Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 11 Décembre 2017

  •   Yazid Ferhat
  • mercredi 7 janvier 2015 11:08

Algérie-Les banques privées ne doivent pas rester 100% internationales-A.Benkhalfa sur RadioM (audio-vidéo)

Abderrahmane Benkhalfa, analyste économique et financier/Ph: Y.Bouktache

La nouvelle volonté politique d’aller vers le financement des grands projets d’infrastructure par le secteur financier ne peut se faire avec un secteur bancaire qui n’a pas encore parachevé  sa modernisation.

 

Abderrahmane Benkhalfa, analyste économique et financier a estimé, lors de son passage mardi sur les plateaux de Radio M, la webradio de Maghreb Emergent, que le secteur bancaire ne peut prendre le relais du financement des projets d’infrastructure sans compléter sa modernisation et sans que le secteur marchand de l’Etat n’ait un niveau de vigueur qui lui permet de prendre des engagements et d’y faire face.

M. Benkhalfa qui a rappelé que le financement des projets par le budget de l’Etat se fait à fonds perdus, contrairement au financement par le secteur bancaire, a indiqué que ce dernier ne fonctionne qu’avec des moyens financiers limités actuellement.

Des pistes pour la réforme du secteur financier

L’ « Invité du Direct » de RadioM, avance des pistes pour la reprise en 2015 des réformes du secteur financier. Selon lui, 2015 doit être l’année d’agreement de nouvelles banques, y compris algériennes, « sans rester naïf » vis-à-vis des banques étrangères. «  Si j’ouvre un marché aussi étendu, je me fais autoriser pour entrer dans son capital du groupe », a-t-il expliqué. Il a cité, dans ce sens, la banque marocaine Attijariwafa Bank qui a pris une envergure continentale avec un réseau de 6000 agences en Afrique dont la demande d’agreement est restée en souffrance pendant des années.

 « Je suis favorable à l’agreement de cette banque parce qu’elle viendra enrichir un marché comme le nôtre », a-t-il dit. Et de préciser que cela se fera en entrant dans le capital de cette « grande banque » pour « un équilibre des intérêts ». « Je suis pour les intérêts croisés », a lancé M. Benkhalfa qui se dit aussi favorable à ce que les banques privées en activité en Algérie ne restent pas totalement internationale.

Ouverture du capital des banques par le biais de la Bourse

D’ailleurs, l’une des pistes avancées pour le développement du secteur financier algérien est de prendre des mesures institutionnelles pour que les banques privées cèdent au moins 15 % de leur capital à la Bourse d’Alger. De même, pour les banques publiques qui doivent, selon lui, ouvrir une part significative de leur capital.

Par ailleurs, M. Benkhalfa plaide pour la rénovation de la gouvernance des banques publiques, la mise en place d’un statut d’administrateur indépendant à leur niveau, déconcentrer le pouvoir de décision et aller vers la monnaie électronique.

L’emprunt obligataire fonctionne quand il n’y a pas d’excès de liquidité

Interrogé sur la possibilité de financer les investissements par l’emprunt obligataire, l’Invité du Direct a expliqué que dans l’état actuel des choses cette entreprise sera vouée à l’échec. Selon, M. Benkhalfa, le recours au marché obligataire fonctionne quand il n’il y a pas d’excès de liquidités dans les banques. Or, tel n’est pas le cas aujourd’hui et les banques ont trouvé d’autres gisements de profitabilité.

Selon lui, les banques préfèrent placer ce qu’elles ont pour aller faire de l’intermédiation par le biais de la Bourse. « Le marché obligataire demande 4% quand le crédit à la Banque est bonifié à 1% », a-t-il illustré. En somme, M. Benkhalfa estime que le marché financier ne peut jouer son rôle dans l’économie, sans un secteur bancaire ouvert et efficient en redonnant  au taux d’intérêt sa valeur.

Extrait vidéo : bit.ly/1At2RWl 

 

Ecouter l'émission: 

 

 


Évaluer cet élément
(4 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • un liquidateur des banques publiques ...
    les banques occidentales ont des produits très complexes mais simples à comprendre, elles veulent ramasser beaucoup d'argent en spéculant sans financer et ruiner le pays si leurs élites leur demandent avec leurs produits dérivés, vous n'avez aucun niveau face à eux pour leur résister ou alors vous êtes complices, un de ces apatrides au pouvoir, nous ne voulons pas de ces vautours.

    Rapporter ram jeudi 8 janvier 2015 07:57
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP remet la visite de Macron à l’endroit et la Fetwa de Trump à l’envers

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh

A ne pas manquer

Prev Next

L’approvisionnement de l’Egypte en GPL et GNL algériens en discussions

Parallèlement, le P-DG du groupe algérien Sonatrach a eu des discussions avec le patron de la compagnie pétrolière koweïtienne concernant la coopération dans le domaine du raffinage et de l’industrie  pétrochimique.

Le marché de la téléphonie n’a pas été affecté par le contingentement des importations-Said Benmesbah (audio-vidéo)

Les représentants des marques de téléphonie mobile Algérie se sont très vite adaptés au nouveau contexte du marché qui impose le régime des quotas à l’importation, en s'orientant vers l'assemblage local.

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh (audio-vidéo)

Actuellement, les transactions de la finance islamique ne sont rentables ni pour les banques ni pour les citoyens, estime Hachemi Siagh, expert en finance internationale.