Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 18 Janvier 2018

  •   Samy Injar
  • mercredi 11 janvier 2017 16:05

Algérie- Les crédits octroyés par la CNEP Banque se sont effondrés en 2016

Une nouvelle procédure de garantie introduite par le nouveau management de la CNEP a participé à la chute  d’un quart des engagements de la banque du logement au 1er semestre 2016.

 

Les crédits alloués par la CNEP Banque ont baissé de 24% au premier semestre de 2016 comparativement à la même période de 2015. Cette information obtenue par Maghreb Emergent chez un grand client de la banque mécontent des nouvelles conditionnalités du dossier crédit a été corroborée auprès d’une autre source dans le réseau CNEP Banque. Le dossier d’obtention de crédit d’investissement à la CNEP a été assorti de nouvelles conditions exigées aux promoteurs dans l’immobilier et autres investisseurs. « La mesure qui m’a fait renoncer à continuer avec la CNEP est cette obligation de déposer sur un compte CNEP les 40% d’apport en fonds propres pour le financement de mes projets. Or ce capital est le plus souvent déjà engagé dans le lancement de l’investissement au moment où le dossier de crédit est en cours de traitement à la CNEP » a expliqué le client -entrepreneur de la banque qui s’est inquiété de savoir si cette nouvelle procédure n’avait pas eu une incidence sur le montant global des engagements de la banque.

… Après une augmentation du capital social

La chute des engagements de la CNEP au premier semestre 2016 est synonyme de baisse de son produit à terme. Elle peut avoir une incidence récessive sur l’activité économique dans la mesure où les porteurs de projets devront prendre plus de temps pour boucler leur plan de financement avec d’autres partenaires banquiers. La contreperformance de la CNEP Banque en 2016 est d’autant plus inattendue que cette importante institution financière a bénéficié, d’une appréciable augmentation de son capital social (par l’Etat actionnaire unique), passant de 14 milliards de dinars à 42 milliards en décembre 2015. Le directeur général adjoint en charge du crédit à CNEP Banque, Rachid Belaid, a été désigné en février 2016 directeur général de l’ABEF (l’Association des banques et établissements financiers). Le PDG de la CNEP est Rachid Metref (ex CPA notamment) depuis juin 2015.


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • Ce n'est pas compliqué: Le Trésor a siphonné toutes les liquidités des banques... Et ça va continuer.
    Le crédit aux entreprises, oubliez ça. Il n'y a plus de liquidité pour ça. C'est la même chose dans toutes les banques publiques.

    Rapporter Moh mercredi 11 janvier 2017 19:12
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP 10.01.18 "l'Alternance aux présidentielles de 2019 n'est pas impossible:en voilà les conditions"

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Abderezak Dourari professeur des langues. "Le pouvoir algerianise son cosmos identitaire, tant mieux

A ne pas manquer

Prev Next

Le FMI dément vouloir imposer l’austérité à la Tunisie

Les déclarations qui se veulent rassurantes de son porte-parole aujourd’hui surviennent après les récentes protestations déclenchées par des mesures de la loi de finances 2018 ayant entraîné une hausse des prix du gasoil, des automobiles et des services de téléphonie et d'accès à internet.

De nouveaux investissements pour le secteur automobile tunisien (document OBG)

  Assembler les véhicules sur place permet aussi aux constructeurs de  contourner les quotas d’importation controversés actuellement en vigueur. Si la Tunisie a soi-disant libéralisé son régime légal des importations, la réalité est quelque peu différente, et les concessionnaires ne sont autorisés à écouler qu’un quart de leurs quotas à chaque trimestre.

Maroc - En 2017, pour la deuxième année consécutive, le déficit commercial s’est creusé

Il a progressé de 2.6%, enregistrant 189,8 milliards de dirhams, soit 6,7 milliards d’euros, contre 185 milliards en 2016. Autrement, dit, les exportations n’ont couvert que 56,3 % des importations. Le redressement des prix du brut a ainsi sévèrement pénalisé le royaume qui importe la quasi-totalité de ses besoins énergétiques.     Le déficit commercial du Maroc, selon l’indicateur préliminaire des échanges extérieurs...