Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 11 Décembre 2017

  •   Ahmed Gasmia
  • mardi 21 février 2017 20:12

L’assurance des personnes gagnerait à intégrer des produits comme l’épargne-retraite - Olivier de la Guéronnière, DG d’Amana (Audio- RadioM)

Olivier de la Guéronnière, directeur général d’Amana (Ph Y.Abba) 

L’assurance des personnes a un bel avenir en Algérie pour peu qu’on y intègre des produits comme l’épargne retraite, assure Olivier de la Guéronnière, DG d’Amana de passage mardi 21 février dans l'émission "l'invité du direct" de RadioM.

 

 La branche des assurances de personnes connaît depuis quelques années une croissance à deux chiffres malgré la progression plus ou moins lente du secteur des assurances dans sa globalité, a déclaré à Radio M, Olivier de la Guéronnière, directeur général d’Amana.

 Le dynamisme du segment des assurances des personnes est d’autant plus étonnant qu’il ne représente encore que 8% du chiffre d’affaires du marché des assurances. Amana exclusivement spécialisée dans cette branche a enregistré justement une croissance de 15 à 16% en 2016 avec une progression de 20% pour les assurances voyages, selon son directeur général.

 Celui-ci prédit, d’ailleurs un bel avenir aux assurances des personnes pour peu que certains produits y soient intégrés dont essentiellement l’épargne retraite. Un produit inexistant encore en Algérie principalement à cause de « l’absence d’un marché financier structuré qui nous permet d’investir dans des conditions professionnelles ».

 Il fera remarquer qu’en Europe, le marché des assurances des personnes représentent aujourd’hui 70% du marché des assurances. Une importance acquise précisément en raison de la diversification des offres.

  En Algérie, l’assurance des personnes représente encore un petit marché qu’il sera question de développer à l’avenir, souligne le directeur général qui a mis en avant les efforts consentis par la compagnie qu’il dirige pour développer ce marché.

 Il a évoqué à ce propos l’intérêt particulier accordé à l’innovation à travers le lancement du «vrai » tiers payant après la signature de conventions avec des cabinets médicaux supposés soigner gratuitement ou à prix réduits les bénéficiaires d’une couverture d’assurance Amana. Il a rappelé, en outre, que cette compagnie est actuellement la seule, du marché, à offrir le service du paiement électronique à ses clients.

 Amana, joint-venture, entre la SAA, la BDL, la BADR et le groupe français Macif ambitionne, selon le directeur général, de se positionner en leader durable sur le marché algérien en bénéficiant des atouts que lui offre, notamment son large réseau de représentations.

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP remet la visite de Macron à l’endroit et la Fetwa de Trump à l’envers

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

L'échéance 2019 ne nous détournera pas de la construction de la citoyenneté en Algérie

A ne pas manquer

Prev Next

Le marché de la téléphonie n’a pas été affecté par le contingentement des importations-Said Benmesbah (audio-vidéo)

Les représentants des marques de téléphonie mobile Algérie se sont très vite adaptés au nouveau contexte du marché qui impose le régime des quotas à l’importation, en s'orientant vers l'assemblage local.

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh (audio-vidéo)

Actuellement, les transactions de la finance islamique ne sont rentables ni pour les banques ni pour les citoyens, estime Hachemi Siagh, expert en finance internationale.

Kamal Kheffache (économiste):"L’Algérie manque de réactivité pour s’adapter aux exigences de la mondialisation"

Dans cette interview, l’économiste Kamal Kheffache considère que l’Algérie ne s’est pas adaptée aux exigences de la mondialisation » et que, en se fermant, elle ralentit « le développement économique ».