Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 20 Novembre 2017

  •   Samy Injar
  • mercredi 11 janvier 2017 16:05

Algérie- Les crédits octroyés par la CNEP Banque se sont effondrés en 2016

Une nouvelle procédure de garantie introduite par le nouveau management de la CNEP a participé à la chute  d’un quart des engagements de la banque du logement au 1er semestre 2016.

 

Les crédits alloués par la CNEP Banque ont baissé de 24% au premier semestre de 2016 comparativement à la même période de 2015. Cette information obtenue par Maghreb Emergent chez un grand client de la banque mécontent des nouvelles conditionnalités du dossier crédit a été corroborée auprès d’une autre source dans le réseau CNEP Banque. Le dossier d’obtention de crédit d’investissement à la CNEP a été assorti de nouvelles conditions exigées aux promoteurs dans l’immobilier et autres investisseurs. « La mesure qui m’a fait renoncer à continuer avec la CNEP est cette obligation de déposer sur un compte CNEP les 40% d’apport en fonds propres pour le financement de mes projets. Or ce capital est le plus souvent déjà engagé dans le lancement de l’investissement au moment où le dossier de crédit est en cours de traitement à la CNEP » a expliqué le client -entrepreneur de la banque qui s’est inquiété de savoir si cette nouvelle procédure n’avait pas eu une incidence sur le montant global des engagements de la banque.

… Après une augmentation du capital social

La chute des engagements de la CNEP au premier semestre 2016 est synonyme de baisse de son produit à terme. Elle peut avoir une incidence récessive sur l’activité économique dans la mesure où les porteurs de projets devront prendre plus de temps pour boucler leur plan de financement avec d’autres partenaires banquiers. La contreperformance de la CNEP Banque en 2016 est d’autant plus inattendue que cette importante institution financière a bénéficié, d’une appréciable augmentation de son capital social (par l’Etat actionnaire unique), passant de 14 milliards de dinars à 42 milliards en décembre 2015. Le directeur général adjoint en charge du crédit à CNEP Banque, Rachid Belaid, a été désigné en février 2016 directeur général de l’ABEF (l’Association des banques et établissements financiers). Le PDG de la CNEP est Rachid Metref (ex CPA notamment) depuis juin 2015.


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • Ce n'est pas compliqué: Le Trésor a siphonné toutes les liquidités des banques... Et ça va continuer.
    Le crédit aux entreprises, oubliez ça. Il n'y a plus de liquidité pour ça. C'est la même chose dans toutes les banques publiques.

    Rapporter Moh mercredi 11 janvier 2017 19:12
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP n’a pas comparé Bouteflika à Mugabe, mais n’en pense pas moins

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Transformer en euros ou dollars votre épargne en devises ? - 31.8%
Ne pas céder à la panique car l'inflation sera encore maitrisée en 2018 ? - 11.2%
Plaider pour un changement de monnaie afin de bancariser l'argent informel ? - 50.9%

Total votes: 1822

Vidéos

«Une augmentation des tarifs d’électricité en 2018 n’est pas impossible »-Badache

A ne pas manquer

Prev Next

Plus de 220 millions de personnes sous-alimentées en Afrique subsaharienne (FAO)

Au cours de la première décennie du millénaire, l'Afrique subsaharienne a réalisé des progrès remarquables dans la lutte contre la faim mais la situation a changé entre les années 2015 et 2016.

Pendant ce temps au Maroc: L’industrie du cinéma est une chose sérieuse

Le nombre croissant de tournages qui ont rapporté quelque 280 millions de dirhams (3,4 milliards de dinars) qui ont été investis par des étrangers en 2016.

Algérie : Les partis de l’opposition réagissent à l’annulation de l’Impôt sur la fortune

Les partis politiques de l'opposition critiquent le retrait par la Commission des Finances et du Budget de l’Assemblée populaire nationale (APN) de l'impôt sur la fortune du projet de loi de finances 2018. Ils  qualifient cette démarche de "décision populiste " qui intervient dans le contexte des élections locales.