Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 24 Juillet 2017

  •   Maghrebemergent
  • mardi 2 août 2016 16:30

Tunisie: Poursuite de la croissance, mais à un rythme moins vigoureux que prévu (BCT)

 

 

Le redressement de la croissance économique, amorcé au début de 2016, devrait se poursuivre dans les trimestres à venir, mais à un rythme moins vigoureux que prévu quelques mois plus tôt, indique un document publié par la Banque centrale de Tunisie (BCT) sur les évolutions monétaires et conjoncturelles au terme du 2eme trimestre 2016 ainsi que les perspectives à moyen terme. 

 

La BCT s'attend donc que le rythme de progression de l’activité demeure positif au second trimestre, en dépit de la poursuite des difficultés dans les secteurs extractifs et de la faible demande étrangère adressée à la Tunisie. Dés lors, la BCT tablent sur une progression positive du PIB, aux prix constants de 2010, aux alentours de +0,3% en variation trimestrielle (+1,8% en glissement annuel) au 2ème trimestre de 2016. Cette progression devrait porter la croissance semestrielle à +1,4% et une croissance annuelle à fin juin de +1,3%. Les récentes prévisions à moyen terme ont revu à la baisse la croissance du PIB, aux prix constants de l’année 2010, pour la période 2016-2017. Selon les prévisions de la BCT, la croissance annuelle serait de 1,8% en 2016 et 3% en 2017, contre 2% et 3,5% estimées en avril dernier.

Cette révision à la baisse de la croissance est le résultat des performances en deçà des attentes, de plusieurs secteurs d’activité durant le premier semestre 2016, ainsi que de l’apparition de nouveaux risques baissiers à plus long terme. Mais, la tendance générale devrait s’améliorer lentement mais resterait sujette à divers aléas, relève la Banque centrale tunisienne, selon laquelle les incertitudes, qui font craindre une croissance plus faible qu’attendu sont multiples.

Morosité

Sur le plan interne, les risques concernent, pour l’essentiel, le prolongement de la crise politique, la persistance de troubles sécuritaires et de l’instabilité sociale dans les zones d’extraction et de production, ce qui pourrait freiner le rétablissement de la production et de l’investissement à l’horizon de prévision. En outre, les retards accusés pour la mise en place des réformes nécessaires (Code d’investissement, etc.) pourraient affecter négativement le climat des affaires, alors que l’arbitrage consommation-épargne pourrait impacter le rythme de progression de la demande de consommation. Par ailleurs, la persistance du déficit de liquidité bancaire à des niveaux historiquement élevés et la hausse des prêts non performants pourraient réduire la capacité du système bancaire à mobiliser les ressources nécessaires pour le financement de l’économie.

 

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

L’ambassadeur italien à Alger a évoqué sur Radio M le procès Saipem et l’investissement de Cevital en Italie

Sondage

Ahmed Ouyahia a appelé le gouvernement Tebboune à privatiser les entreprises publiques en difficultés. Vous pensez que cette mesure est :

Risquée car elle va encore renforcer les amis du clan présidentiel dans le monde des affaires - 34.4%
Nécessaire car les recapitalisations des entreprises publiques défaillantes par le trésor coutent trop chères à la collectivité - 39.2%
Impossible à réaliser car le gouvernement Tebboune n’a pas l’autorité morale pour l’engager si tel devenait son but - 18.3%

Total votes: 999

Vidéos

Le CPP part en vacances avec le routard du 5e mandat

A ne pas manquer

Prev Next

« Les attaques contre Haddad relèvent du show médiatique » (Belkacem Boukhrouf)

    Pour l'économiste, Belkacem Boukhrouf  « la gabegie comme la corruption sont dans les institutions, les lois et les usages politiques de l’Algérie ». D’où la nécessité, estime-t-il, de poser la question de savoir « qui a permis à Ali Haddad d’avoir toutes ses ramifications ».

Le marché pétrolier enregistre "une tendance vers un rééquilibrage" (producteurs)

  La volatilité du marché a été plus faible ces dernières semaines, selon le Comité de suivi des pays Opep et non Opep.

Le dinar tunisien sera sous pression, en cas de demande soutenue de devises (expert)

L’économiste ne pense pas que les recettes touristiques puissent doper les réserves en devises.