Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 18 Juin 2018

  •   Karim Sabeur
  • mercredi 28 décembre 2016 18:29

Algérie-Le secteur des assurances, en difficulté, risque de connaitre une croissance nulle en 2016

Le marché algérien des assurances qui a progressé de 2,2% en 2015 avec 130,82 milliards de dinars contre 128,03 milliards de dinars en 2014 risque de connaître en 2016 une stagnation, selon quelques indiscrétions des responsables des compagnies d’assurance.

 

La production pourrait se situer à moins de 140 milliards de dinars à la fin de l’année. D’ores et déjà, selon les informations diffusées par le Conseil national des assurances (CNA), les réalisations du marché à mi-2016 sont de 69,9 milliards de dinars. Même si le même volume est réalisé lors du deuxième semestre, on voit bien que la progression est lente. Encore faut-il souligner que les meilleures affaires ont vu leurs contrats renouvelés lors du premier semestre de cette année. Le secteur a ainsi subi de plein fouet les effets de la crise que traverse l’Algérie et le choc pour ce secteur des assurances était déjà prévisible notamment à cause du ralentissement des primes encaissées suite au boom du marché des véhicules depuis 2008 mais qui a vu sa progression ralentir à partir de 2012.

Pour cette année, le ton est donné par le leader du marché, à savoir la SAA. Son PDG, Nacer Saïs a déclaré à la presse en ce mois de décembre qu’il ne s’attend guère à une croissance soutenue. Le constat est vrai pour sa compagnie mais elle pourrait aussi entraîner dans son sillage les autres acteurs du marché. Selon le PDG de la compagnie qui détient environ un quart de parts du marché avec 27,4 milliards de dinars de chiffre d’affaires en 2015, la SAA espère «maintenir les réalisation de 2015 ou faire un peu plus dans une conjoncture difficile ».

Diversification des produits

Diverses sources ont souligné dans un précédent numéro de la Revue de l’assurance paraissant sous l’égide du Conseil national des assurances que la planche de salut réside dans la diversification des produits d’assurances en explorant d’autres niches autres que celle de l’assurance automobile en se dirigeant par exemple vers l’assurance des risques d’entreprises ou des nouveaux risques comme les risques technologiques.

Dans ce contexte, même le secrétaire permanent du Conseil national des assurances, Abdelhakim  Benbouabdellah, a souligné que a croissance du secteur à deux chiffres n’est plus d’actualité. Néanmoins, les spécialistes sont toujours en attente de données actualisées pour connaître les tendances du marché pour cette année.

La Base de données centralisée des statistiques fonctionnelle

D’ailleurs, pour donner davantage de visibilité au secteur des assurances, la Base de données centralisée des statistiques (BDCS) publiée dans sa première version pilote en 2013 a été actualisée en 2016 et devra permettre de constituer « un véritable tableau de bord pour les acteurs du marché », selon les propos de Benbouabdellah. Trois versions de la BDCS ont été publiées successivement avant de parvenir à la version actualisée. Début 2014, la première version constituait une version pilote qui regroupe un ensemble limité de statistiques basées essentiellement sur le passif des données du secteur. Mi-2014, plusieurs améliorations ont été intégrées tant au niveau des statistiques qu'au niveau des fonctionnalités. Une panoplie de statistiques a été intégrée. Avec la version 2.0 publiée en janvier 2015, la BCDS permet la génération automatique de plusieurs documents périodiques analysant le secteur des assurances en Algérie.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie: La décision de la BCT d’augmenter son taux directeur inquiète les patrons

  Le vrai remède réside, selon la CONECT, dans l’accélération de la mise en œuvre des réformes stratégiques.

Algérie: GICA prépare de nouvelles opérations d’exportation en 2018

  Le groupe Gica a procédé, en mai dernier, à l'exportation de 45.0000 tonnes de clinker, dans le cadre d'un contrat portant sur une quantité globale de 200.000 tonnes. 

Algérie: "La solution de la planche à billets a été appliquée de façon excessive" (Nour Meddahi)

  L’économiste signale que le FMI vient de publier un document où il est précisé que finalement le déficit de 2017 a été de 8,8% au lieu des 5,6 prévus.