Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 23 Août 2017

  •   Maghreb Emergent
  • dimanche 13 août 2017 17:25

Rareté des liquidités : La Banque d’Algérie abaisse le taux des réserves obligatoires des banques

L’argent se faisant de plus en plus rare dans les banques, la Banque d’Algérie abaisse le taux des réserves obligatoires pour inciter les banques à injecter plus de liquidités dans le circuit bancaire.

 

La Banque d’Algérie (BA) a décidé d’abaisser, à compter du 15 août en cours, le taux des réserves obligatoires des banques de la place.

Le taux des réserves obligatoires des banques passera de 8% à 4%, selon une nouvelle instruction de la Banque d'Algérie publiée sur son site Web. Ces réserves obligatoires représentent les réserves financières que les banques et institutions financières doivent obligatoirement déposer auprès de la Banque centrale.

Ainsi, l'instruction 4-2017 du 31 juillet 2017 modifie et complète l'instruction 2-2004 du 13 mai 2014 relative au régime des réserves obligatoires. Le 15 mai 2016, la BA avait abaissé le taux de ces réserves le portant de 12% à 8%, une mesure qui vise à permettre aux banques d'injecter plus de liquidités sur le marché.

Notons que de 2004 à 2013, la Banque centrale procédait plutôt à l’augmentation du ratio des réserves obligatoires pour absorber les surliquidités bancaires. Depuis la chute des revenus pétroliers, les liquidités bancaires commençaient à se raréfier, contraignant la Banque d’Algérie à procéder à l’abaissement du  taux des réserves obligatoires pour que les banques injectent plus de liquidités dans le marché.


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

La fabrication des panneaux solaires coûterait très cher à l’Algérie-Pr Omar Aktouf

Sondage

L’Algérie a battu ce mois de juillet un nouveau record du pic maximum appelé (PMA) en électricité. Le PMA oblige Sonelgaz à un investissement de plus de 500 milliards de dinars par an.

Vous êtes d’accord avec ces dépenses à cause d’un pic de consommation de quelques jours par an car l’électricité est un droit constant ? - 26.7%
Vous pensez que cela est trop couteux pour le pays et qu’il vaut mieux se discipliner et arrêter la course financière derrière le PMA ? - 35.6%
Vous pensez que la croissance du PMA va se ralentir si les couts des investissements sont plus supportés par les usagers dans l’avenir ? - 28.7%

Total votes: 565

Vidéos

L’ambassadeur italien à Alger a évoqué sur Radio M le procès Saipem et l’investissement de Cevital en Italie

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie : "La situation risque de devenir, à très court terme, économiquement ingérable et socialement explosive" - Elyes Jouini

 La Tunisie "prise dans un tourbillon destructeur de valeur" connait un dérapage budgétaire qui nécessite des emprunts de plus en plus lourds ce qui monopolise la capacité financière des banques et étouffe l'investissement, estime l'ancien ministre des réformes économique et actuel vice-président de l'Université Paris-Dauphine Elyes Jouini.

Algérie – Le retour d’Ouyahia pourrait se traduire par une relance des privatisations

  A l’arrêt depuis 2007, le processus de privatisations des entreprises publiques va-t-il être relancé par Ahmed Ouyahia? La loi de finances 2018 pourrait remettre au gout du jour le très controversé art 66 de la LF 2016.

Algérie- Trois arrêtés vont fixer le mode d'emploi de la pêche et la commercialisation du corail

Trois (03) arrêtés interministériels devant relancer la pêche au corail à travers le littoral seront "prochainement" promulgués pour fixer toutes les procédures juridiques et mesures relatives à l'exploitation de cette ressource maritime, au traitement et à la traçabilité des quantités pêchées jusqu'à la commercialisation.