Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 19 Juin 2018

  •   Aboubaker Khaled
  • vendredi 2 mars 2018 18:33

Amana Assurances prévoit une augmentation de 23% de son chiffre d’affaires pour l’exercice 2017

Le chiffre d’affaire d’Amana Assurances, spécialisée dans les assurances de personnes, a atteint 2,2 milliards de dinars durant l’année 2017, selon les résultats préliminaires rendus publics par l’assureur.

 

Amana Assurances, spécialisée dans les assurances de personnes, prévoit une augmentation de 23% de son chiffre d’affaires pour l’exercice 2017.  « Un objectif de croissance satisfaisant dans un contexte économique difficile », a indiqué Olivier de la Guéronnière le directeur général de la compagnie d’assurance lors de la rencontre annuelle avec ses clients et partenaires, mercredi dernier à Alger.

Amana Assurances, née en 2011 d’un partenariat algéro-français entre la Société Nationale d’Assurance SAA, la MACIF (France) et les banques BDL et BADR, a réussi à doubler son chiffre d’affaire entre 2012 à 2017 pour attendre les 2,2 milliards de dinars. Une évolution jugée très satisfaisante par le directeur général, Olivier de la Guéronnière.

Pour ce qui est des règlements de sinistres, la compagnie d’assurance a réglé 392 millions de dinars pour les sinistres santé contre 301 millions de dinars en 2016. Pour les règlements de sinistre global, il est de l’ordre 942 millions de dinars en 2017 contre 679 millions de dinars en 2016.

L’assurance des personnes et surtout la complémentaire maladie n’est pas encore très répandue en Algérie. Cette situation semble ne pas freiner l’activité des assureurs, malgré le contexte économique difficile, et notamment la stagnation générale dans le secteur des assurances. Amana Assurances continue à mettre en place de nouveaux produits et services, distribués via son réseau de partenaires.

Selon Olivier de la Guéronnière « le déploiement du nouveau système métier courant 2017, le lancement de son nouveau site web en début 2018, s’inscrivent dans une démarche générale de digitalisation de ses services ». Pour rappel, Amana fait partie des entreprises pionnières qui ont inauguré le e-paiement en Algérie en 2016.   « A Amana Assurances, nous croyons pleinement au potentiel du marché des assurances de personnes en Algérie. C’est dans ce sens que nos collaborateurs et partenaires travaillent ensemble à développer les outils et services adaptés à l’évolution du marché pour devenir l’assureur de tous les Algériens », explique Olivier de la Guéronnière.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie: La décision de la BCT d’augmenter son taux directeur inquiète les patrons

  Le vrai remède réside, selon la CONECT, dans l’accélération de la mise en œuvre des réformes stratégiques.

Algérie: GICA prépare de nouvelles opérations d’exportation en 2018

  Le groupe Gica a procédé, en mai dernier, à l'exportation de 45.0000 tonnes de clinker, dans le cadre d'un contrat portant sur une quantité globale de 200.000 tonnes. 

Algérie: "La solution de la planche à billets a été appliquée de façon excessive" (Nour Meddahi)

  L’économiste signale que le FMI vient de publier un document où il est précisé que finalement le déficit de 2017 a été de 8,8% au lieu des 5,6 prévus.