Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 11 Décembre 2017

  •   Karim Sabeur
  • samedi 26 août 2017 08:18

Vague de changements à la tête des compagnies d’assurances

Les nouveaux responsables prennent leurs fonctions dans un contexte difficile qui a vu le chiffre d’affaires du secteur chuter de 8% au premier trimestre 2016.

 

En quelques années, les compagnies d’assurance publiques et privées ont pu renouveler entièrement leurs staffs. Les changements à la tête de ces compagnies se sont poursuivis cet été avec l’arrivée de nouveaux directeurs généraux.

Dans le secteur privé, les propriétaires de la CIAR et l’Algérienne des Assurances, respectivement Hadj Tahar Soufi et Abdelwahab Rahim, sont deux hommes d’affaires qui ont décidé d’opérer des changements.

L’ancien DG, Tahar Bala, est remplacé à l’Algérienne des Assurances par le nouveau Deputy General Manager, Mourad Kaoula, précédemment cadre à Trust Assurances.

Mouloud Abane est directeur général technique à la CIAR en remplacement de l’ancien DG, Hocine Hassani. Abane était président du conseil d’administration de la filiale d’assurance de personnes de la SAA, Amana.

Dans le secteur public, ce sont les compagnies d’assurances de personnes qui ont vu l’arrivée de nouveaux directeurs généraux. La filiale de la Caisse nationale de mutualité agricole, Le Mutualiste, n’est plus dirigée par Mohamed Rafik Benelmouffok, remplacé par Attmane El Akeb Kamel, qui assurait jusque-là les fonctions de directeur de la caisse régionale de Chlef.

Ces nominations à la CIAR et au Mutualiste ne sont pas encore rendues publiques. Ce sera chose faite dès que les conseils d’administration acteront ces changements ou dès que la période d’essai sera achevée.

Toujours dans le secteur public, l’ex-DG de Taamine Life Algérie, filiale de la CAAT, Nacer Aberhouche a présenté sa démission au conseil d’administration depuis juin dernier. Il est remplacé par mademoiselle Dalila Ouaïl qui assure l’intérim en attente de désignation d’un nouveau responsable. Dalila Ouaïl occupait jusqu’ici les fonctions de directrice commerciale à la même compagnie.

Les autres acteurs du marché des assurances n’ont pas échappé à la règle du renouvellement du staff managérial. C’est le cas du Fonds de garantie automobile, Mohamed Fatmi, qui a quitté la compagnie pendant cet été pour être remplacé par un nouveau responsable en la personne d’Abderrahmane Ahmed-Bacha, qui était déjà cadre à la même société en tant que directeur juridique et technique.

Ces nominations viennent après celles opérées dans d’autres compagnies publiques et privées. C’est le cas pour la compagnie des assurances des hydrocarbures, CASH, qui a vu arriver à sa tête depuis plusieurs mois, Mokhtar Naouri, qui a remplacé Abdelhak Benallègue.

Naouri dirigeait la filiale d’assurance de personnes de la CAAR, dénommé CAARAMA. Depuis son départ elle a vu l’arrivée d’un nouveau P-DG en la personne d’Amar Meslouh. Les deux filiales de la CAAT et de la CAAR ont la particularité de gérer quasiment la moitié du portefeuille d’assurances de personnes de 10 milliards DA en 2016.

Quant au privé, on se souvient du départ récent de Mecellemm Adlène, Chief Executive Manager d’AXA Algérie désormais dirigée par Vasserot Pierre, directeur général.

Cardiff est aussi dirigée par Giraudon après le départ récent de Jean Pierre Lepaud du poste de directeur général. Déjà en juillet 2014, il y a eu le départ de Lamara Latrous de la direction de la SAA pour être remplacé par Nacer Saïs. Même la filiale d’assurance de personnes de la SAA, Amana, a vu le départ de Pierre Olivier Adrey, remplacé par Olivier de Lagueronnière.

A noter que le changement à la tête de la SAA a entraîné la vacance du poste de président de l’Union des assureurs et des réassureurs confiée suite à une réunion de ses membres à Brahim Djamal Kassali, considéré comme l’un des plus anciens DG des compagnies d’assurances car il y exerce depuis une décade.

La CAAT a aussi permis l’ascension de Youcef Benmicia, haut cadre dans la même entreprise avant d’être nommé PDG pour remplacer Abdelkrim Djafri en juillet 2014.

Le défi d’extirper le secteur de sa torpeur

Malgré ce mouvement à la tête des compagnies, il y a une mutuelle restée sans management à sa tête. C’est la mutuelle des enseignants, MAATEC. Son DG, Mohamed Yahiaoui, n’exerce plus. Un décret de fin de fonction est même publié à ce sujet depuis des mois sans qu’aucun successeur ne soit nommé. 

En tout, les milieux informés parlent d’autres changements qui vont intervenir à la tête des compagnies publiques qui comptent encore quelques entités comme la CAGEX, spécialisée dans l’assurance des opérations du commerce extérieur.  

Dans le privé, il y a aussi Salama assurances qui a changé de staff avec l’arrivée depuis deux ans d’Abdelhakim Hadjou, précédemment à Trust assurances où il est remplacé par Mohamed Benarbia.

Dans les assurances des personnes, l’Algérienne vie garde toujours son DG, Saïd Haddouche et Macir Vie a toujours à sa tête le P-DG, Soufi Mohamed Hakim. A noter également que la Générale des assurances méditerranéennes garde Hadj Mahammed en tant que DG.

Les nouveaux cadres à la tête du management des compagnies prennent leurs fonctions dans un contexte difficile qui a vu le chiffre d’affaires du secteur chuter de 8% au premier trimestre 2016. Ils sont soumis au défi d’extirper le secteur de sa torpeur. 

 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP remet la visite de Macron à l’endroit et la Fetwa de Trump à l’envers

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

L'échéance 2019 ne nous détournera pas de la construction de la citoyenneté en Algérie

A ne pas manquer

Prev Next

Le marché de la téléphonie n’a pas été affecté par le contingentement des importations-Said Benmesbah (audio-vidéo)

Les représentants des marques de téléphonie mobile Algérie se sont très vite adaptés au nouveau contexte du marché qui impose le régime des quotas à l’importation, en s'orientant vers l'assemblage local.

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh (audio-vidéo)

Actuellement, les transactions de la finance islamique ne sont rentables ni pour les banques ni pour les citoyens, estime Hachemi Siagh, expert en finance internationale.

Kamal Kheffache (économiste):"L’Algérie manque de réactivité pour s’adapter aux exigences de la mondialisation"

Dans cette interview, l’économiste Kamal Kheffache considère que l’Algérie ne s’est pas adaptée aux exigences de la mondialisation » et que, en se fermant, elle ralentit « le développement économique ».