Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 24 Mai 2018

  •   Maghreb Emergent avec Agences
  • mardi 6 février 2018 11:24

Les craintes d’une accélération de l’inflation aux USA provoquent un mini-krach boursier

Les places boursières en Asie et en Europe plongent dans le sillage du décrochage spectaculaire de Wall Street lundi soir.

 

A l'ouverture en Europe, la baisse ne laissait aucune doute: -3,43% à la Bourse de Paris, -3,5% à Londres, -3,58% à Francfort, -3,3% à Madrid, -3,6% à Amsterdam. En Asie, le Nikkei perd 4,73% en clôture, Hong Kong chute de plus de 5% et Shanghai de 3%. Les places boursières sont gagnées par la panique après la chute vertigineuse de l'indice vedette de Wall Street, le Dow Jones de 4,60% à 24.345,75 points, après avoir enchainé des records depuis l’élection de Donald Trump, le 8 novembre 2016.  L‘indice Dow Jones a progressé de 42% et a atteint le 26 janvier dernier un record historique au-dessus de 26.400 points.

Selon les analystes,  la montée des rendements des bons de Trésor US  à dix ans, à leur plus haut niveau en 4 ans, et un bon rapport mensuel sur le marché de l'emploi américain dont une hausse des salaires a alimenté les craintes d'une accélération de l'inflation. Or ceci pourrait pousser la Réserve fédérale américaine à relever ses taux plus rapidement que prévu. Ainsi, ce sont les craintes au sujet de l'inflation qui ont mis le feu aux poudres, alors que l'année 2018 avait bien commencé, les indices boursiers enchaînant les records à New York.

"Les investisseurs sont convaincus que l'inflation revient et que les taux d'intérêt vont grimper plus haut que ce qui avait été anticipé", a résumé Stephen Innes, responsable des transactions Asie-Pacifique chez Oanda, interrogé par l'AFP.

La Maison Blanche rassure

Après ce mini-krach, les analystes s’interrogent  jusqu’où ira cette baisse. S'ils estiment que "la baisse pourrait durer encore un peu d'ici la fin de la semaine", ils jugent néanmoins que "les liquidités sont également abondantes et les investisseurs devraient rapidement juger que cette baisse est davantage saine que malsaine", ouvrant la voie à une stabilisation. "Évidemment, si de nouveaux signes tendent à confirmer que l'inflation accélère réellement aux États-Unis, la volatilité pourrait rester durablement plus forte", complètent-ils.

Réagissant au coup de tabac qui a ébranlé Wall Street lundi, la Maison blanche s‘est efforcée d‘atténuer les inquiétudes en déclarant que les fondamentaux de l‘économie américaine étaient “exceptionnellement forts” et que Donald Trump était concentré sur sa tâche.

Le porte-parole de la Maison blanche, Raj Shah, a déclaré aux journalistes que “les marchés fluctuent dans le court terme”. “Nous le savons tous. Mais les fondamentaux de notre économie sont très solides et vont dans le bon sens”, a-t-il ajouté.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • Crainte d'une accélération de l'inflation est un euphémisme.

    La réalité est que tout se dirige vers l'hyperinflation en raison des montagnes de dettes accumulées de par le monde et plus particulièrement en Occident ajoutée aux PQ imprimés à tout va et plus placés dans les achats d'actions afin de soutenir les marchés que pour créer de la valeur.

    Le $, les bourses et les états sont pris dans une nasse de laquelle ils ne sortiront pas sans dégâts.

    Préparons-nous au pire, car il y aura des cadavres à chaque coin de rue en ce monde. In the baba !

    Rapporter Vangelis mercredi 7 février 2018 09:39
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Exxon mobil achètera de la Sonatrach la totalité de la production de lubrifiant de la raffinerie d’Augusta pour les dix prochaines années

Toute la production de lubrifiant de la raffinerie d’Augusta, acquise par la société nationale des hydrocarbures, sera achetée par Exxon mobil pour une durée de dix années, a déclaré le conseiller du PDG de la Sonatrach lors d’une conférence de presse.

Discrimination public-privé: L’Etat veut casser le secteur privé des assurances

Les entreprises publiques d’assurance et AXA ont un pouvoir illimité de souscription des assurances entreprises PME-PMI, tandis que les compagnies privées sont limitées en la matière à moins de 500.000.000 DA

Violence et réalités parallèles, les tendances des programmes de télévision algériennes

Une semaine après le début du mois Ramadhan, le constat que fait un téléspectateur des chaînes de télévisions  algériennes, publiques et privées,  est que la tendance des productions cette année  est à l’anachronisme et le voyage dans le temps pour les séries comiques et à la violence pour les caméras cachés ainsi que  les feuilletons dramatiques.