Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 20 Janvier 2017

  •   Maghreb Emergent
  • mardi 30 août 2016 17:32

Opportunités d’affaires en Afrique : Attijariwafa bank s’allie avec JBIC, le bras financier du Japon à l’étranger

Le groupe Attijariwafa bank signe un Mémorandum d’entente avec Japan Bank of International Cooperation (JBIC), banque japonaise de développement, en vue d’accroître les opportunités d’affaires des entreprises japonaises en Afrique.

 

 

A l’occasion de la 6ème edition du Tokyo International Conference on African Development (TICAD VI) qui s’est tenu les 27 et 28 août à Nairobi (Kenya), Japan Bank of International Cooperation (JBIC) et Attijariwafa bank ont signé le 27 août 2016 un MOU ayant pour objet le renforcement des échanges commerciaux et les investissements japonais en Afrique et notamment dans les pays de présence du groupe Attijariwafa bank, rapporte la banque marocaine dans un communiqué.

JBIC est le bras financier de la politique économique étrangère du Japon, ayant pour objet de faciliter les échanges entre le Japon et le reste du monde.  JBIC et Attijariwafa bank ont collaboré par le passé, notamment pour le financement des grands projets d’infrastructure au Maroc comme Jorf Lasfar 5 & 6 et Safi Energy Company (SAFIEC). « Vu l’intérêt croissant des entreprises japonaises pour le marché Africain, la coopération entre les deux groupes bancaires sera renforcée dans le but d’assister les entreprises japonaises et africaines dans leurs échanges commerciaux et d’investissement avec l’Afrique », souligne le communiqué.

Lors du TICAD V en 2013, le gouvernement japonais avait mis en place une stratégie de soutien de la croissance des pays africains par le biais de partenariats publics/privé pour un montant de  3 200 Milliards yen japonais (JPY) sur une période de 5 ans (de 2013 à 2018). Lors du TICAD VI, le gouvernement japonais a annoncé sa volonté de maintenir ce soutien. « La volonté de JBIC de renforcer sa coopération avec le groupe Attijariwafa bank et son accompagnement pour les entreprises japonaises vient répondre à cette stratégie, en total adéquation avec les objectifs du gouvernement japonais. En tant qu’institution de crédits entièrement détenue par l’Etat japonais, qui contribue au bon développement de l’économie et de la société, au Japon et partout dans le monde, JBIC va continuer à soutenir financièrement l’expansion des entreprises japonaises en Afrique », explique la banque marocaine.


Évaluer cet élément
(9 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sondage

L’Algérie entre dans sa 4e année de déficit budgétaire et extérieur. Que redoutez vous en 2017 ?

Vidéos

Algérie:"Il faut une stratégie globale pour développer le contenu en ligne"-Younes Grar

Vidéos

Les projections du gouvernement algérien sur la réduction des déficits sont irréalistes - Ferhat Aït

A ne pas manquer

Prev Next

Maroc - Bilan économique de l’année 2016 (document OGB)

Bien que le Maroc ait enregistré une croissance économique plus faible que prévu en 2016, les mesures incitatives récemment mises en place afin d’encourager les investissements, les réformes financières, les efforts visant à améliorer les infrastructures et l’attention accrue accordée aux énergies renouvelables devraient donner un coup de fouet au développement économique du royaume.

Algérie - Les 20 prochaines années, une ère de véritable développement pour l’énergie durable (Bouterfa)

L’Algérie est résolue à faire des 20 prochaines années une ère de véritable développement pour l’énergie durable, a affirmé le ministre de l’Energie, Noureddine Boutarfa.

Le Blog-Eco : Davos ou le mythe de la machine capitaliste qui se corrige d’elle-même

  A Davos, on peut parler des inégalités mais pour les solutions hors de question de remettre en cause le système. . C’est le capitalisme qui est le seul capable de répondre aux défis posés par les excès du… capitalisme.