Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 22 Février 2017

  •   Maghreb Emergent
  • mardi 30 août 2016 17:32

Opportunités d’affaires en Afrique : Attijariwafa bank s’allie avec JBIC, le bras financier du Japon à l’étranger

Le groupe Attijariwafa bank signe un Mémorandum d’entente avec Japan Bank of International Cooperation (JBIC), banque japonaise de développement, en vue d’accroître les opportunités d’affaires des entreprises japonaises en Afrique.

 

 

A l’occasion de la 6ème edition du Tokyo International Conference on African Development (TICAD VI) qui s’est tenu les 27 et 28 août à Nairobi (Kenya), Japan Bank of International Cooperation (JBIC) et Attijariwafa bank ont signé le 27 août 2016 un MOU ayant pour objet le renforcement des échanges commerciaux et les investissements japonais en Afrique et notamment dans les pays de présence du groupe Attijariwafa bank, rapporte la banque marocaine dans un communiqué.

JBIC est le bras financier de la politique économique étrangère du Japon, ayant pour objet de faciliter les échanges entre le Japon et le reste du monde.  JBIC et Attijariwafa bank ont collaboré par le passé, notamment pour le financement des grands projets d’infrastructure au Maroc comme Jorf Lasfar 5 & 6 et Safi Energy Company (SAFIEC). « Vu l’intérêt croissant des entreprises japonaises pour le marché Africain, la coopération entre les deux groupes bancaires sera renforcée dans le but d’assister les entreprises japonaises et africaines dans leurs échanges commerciaux et d’investissement avec l’Afrique », souligne le communiqué.

Lors du TICAD V en 2013, le gouvernement japonais avait mis en place une stratégie de soutien de la croissance des pays africains par le biais de partenariats publics/privé pour un montant de  3 200 Milliards yen japonais (JPY) sur une période de 5 ans (de 2013 à 2018). Lors du TICAD VI, le gouvernement japonais a annoncé sa volonté de maintenir ce soutien. « La volonté de JBIC de renforcer sa coopération avec le groupe Attijariwafa bank et son accompagnement pour les entreprises japonaises vient répondre à cette stratégie, en total adéquation avec les objectifs du gouvernement japonais. En tant qu’institution de crédits entièrement détenue par l’Etat japonais, qui contribue au bon développement de l’économie et de la société, au Japon et partout dans le monde, JBIC va continuer à soutenir financièrement l’expansion des entreprises japonaises en Afrique », explique la banque marocaine.


Évaluer cet élément
(9 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sondage

Le paiement électronique est en cours de lancement en Algérie depuis octobre dernier.

Vidéos

CPP : Alger, sous stress étudiant, a-t-elle déjà voté Macron ?

Vidéos

Ali Hamani, président de l’APAB: "Les prix des boissons augmenteront en 2017"

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie- « La pénurie de médicaments va être encore plus grave les prochains mois » (FAM)

  Lors d’une conférence de presse organisée aujourd’hui à Alger, la Fédération algérienne du médicament a tiré la sonnette d’alarme sur les effets indésirables causé par  la restriction d’importation de matières premières indispensables pour la fabrication de médicaments.

2016 a connu une hausse sensible des prix de détail de produits alimentaires de base (ministère du Commerce)

Ces hausses ont ainsi touché les prix des légumes secs et ceux de produits d'épicerie comme les pois chiches dont le prix moyen a flambé à 240 DA/kg en 2016 contre 165 DA/kg en 2015 (+46%), les lentilles à 190 DA/kg contre 161 DA/kg (+18%).

L'Algérie compte sur les nouvelles technologie pour alléger la pression sur ses universités surchargées (OBG, document)

  Un rapport de la Commission Européenne sur l’enseignement supérieur en Algérie daté de 2012 a fait état d’universités surchargées, bridées par une gestion inadéquate et un manque de ressources. « Chaque année nous recevons jusqu’à 10 000 candidatures mais nous ne pouvons accepter que 2500 étudiants, laissant ceux qui ne sont pas retenus en proie à la frustration et au désarroi, »...