Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 18 Juin 2018

  •   Aboubaker Khaled
  • dimanche 15 avril 2018 17:17

L’assurance de personnes porte la croissance de tout le marché des assurances- Hakim Soufi (audio)

Il y a « un phénomène marquant » dans le secteur représenté par les assurances de personnes qui porte et soutient désormais la croissance de « tout le marché des assurances ».

 

Le secteur des assurances de personnes a réalisé une belle année en 2017.  Il a contribué à 12,8% de croissance sur l’ensemble du secteur et enregistré une croissance de 8% de son chiffre d’affaires. C’est aussi, 1,5 milliard de dinars de production additionnel par rapport à l’année précédente », a déclaré dimanche, Hakim Soufi, PDG de la compagnie d’assurance MacirVie dans l’Invité du direct de RadioM.

Hakim Soufi a expliqué cette performance par le fait qu’il y a « un phénomène marquant » dans le secteur représenté par les assurances de personnes qui porte et soutient désormais la croissance de « tout le marché des assurances ». Et d’ajouter que les assurances de personnes peuvent être « à terme » le secteur qui va tirer la croissance du marché des assurances en Algérie.

Malgré la stagnation de la croissance du secteur des assurances durant l’année 2017, le PDG de MacirVie estime que c’est « extrêmement important de voir les assurances de personnes soient le lead du secteur et encore mieux qu’il porte la croissance du marché, car cela démontre que tous les PDG font un grand travail pour en arriver là ».

Actuellement, on est en train de passer des conventions avec des compagnies publiques, qui seront finalisées les prochains jours par la commission de supervision des assurances et, qui permettront à terme de bénéficier du professionnalisme de Macir Vie. Et surtout pour combler le déficit des compagnies qui n’ont pas d’assurance vie », souligne Hakim Soufi. Ce qui va permettre à MacirVie d’avoir « la plus grande densité de réseau au Maghreb », a-t-il souligné.


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • plusieurs experts disent que sans le TAKAFUL, il n'y aura JAMAIS de vrai croissance dans les assurances ! la raison est simple car les algeriens ne veulent pas d'assurance classique !!!!

    Rapporter mounia lundi 16 avril 2018 08:40
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie: Les grands choix économiques du pays analysés par Nour Meddahi (Audio)

  Nour Meddahi, professeur d'économétrie et finances à la Toulouse School of Economics revient dans l’entretien accordé à Radio M sur les choix économiques faits par l’Algérie pour atténuer les effets de la baisse des prix du pétrole sur les marchés internationaux, une baisse entamée dès l’été 2014.

Pétrole: Le Brent chute à 73 dollars

  L'Arabie saoudite et la Russie ont fait part de leur souhait d’augmenter leurs productions respectives.

L’Afrique, le Maghreb et les flux migratoires (contribution)

  Il s’agira de poser les véritables problèmes, concernant les flux migratoires venant d’Afrique,  pour  avoir de véritables solutions loin de la démagogie et de la surenchère car  le sujet  est  complexe, la responsabilité étant partagée  entre les dirigeants européens et africains.