "restes à recouvrer"

Le Directeur Général des impôts Mustapha Zikara a estimé ce samedi que l'Administration fiscale réalise ses objectifs annuels de recouvrement de la fiscalité.

 

Intervenant lors du Forum de Algérie Eco, ce samedi à l'hôtel El Aurassi, le Directeur Général des impôts Mustapha Zikara a indiqué que la fiscalité ordinaire réalisée jusqu'au 30 novembre dernier, a atteint 2994,5 milliards de dinars sur un objectif de 3000 milliards, soit un taux de 91% des objectifs. Concernant les produits fiscaux, le chiffre a atteint 2626,8 milliards de dinars sur un objectif de 2928 milliards, soit 90% du taux de recouvrement.

En réponse aux critiques faites annuellement par la Cours des comptes, l'hôte du Forum d'Algérie Eco dira qu'aujourd'hui il existe quelques 12 000 milliards de dinars comme "reste à recouvrer". "Sur les 12000 milliards dinars, 8000 sont des amendes judiciaires, dont 5500 concernent la banque la BRC qui n'existe pas aujourd'hui et n'a rien à payer", a-t-il dit. Ainsi, le responsable a plaidé pour l'assainissement de ce reste car il existe des restes à recouvrir qui datent des années 60. "Ces 12000 milliards de dinars ne sont plus une fiscalité réelle", a indiqué le responsable.

À propos des wilayas qui participent fortement au recouvrement du Budget de l'Etat, le DG des impôts dira que la Direction générale des grandes entreprises (DGE) vient en premier lieux avec plus de 60%, suivie par la direction d'Alger Centre, Sétif, Oran et Bilda. 

Concernant de la suspension de l'importation de près de 900 produits décidée par le ministère du Commerce, M. Zekara a indiqué que cette disposition affectera beaucoup plus les recettes des services douaniers que celles des Impôts. Sur ce sujet, il a rappelé que les recettes douanières sont déjà en baisse depuis quelques années. Selon l'intervenant les services des Impôts n'ont pas encore évalué les pertes fiscales que va engendrer la suspension d'importation de ces 900 produits.

Par ailleurs, M. Zekara a estimé que la participation des entreprises privées dans le budget de l'Etat demeure importante. " Sur le top 10 des entreprises qui participent au budget de l'Etat, il existe au moins quatre du secteur privé", a-t-il dit. 


Évaluer cet élément
(3 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP 10.01.18 "l'Alternance aux présidentielles de 2019 n'est pas impossible:en voilà les conditions"

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Abderezak Dourari professeur des langues. "Le pouvoir algerianise son cosmos identitaire, tant mieux

A ne pas manquer

Prev Next

Le FMI dément vouloir imposer l’austérité à la Tunisie

Les déclarations qui se veulent rassurantes de son porte-parole aujourd’hui surviennent après les récentes protestations déclenchées par des mesures de la loi de finances 2018 ayant entraîné une hausse des prix du gasoil, des automobiles et des services de téléphonie et d'accès à internet.

De nouveaux investissements pour le secteur automobile tunisien (document OBG)

  Assembler les véhicules sur place permet aussi aux constructeurs de  contourner les quotas d’importation controversés actuellement en vigueur. Si la Tunisie a soi-disant libéralisé son régime légal des importations, la réalité est quelque peu différente, et les concessionnaires ne sont autorisés à écouler qu’un quart de leurs quotas à chaque trimestre.

Maroc - En 2017, pour la deuxième année consécutive, le déficit commercial s’est creusé

Il a progressé de 2.6%, enregistrant 189,8 milliards de dirhams, soit 6,7 milliards d’euros, contre 185 milliards en 2016. Autrement, dit, les exportations n’ont couvert que 56,3 % des importations. Le redressement des prix du brut a ainsi sévèrement pénalisé le royaume qui importe la quasi-totalité de ses besoins énergétiques.     Le déficit commercial du Maroc, selon l’indicateur préliminaire des échanges extérieurs...