Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 19 Juin 2018

  •   Ahmed Gasmia
  • mardi 21 février 2017 20:12

L’assurance des personnes gagnerait à intégrer des produits comme l’épargne-retraite - Olivier de la Guéronnière, DG d’Amana (Audio- RadioM)

L’assurance des personnes a un bel avenir en Algérie pour peu qu’on y intègre des produits comme l’épargne retraite, assure Olivier de la Guéronnière, DG d’Amana de passage mardi 21 février dans l'émission "l'invité du direct" de RadioM.

 

 La branche des assurances de personnes connaît depuis quelques années une croissance à deux chiffres malgré la progression plus ou moins lente du secteur des assurances dans sa globalité, a déclaré à Radio M, Olivier de la Guéronnière, directeur général d’Amana.

 Le dynamisme du segment des assurances des personnes est d’autant plus étonnant qu’il ne représente encore que 8% du chiffre d’affaires du marché des assurances. Amana exclusivement spécialisée dans cette branche a enregistré justement une croissance de 15 à 16% en 2016 avec une progression de 20% pour les assurances voyages, selon son directeur général.

 Celui-ci prédit, d’ailleurs un bel avenir aux assurances des personnes pour peu que certains produits y soient intégrés dont essentiellement l’épargne retraite. Un produit inexistant encore en Algérie principalement à cause de « l’absence d’un marché financier structuré qui nous permet d’investir dans des conditions professionnelles ».

 Il fera remarquer qu’en Europe, le marché des assurances des personnes représentent aujourd’hui 70% du marché des assurances. Une importance acquise précisément en raison de la diversification des offres.

  En Algérie, l’assurance des personnes représente encore un petit marché qu’il sera question de développer à l’avenir, souligne le directeur général qui a mis en avant les efforts consentis par la compagnie qu’il dirige pour développer ce marché.

 Il a évoqué à ce propos l’intérêt particulier accordé à l’innovation à travers le lancement du «vrai » tiers payant après la signature de conventions avec des cabinets médicaux supposés soigner gratuitement ou à prix réduits les bénéficiaires d’une couverture d’assurance Amana. Il a rappelé, en outre, que cette compagnie est actuellement la seule, du marché, à offrir le service du paiement électronique à ses clients.

 Amana, joint-venture, entre la SAA, la BDL, la BADR et le groupe français Macif ambitionne, selon le directeur général, de se positionner en leader durable sur le marché algérien en bénéficiant des atouts que lui offre, notamment son large réseau de représentations.

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie: La décision de la BCT d’augmenter son taux directeur inquiète les patrons

  Le vrai remède réside, selon la CONECT, dans l’accélération de la mise en œuvre des réformes stratégiques.

Algérie: GICA prépare de nouvelles opérations d’exportation en 2018

  Le groupe Gica a procédé, en mai dernier, à l'exportation de 45.0000 tonnes de clinker, dans le cadre d'un contrat portant sur une quantité globale de 200.000 tonnes. 

Algérie: "La solution de la planche à billets a été appliquée de façon excessive" (Nour Meddahi)

  L’économiste signale que le FMI vient de publier un document où il est précisé que finalement le déficit de 2017 a été de 8,8% au lieu des 5,6 prévus.