Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 11 Décembre 2017

  •   Karim Sabeur
  • vendredi 21 avril 2017 06:16

Algérie - Assurances 2016 : recul marqué dans l'agriculture, léger dans l'automobile, hausse dans le transport

 

Le Conseil national des assurances a rendu public jeudi le bilan du secteur avec des réalisations du marché au 31 décembre 2016 s’élevant à 133,9 milliards de DA (y compris les acceptations internationales), enregistrant ainsi une hausse de 2% comparativement au 31 décembre 2015.

 Le bilan dont Maghreb Emergent a obtenu une copie indique que le chiffre d’affaires réalisé par les assurances dommages est de loin le plus important avec 119,4 milliards de DA, soit une hausse de (0,6%) comparativement à 2015 et une part de marché de 89,2%. Le reste étant réalisé par les assurances des personnes.

 Une analyse par branche du bilan des assurances de l’année dernière permet de déceler, selon les deux responsables, que l’automobile a connu une baisse de 1,4% quoi qu’elle continue de représenter 54,6% de parts de marché. L’assurance automobile enregistre un montant de 65,3 milliards de DA, soit la moitié de toute la production du secteur.

 Selon le bilan des assurances de 2016 établi par le CNA, dans cette branche, les garanties facultatives (risques non obligatoires) suivent également une tendance baissière avec un taux de (1,8%) par rapport à la même période 2015. Quant aux risques obligatoires, ils progressent de (0,3%) et occupent (20,3%) du portefeuille de la branche.

 Parmi les assurances connaissant un repli figure celle de l’agriculture (10,3%) due aux baisses respectives des sous-branches dommages agricoles (50,8%). La production végétale diminue également (17,7%) ainsi que la production animale qui régresse de (9,6%). Ces domaines représentent (59%) du portefeuille de la branche. Et inversement, la sous-branche responsabilité civile agriculteur affiche une croissance de (5,7%) par rapport à la même période de l’exercice précédent.

 

L'assurance crédit en hausse

 

Il faut aller chercher les hausses de production dans la banche transport (21,3%) et crédit (23,9%). La hausse a été constatée dans l’ensemble des sous branches transport comme l’aérien marquant une évolution de (79,1%) soit (+1,1 milliards de DA en valeur), et ce suite à la souscription d’un important contrat en assurance « spatiale », suivie de la-sous branche transport terrestre avec une augmentation de (11,4%) (Soit +111,1 millions de DA).  Les sous branches transport ferroviaire et transport maritime enregistrent respectivement des hausses e (1750,7%) et (1,1%).

 

Selon le bilan des assurances de 2016, le crédit est aussi en hausse de 23,9%. L’assurance-crédit est générée par toutes les sous-banches à savoir la vente à tempérament qui marque une hausse de (618%) suite à la promulgation de la loi relative au crédit à la consommation de 2015, insolvabilité générale avec (25%), le crédit à l'exportation avec (13,2%) et le crédit hypothécaire avec (24,4%).

 

Quant aux parts de marché, le poids des sociétés d’assurance de dommages à capitaux privés s’élève à (23,3%). Leur chiffre d’affaires commun, d’un montant de près de 27,9 milliards de dinars, connaît une hausse de (3,4%) comparativement à la même période de 2015. Le reste est généré par les compagnies publiques.


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP remet la visite de Macron à l’endroit et la Fetwa de Trump à l’envers

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

L'échéance 2019 ne nous détournera pas de la construction de la citoyenneté en Algérie

A ne pas manquer

Prev Next

Le marché de la téléphonie n’a pas été affecté par le contingentement des importations-Said Benmesbah (audio-vidéo)

Les représentants des marques de téléphonie mobile Algérie se sont très vite adaptés au nouveau contexte du marché qui impose le régime des quotas à l’importation, en s'orientant vers l'assemblage local.

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh (audio-vidéo)

Actuellement, les transactions de la finance islamique ne sont rentables ni pour les banques ni pour les citoyens, estime Hachemi Siagh, expert en finance internationale.

Kamal Kheffache (économiste):"L’Algérie manque de réactivité pour s’adapter aux exigences de la mondialisation"

Dans cette interview, l’économiste Kamal Kheffache considère que l’Algérie ne s’est pas adaptée aux exigences de la mondialisation » et que, en se fermant, elle ralentit « le développement économique ».