Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 11 Décembre 2017

  •   Ahmed Gasmia
  • mercredi 5 juillet 2017 11:13

« Il faut continuer à dévaluer le dinar »- Nour Meddahi sur Radio M (audio-vidéo)

En nominal, la valeur du dinar n’a pas bougé depuis un an, alors que l’inflation a atteint les 7 points », explique le Pr. Meddahi.

 

« Les autorités financières algériennes devraient continuer à dévaluer le dinar », a affirmé, mardi sur Radio M, l’économiste Nour Meddahi, professeur à Toulouse School of Economics.

Selon lui, le processus de dévaluation du dinar qui a été officiellement interrompu en juin 2016, avait été précédé, à partir de janvier de la même année, par une « pause  qui n’a pas été publiquement et totalement assumée ».

Le Pr. Meddahi assure que la Banque d’Algérie aurait dû continuer à dévaluer le dinar considérant qu’il s’agit d’une mesure permettant d’ajuster la situation et d’apporter une réponse à la situation de déficit budgétaire que vit le pays. Il ajoute que même si la dévaluation du dinar aurait pour effet d’augmenter les prix, ce sera une mesure nécessaire pour préserver l’économie du pays. Il rappelle, à ce sujet, que le déficit budgétaire de l’Algérie est trop important avec près de 14% en 2016 et 15% en 2015, tout en signalant que les réserves de change s’amenuisent rapidement.

« Quand on regarde le ratio des importations par rapport au Pib (Produit intérieur brut)  pour les deux ou trois dernières années, on s’aperçoit qu’il était de 29%. Historiquement, ce taux  n’est pas très élevé, mais le problème se pose, en fait, avec le dinar qui est surévalué », explique-t-il. Sur cette base, l’économiste considère que le PIB est lui aussi surévalué. « Le PIB algérien n’est pas réellement de 170 milliards de dollars à cause de la surévaluation du dinar », poursuit-il.

« Si nous amenons le dollars de 110 à 120 dinars le ratio importations-PIB passerait de 29% à 33%. En fait, en nominal, la valeur du dinar n’a pas bougé depuis un an, alors que l’inflation a atteint les 7 points en Algérie, cela veut dire qu’en réel, la valeur du dinar a augmenté », souligne-t-il.

 


Évaluer cet élément
(3 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • M. Meddahi, toi tu es payé en euros, et si tu es un cadre en Algérie et que tu touches un salaire de misère en dinars tu n'aurais jamais dit cela.
    La dévaluation du dinar ne fera qu'appauvrir encore le peuple.
    Le problème est plus profond que cela, il faut changer une autre monnaie, celle de nos politiciens. Celle-ci n'a pas besoin d'être dévaluée, elle a atteint le plancher...

    Rapporter derdour mercredi 5 juillet 2017 17:21
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP remet la visite de Macron à l’endroit et la Fetwa de Trump à l’envers

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

L'échéance 2019 ne nous détournera pas de la construction de la citoyenneté en Algérie

A ne pas manquer

Prev Next

Le marché de la téléphonie n’a pas été affecté par le contingentement des importations-Said Benmesbah (audio-vidéo)

Les représentants des marques de téléphonie mobile Algérie se sont très vite adaptés au nouveau contexte du marché qui impose le régime des quotas à l’importation, en s'orientant vers l'assemblage local.

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh (audio-vidéo)

Actuellement, les transactions de la finance islamique ne sont rentables ni pour les banques ni pour les citoyens, estime Hachemi Siagh, expert en finance internationale.

Kamal Kheffache (économiste):"L’Algérie manque de réactivité pour s’adapter aux exigences de la mondialisation"

Dans cette interview, l’économiste Kamal Kheffache considère que l’Algérie ne s’est pas adaptée aux exigences de la mondialisation » et que, en se fermant, elle ralentit « le développement économique ».