Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 11 Décembre 2017

  •   Ahmed Gasmia
  • dimanche 11 juin 2017 17:31

"Les entreprises algériennes s’intéressent de plus en plus aux produits d’assurance-groupe"-Hakim Soufi (audio-vidéo)

Hakim Soufi, PDG de la compagnie d'assurance Macir Vie/ Ph: Ahmed Sahara

« Aujourd’hui, on ressent une prise de conscience à la fois du côté des entreprises et du côté des employés eux-mêmes quant à l’intérêt que représente l’assurance des personnes en général », explique Hakim Soufi, P-DG de Macir Vie

 

 

Les entreprises algériennes s’intéressent de plus en plus aux produits d’assurances destinés à leurs employés, constate Hakim Soufi, P-DG de Macir Vie, lors de son passage, jeudi, sur Radio M. Il se réjouit d’une réelle « prise de conscience » qui s’est traduite, pour sa compagnie du moins, par une progression de 14% de la demande sur la garantie en assurance groupe, en 2016, par rapport à l’année précédente. Ce qui a fortement contribué à la croissance de 8% du chiffre d’affaires global de la compagnie en 2016.

L’intérêt, aujourd’hui palpable du côté des opérateurs économiques pour un certain nombre de produits d’assurances non obligatoires est le fruit, selon M. Soufi, d’une politique de communication agressive menée, quatre années durant, par Macir Vie.

Quelques années plus tôt, les entreprises ne s’intéressaient à un certain nombre de produits d’assurances que pour fidéliser leurs personnels auxquels ces produits étaient offerts comme une récompense. « Aujourd’hui, on ressent une prise de conscience à la fois du côté des entreprises et du côté des employés eux-mêmes quant à l’intérêt que représente l’assurance des personnes en général », explique M. Soufi. « La main-d’œuvre qualifiée se fait de plus en plus rare et les entreprises offrent aujourd’hui différents avantages pour l’attirer et la maintenir. Des avantages tels que les formations, mais aussi des avantages en matière d’assurance », explique l’invité de Radio M.

Leader du marché

La compagnie Macir Vie, spécialisée dans les assurances de personnes, entend développer davantage ce créneau, selon le P-DG qui signale que la compagnie est, actuellement, leader dans le domaine de l’assurance voyage, tout particulièrement. « La croissance de l’assurance voyage a été plus rapide que les autres car  on constate qu’il y a une très forte envie du consommateur algérien de voyager et une plus grande facilité d’acquisition des visas », explique-t-il.

La compagnie Macir Vie qui détient un chiffre d’affaires de 1,5 milliards de dinars, contre 225 millions de dinars à sa création en 2011, mise, selon son P-DG, sur le développement de son réseau d’agences en s’appuyant, principalement, sur celui de sa maison mère, la compagnie CIAAR.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP remet la visite de Macron à l’endroit et la Fetwa de Trump à l’envers

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

L'échéance 2019 ne nous détournera pas de la construction de la citoyenneté en Algérie

A ne pas manquer

Prev Next

Le marché de la téléphonie n’a pas été affecté par le contingentement des importations-Said Benmesbah (audio-vidéo)

Les représentants des marques de téléphonie mobile Algérie se sont très vite adaptés au nouveau contexte du marché qui impose le régime des quotas à l’importation, en s'orientant vers l'assemblage local.

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh (audio-vidéo)

Actuellement, les transactions de la finance islamique ne sont rentables ni pour les banques ni pour les citoyens, estime Hachemi Siagh, expert en finance internationale.

Kamal Kheffache (économiste):"L’Algérie manque de réactivité pour s’adapter aux exigences de la mondialisation"

Dans cette interview, l’économiste Kamal Kheffache considère que l’Algérie ne s’est pas adaptée aux exigences de la mondialisation » et que, en se fermant, elle ralentit « le développement économique ».