Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 19 Novembre 2017

  •   Yazid Taleb
  • mardi 25 octobre 2016 13:36

Algérie - Al Salam Bank annonce une croissance spectaculaire de sa collecte de l’épargne

 Le « Charia compatible » marche, la preuve par Al Salam Bank (Capture d'écran)

La banque islamique se porte bien en Algérie. En témoignent les résultats obtenus récemment par Al Salam Bank Algeria qui est, aux côtés de son ainée El Baraka, un des 2 établissements bancaires de la place à pratiquer une finance entièrement « Charia compatible ».

 

 Fondée en 2008, cette banque dont les capitaux sont en provenance de plusieurs pays du Moyen-Orient a enregistré en 1 an une croissance spectaculaire des dépôts de sa clientèle .Le total des dépôts a augmenté de 39% entre septembre 2015 et septembre 2016, a révélé lundi 24 octobre 2016 le PDG de la Banque M. Nasser Haider.

 A l’origine de ces résultats remarquables en matière de collecte de l’épargne, les responsables de la banque mentionnent «un travail soutenu de marketing et des actions ciblées de terrain ».

 Elles reposent sur des produits spécifiques tels la formule Al Moudharaba à travers laquelle des rémunérations trimestrielles sont distribuées pour les dépôts utilisés à des fins d’investissement. La même possibilité est accordée aux détenteurs du livret d’épargne Oumniyati, dont la rémunération a atteint un taux moyen de 2,98% au troisième trimestre 2016.

 Les dirigeants de la banque, à l’image de beaucoup de leurs collègues, évoquent par ailleurs un très maigre bilan, « pas plus de trois cas », dans le cadre de la mise en conformité fiscale volontaire. Ils fondent en revanche des espoirs sur des propositions transmises au ministère des Finances comme alternative à la formule générique de l’emprunt obligataire. «Je crois que les pouvoirs publics étudient sérieusement le lancement des soukouk», précise M. Haider.

 

Nasser Haider, PDG d'Al Salam Bank Algérie (Capture) Nasser Haider, PDG d'Al Salam Bank Algérie (Capture)

               

Stagnation du crédit

 

Les résultats sont beaucoup moins brillants pour les crédits. Les financements des entreprises ont quasiment stagné depuis un an. Une situation que M. Haider explique par la conjoncture économique actuelle.

«Nous plaçons les fonds qui nous sont confiés par nos clients de manière prudente. Nous avons une politique sélective ; Nous nous comportons plutôt dans ce domaine à la manière d’un fonds d’investissement » confie le PDG de la Banque, qui ne mentionne en revanche aucun problème particulier en matière de liquidité.

Le directeur commercial de la banque précise à la demande des journalistes que les crédits destinés aux financements du commerce extérieur, bien qu’en baisse dans la période récente, restent importants et représentent encore « près de 60% des crédits d’exploitation accordés par la Banque ». 

 

La banque islamique mise sur l’innovation

 

 

« Il n’y a pas de contradiction entre finance islamique et innovation, bien au contraire » affirme le PDG d’Al Salam Bank Algeria.  Encouragée par les succès enregistrés auprès de la clientèle, la Banque islamique ne compte pas s’arrêter en si bon chemin.  Elle annonce l’ouverture prochaine de pas moins de 8 agences qui porteront le total de ses points de ventes à une quinzaine dès l’année prochaine.  La banque compte aussi beaucoup sur l’innovation et elle prévoit de réserver des espaces de « self banking » dans chacune de ces nouvelles agences

 

Dans le même esprit, l’actualité immédiate pour Al Salam Bank Algeria est constituée par le lancement du paiement en ligne. Le 18 octobre, Al Salam a obtenu l’autorisation de la Banque d’Algérie pour le lancement d’un service d’e-paiement intitulé «e-Amina».

Un produit dédié aux clients de la banque détenteurs d’une carte de paiement interbancaire (CIB) Amina. Cette offre répond, selon Nasser Haider aux attentes de ses clients (4000 comptes particuliers) et va contribuer à promouvoir l’e-paiement en Algérie.

 Pour assurer ce service, l’établissement financier a conclu des accords notamment avec les trois opérateurs de téléphonie mobile, Tassili Airlines, Air Algérie et Seaal en attendant son élargissement à d’autres entreprises.

 Last but not least, un projet de carte visa internationale est actuellement en cours de finalisation en partenariat avec le BDL. Le PDG de Salem Bank promet qu’il devrait se concrétiser au printemps 2017.


Évaluer cet élément
(5 Votes)

Laissez un commentaire



2 Commentaires

  • Bonjour
    Où est ce que vous avez des annexes au niveau d'Alger s'il vous plait?

    Rapporter MEBBANI mardi 5 septembre 2017 15:34
  • Bref, les mêmes prestations offertes par les autres banques mais avec l'illusion du Paradis en bonus track

    Rapporter sam24 mardi 25 octobre 2016 21:31
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP n’a pas comparé Bouteflika à Mugabe, mais n’en pense pas moins

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Transformer en euros ou dollars votre épargne en devises ? - 31.8%
Ne pas céder à la panique car l'inflation sera encore maitrisée en 2018 ? - 11.2%
Plaider pour un changement de monnaie afin de bancariser l'argent informel ? - 50.9%

Total votes: 1822

Vidéos

«Une augmentation des tarifs d’électricité en 2018 n’est pas impossible »-Badache

A ne pas manquer

Prev Next

Le Comité de soutien au journal Al Fadjr est né: "Pour un nouveau modèle de l’édition de presse"

Le comité de soutien au journal Al Fadjr est né, lors d’une assemblée générale, ce samedi 18 novembre 2017 à la maison de la presse Tahar Djaout.

PLF 2018 : La Commission des finances de l'APN retire l'impôt sur la fortune

  La Commission des finances de l'APN a jugé "inutile" d'introduire un impôt sur la fortune, dont la mise en application est impossible faute d'une législation fiscale moderne et de mécanisme d'évaluation de la fortune.  

Tunisie- L'âge de départ à la retraite sera porté à 62 ans à partir de 2020

A partir de 2020, l’âge de la retraite sera porté  à deux ans de façon obligatoire et progressive et il est possible de proroger l’âge de départ à la retraite de 62 à 65 ans pour ceux qui le désirent.