Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 11 Décembre 2017

  •   Yazid Taleb
  • mardi 30 septembre 2014 08:15

Les banques publiques algériennes, instruments passifs des choix du Gouvernement

Les crédits à l’investissement accordés par la CNEP ont atteint 343 milliards de DA ( plus de 4 milliards de dollars) en 2012
 
A l’occasion de sa dernière intervention publique,  le délégué général de l’ABEF, M. Abderrezak Trabelsi a été affirmatif. «La situation financière des banques algériennes est stable et  nous est enviée par beaucoup de  pays».

 
« Je vous le confirme, le système financier algérien est solide » soutient avec beaucoup d’assurance M.Trabelsi ; Et pour preuve , il rappelle la mise en œuvre récente d’ une politique monétaire destinée à  réduire l’excès des liquidités bancaires, « estimées estimé encore il y a peu   à 2.900 milliards de dinars ». Celle-ci a été conduite  grâce au financement bancaire  de programmes économiques naguère  budgétisés. M Trabelsi   mentionne, à titre d’exemples, la Sonelgaz qui doit  bénéficier de 1.400 milliards de dinars  et le programme de logements LPP de 1.060 milliards de dinars. Après la BEA considérée de longue date comme la « banque de Sonatrach », voila que le gouvernement algérien a décidé en quelques mois de transformer quasiment la CNEP en « banque de Sonelgaz » tandis que le CPA est appelé officiellement à devenir « une banque du logement ». C’est  un grand retour du concept -et de la pratique- de la spécialisation bancaire en vogue dans les années 70 qui risque de transformer durablement le paysage bancaire algérien en l’éloignant de tous les standards internationaux.
Quand le CPA devient la « banque du logement »…..
Au printemps 2013, le ministre de l’habitat et le PDG du CPA  annonçait en chœur et triomphalement:  « La plus grosse opération de financement par  concours bancaire dans l’histoire de l’Algérie et l’une des plus importantes à l’échelle mondiale » (sic). La banque du boulevard  Amirouche  doit  à ce titre, prendre la tête de financements syndiqués assurés par l’ensemble des banques d’Etat  au profit de la relance des programmes AADL et de logements promotionnels . Au total, 1 200 milliards de dinars (soit 15 milliards de dollars) seront versés par l’ensemble des banques publiques algériennes pour mener à bien ces projets immobiliers. Cette  décision est commentée avec  enthousiasme par le ministre de l’Habitat et de l’urbanisme, Abdelmadjid Tebboune, pour qui  « l’Algérie vient, grâce à ces conventions, de franchir une étape extrêmement importante dans la reconversion de l’économie nationale  grâce à la nouvelle stratégie du secteur de l’habitat qui vise à alléger les charges sur le Trésor en impliquant les banques publiques dans la réalisation de ses projets ».
Un enthousiasme pas forcement partagé par la plupart des spécialistes qui observent avec perplexité les transformations  récentes , et massives, de la structure du portefeuille des banques publiques au profit du financement des infrastructures économiques et sociales tandis que l’investissement productif peine encore à décoller.
 …..Et la CNEP  la « banque de Sonelgaz ».
Le CPA n’est en effet pas la seule banque concernée par cette nouvelle orientation .Voici quelques mois  c’est un communiqué de la CNEP passé un peu inaperçu dans les médias nationaux qui annonçait que cette dernière a été récemment appelée au chevet de Sonelgaz dont elle finance depuis le début de 2012, les investissements en mobilisant ses excédents colossaux. Les crédits à l’investissement accordés par la CNEP ont atteint 343 milliards de DA ( plus de 4 milliards de dollars) en 2012. A elle seule SONELGAZ a bénéficié  de 312 milliards de dinars soit près de 90% des crédits à l’investissement octroyés par la CNEP en 2012. En comparaison , et pour donner une idée de l’importance de cette décision, la  « Banque de l’habitat » n’a accordé, en dépit d’une progression très sensible de son activité dans ce domaine, qu’un peu plus de 40 milliards de dinars de crédits immobiliers en 2012.
Des risques importants
Depuis la fin de l’année 2011 , en vue d’ utiliser leurs ressources financières excédentaires ,les banques commerciales publiques sont ainsi  sollicitées massivement  par l’Etat ,qui est  leur actionnaire unique, pour financer les investissements réalisés dans les infrastructures économiques et sociales, en lieu et place du Trésor public, qui assurait encore presque exclusivement ce rôle jusqu’à une période récente. D’où les dernières décisions  concernant la CNEP et le CPA mais qui affectent en réalité l’ensemble des banques publiques à travers la pratique des « crédits syndiqués » qui ont mobilisés au total l’équivalent de 8 milliards de dollars en 2012.Aux yeux de beaucoup de spécialistes, les évolutions récentes du secteur bancaire algérien sont porteuses de risques importants  pour la structure du portefeuille des banques publiques  et leur solidité financière. Elles risquent également d’accentuer le dualisme existant entre banques publiques et privées.
Banques universelles ou banques spécialisées
Les orientations récentes des autorités financières algériennes tournent en effet  le dos à ce qui était voici encore quelques années  le credo de toutes les banques publiques : la « banque universelle » développant à la fois ses activités en direction des entreprises , tous secteurs confondus , des professions libérales ou encore des particuliers .C’était devenu le programme et la stratégie affichée par les  banques publiques  algériennes depuis plus d’une décennie. A l’image de toutes les grandes banques internationales, il s’agissait d’élargir leurs domaines de compétence, renforcer leur professionnalisme , accroitre leur rentabilité et diviser leurs risques .Aujourd’hui le changement de décor est complet. La concentration des crédits accordés par certaines banques publiques au profit d’un seul secteur, voire même d’une seule entreprise, risque de se révéler à l’avenir  un facteur de fragilité qui semble ignorer les règles prudentielles les plus élémentaires….
 
Vers une accentuation du dualisme entre banques publiques et banques privées.
 
Le risque de renforcement du dualisme entre des banques privées  fortement bénéficiaires  et des banques publiques fragilisées par les contraintes imposées par l’Etat est également réel. Les dernières années ont surtout été marquées  par une accentuation  du dualisme entre les deux secteurs. Pour l’essentiel, les décisions gouvernementales concernant le crédit documentaire ont constitué une forte incitation au renforcement de  la spécialisation des banques privées, dont 70% des engagements sont constitués  de crédits à court terme, dans un financement du commerce extérieur devenu très rentable.
De leur coté, les banques publiques , dont plus des deux tiers des engagements sont déjà des crédits à moyen et long terme ,ont été simultanément invitées à supporter seules le poids des décisions récentes de financement massif de la micro entreprise ou de financement des infrastructures économiques et sociales. Avec les risques que cela comporte inévitablement pour le recouvrement futur  de leurs créances et leur santé financière….
 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP remet la visite de Macron à l’endroit et la Fetwa de Trump à l’envers

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh

A ne pas manquer

Prev Next

L’approvisionnement de l’Egypte en GPL et GNL algériens en discussions

Parallèlement, le P-DG du groupe algérien Sonatrach a eu des discussions avec le patron de la compagnie pétrolière koweïtienne concernant la coopération dans le domaine du raffinage et de l’industrie  pétrochimique.

Le marché de la téléphonie n’a pas été affecté par le contingentement des importations-Said Benmesbah (audio-vidéo)

Les représentants des marques de téléphonie mobile Algérie se sont très vite adaptés au nouveau contexte du marché qui impose le régime des quotas à l’importation, en s'orientant vers l'assemblage local.

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh (audio-vidéo)

Actuellement, les transactions de la finance islamique ne sont rentables ni pour les banques ni pour les citoyens, estime Hachemi Siagh, expert en finance internationale.