Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 11 Décembre 2017

  •   Algérie Presse Service
  • lundi 20 mars 2017 10:38

Algérie-Les banques publiques disposées à trouver les facilités nécessaires à la préservation de la viabilité des entreprises (ABEF)




Le président de l'Association professionnelle des banques et des établissements financiers (ABEF), Boualem Djebbar, a affirmé dimanche à Alger que les banques publiques étaient disposées à trouver les facilités nécessaires au profit des micro-entreprises en état d'insolvabilité en vue de préserver leur viabilité et efficacité.

 

Dans une intervention lors des travaux des assises nationales sur les micro-entreprises, M. Djebbar a précisé que les 10.000 entreprises en état d'insolvabilité selon la Fédération nationale des jeunes entrepreneurs, revendiquaient des facilitations dans le paiement de la dette, soulignant que les banques étaient disposées à trouver des solutions pour préserver la viabilité des entreprises en Algérie.

Le responsable a indiqué que le nombre de micro-entreprises financées par les dispositifs de soutien a atteint plus de 1,2 millions d'entreprises dont plus de 600.000 ont été financées par les banques dans le cadre du système tripartite --banque, agence et Fonds de garantie des crédits (FGAR)-- d'une valeur de plus de 680 milliards de dinars.

M. Djebbar, également PDG de la Banque de l'Agriculture et du développement rural (BADR), a exhorté les jeunes désireux d'investir de recourir aux fonds d'investissement de wilaya crées spécialement à cet effet et dotés d'un milliard de dinars au niveau de chaque wilaya.

Pour sa part, l'expert en économie, Mohamed Bouchakour, a évoqué le rôle des micro-entreprises dans le soutien au développement et l'absorption du chômage, notamment parmi les jeunes diplômés. M. Bouchakour a fait savoir que 82% des micro-entreprises ayant vu le jour en 2016, ont été créées par de jeunes diplômés (universités-centres de formation professionnelle), mettant en exergue la participation effective des entrepreneurs femmes aux différents secteurs économiques.

Il a précisé dans ce contexte que le taux d'entreprises gérées par des femmes et créées dans le cadre de l'Agence nationale de soutien à l'emploi de jeunes (ANSEJ) avait doublé pour atteindre 14% actuellement contre 7% avant 2014.

L'intervenant a fait remarquer qu'il y avait une nouvelle orientation vers des secteurs tels que les technologies de l'information et de la communication (TIC), le tourisme, les activités libérales, le secteur tertiaire à l'exception des transports outre des secteurs ayant enregistré une bonne croissance dont l'agriculture (3,6%), le bâtiment (3,34%), l'industrie et la maintenance (3,13%).

M. Bouchakour a valorisé la nouvelle loi sur les PME du fait qu'elle constitue une opportunité pour opérer un pas qualitatif et quantitatif en matière de création d'entreprises.

Le nombre de projets financés durant ces six dernières années dans le cadre de l'ANSEJ a augmenté à 62% contre 38% vers la fin 2010. Le taux de postes d'emploi crées a également connu un hausse de 55% contre 45% fin 2010.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP remet la visite de Macron à l’endroit et la Fetwa de Trump à l’envers

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

L'échéance 2019 ne nous détournera pas de la construction de la citoyenneté en Algérie

A ne pas manquer

Prev Next

Le marché de la téléphonie n’a pas été affecté par le contingentement des importations-Said Benmesbah (audio-vidéo)

Les représentants des marques de téléphonie mobile Algérie se sont très vite adaptés au nouveau contexte du marché qui impose le régime des quotas à l’importation, en s'orientant vers l'assemblage local.

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh (audio-vidéo)

Actuellement, les transactions de la finance islamique ne sont rentables ni pour les banques ni pour les citoyens, estime Hachemi Siagh, expert en finance internationale.

Kamal Kheffache (économiste):"L’Algérie manque de réactivité pour s’adapter aux exigences de la mondialisation"

Dans cette interview, l’économiste Kamal Kheffache considère que l’Algérie ne s’est pas adaptée aux exigences de la mondialisation » et que, en se fermant, elle ralentit « le développement économique ».