Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 21 Septembre 2017

  •   Aymen Zitouni
  • mardi 13 décembre 2016 19:26

La hausse de 20% du tarif de la "garantie obligatoire" est dérisoire, le dumping menace les compagnies d’assurances (Hassan Khelifati)

 

 La hausse de 20% du tarif de la garantie obligatoire ‘’Responsabilité civile’’ (RC)  est insignifiante et le déficit prime/sinistre de la branche automobile va s'accentuer estime Hassan Khelifati, PDG d'Alliance Assurances. Le plus inquiétant, selon lui, est le dumping pratiqué par certains assureurs hors de toute "logique commerciale".

 

«Le déficit prime/sinistre de la branche automobile va s’accentuer et ce n’est pas l’augmentation de 20% sur la tarif de la garantie Responsabilité civile qui varie de 1600 à 1800 DA dans un contrat d’assurance automobile sur une année qui va redresser la situation des compagnies d’assurances qui courent vers l’insolvabilité », a expliqué à Maghreb Emergent le patron de Alliance Assurances, et vice-président de l’Union algérienne des sociétés d’assurance et de réassurance (UAR).

 Pour M. Khelifati, cette augmentation décidée par la Direction du Trésor public, est d’autant plus dérisoire qu’elle sera échelonnée sur quatre semestres, à raison de 5% pour chaque semestre à partir du premier janvier prochain.

 Le calendrier retenu par la Direction du Trésor et envoyé à l’UAR précise qu’à partir  du premier janvier 2017 les compagnies d’assurances dommages sont tenues d’appliquer un réajustement « progressif » de la garantie obligatoire Responsabilité civile : +5% au 1er janvier 2017, +5% le 1er juillet 2017, +5% le 1er janvier 2018 et +5% le 1er  juillet 2018.

 

 Guerre des prix

 

Le PDG de Alliance Assurance estime qu’une augmentation de 90 DA sur la Responsabilité civile sur un contrat de 6 mois ne pèse rien par rapport à ce que dépensent les compagnies en termes d’indemnisation des sinistres.  

 « Pour chaque Dinar encaissé dans la RC, les compagnies d’assurances dépensent entre 3 et 5 Dinars dans les sinistres automobiles », a-t-il expliqué, soulignant que les recommandations de l’UAR pour une augmentation « significative » des tarifs de la RC n’ont pas été retenues.

 Pour M. Khelifati c’est l’environnement global dans lequel évoluent les compagnies d’assurances qui doit pris en charge à travers « plus de régulation » pour « mettre de l’ordre » dans le marché des assurances en Algérie qui, indépendamment de la crise qu’il traverse du fait de la baisse des revenus pétroliers et de la chute de la valeur du Dinar, n’obéit à « aucune logique » économique.

 Il pointe du doigt ce qu’il qualifie de « guerre des prix » menée par quelques assureurs qui menace la survie de nombreuses compagnies. Les pratiques de dumping et de concurrence déloyale doivent cesser avec l’intervention du régulateur du marché qui doit s’assurer de la capacité des compagnies à honorer leurs engagements par rapport aux prix pratiqués, a-t-il conclu.

 

LIRE AUSSI :

Algérie - La solvabilité des compagnies d’assurance est menacée, estime Hassan Khelifati

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • M.KHELIFATI
    Bonjour
    J'ai beaucoup de respect pour vous et votre militantisme pour l'épanouissement de notre profession.
    J'ai exercé cette activité de 45 ans et confirme que ce n'est pas l'augmentation qui résoudra la problématique des compagnies d'assurance, ce qui range ce secteur :
    1- manque de professionnalisme
    2- concurrence déloyale
    3- solidarité entre les compagnies d'assurances
    4- la distribution des réductions allant jusqu'à 90%
    5- non respect du garde fou BONUS MALUS
    6-le non développement d'autres branches et s/branches
    7- manque de création de besoin d'assurance parmi le grand public
    8- de coassurance
    9- IDA
    10- élaboration des tarifs adaptés à la réalité Algérienne
    11- des portes ouvertes aux grands public
    Etc...

    Rapporter Sariane vendredi 16 décembre 2016 20:24
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Mohamed Ali Deyahi: Pourquoi l'emploi des jeunes s'est dégrade en 2017 malgré tout les efforts...

Sondage

Ahmed Ouyahia est de retour à la tête du gouvernement dans un contexte de crise des finances publiques

Vidéos

Algérie - Les préjudices de la LFC 2009 d'Ouyahia équivalent les déficits de 2016 - Ferhat Aït Ali

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie – Seuls 32,7% des demandeurs d’emploi ont pu être placés entre le 1er janvier et le 31 août 2017 (Anem)

Selon le directeur général de l’Agence nationale de l’emploi, Mohamed Tahar Chaâlal, 76% des personnes placées sont des hommes et seulement 23% des femmes. Expliquant l’écart, il a assuré que les femmes algériennes ont tendance à ne pas chercher un emploi mais n’a pas donné de chiffres montrant que les demandeuses d’emploi ont été, entre janvier et août 2017, moins...

Algérie - Le déficit commercial a baissé de plus de 40% sur les 8 premiers mois de l'année (Douanes)

Les exportations ont nettement augmenté, atteignant 23,51 milliards de dollars (mds usd) sur les 8 premiers mois de l'année 2017 contre 19,41 mds usd sur la même période de 2016 (+21,12%). Les importations, elles, ont connu une légère baisse en s'établissant à 30,84 mds usd contre 31,65 mds usd (-2,56%), en baisse de 0,81 mds usd.

Pour le commissaire du SILA, le "livre" "Battre les femmes: un outil de règlement des conflits conjugaux!" ne serait pas inutile

  L’année dernière, ce "livre" avait créé une grande polémique au Sila et le commissaire du salon, dans cet entretien à Ennahar TV, s’en est montré agacé, évoquant un « kotayyib » (petit livre) qui a provoqué un « gros tintamarre ». Sans ironie, il a expliqué qu’il pouvait être utile à ceux qui battent leurs femmes si violemment « qu’on a l’impression qu’elles ont été...