Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 11 Décembre 2017

Algérie: Les banques ne peuvent plus faire des saisies à l'encontre des micro-entreprises défaillantes (Zemali)

Le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale, Mourad Zemal

Le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale, Mourad Zemali a affirmé mardi à Guelma que les procédures de saisie, entamées par les instances bancaires à l’encontre des micro-entreprises défectueuses seront arrêtées.

 


Au cours d’une rencontre avec les adhérents de la Fédération nationale des jeunes entrepreneurs (FNJE), au centre de loisirs scientifique "Salah Boubnider", dans le cadre d’une visite effectuée à Guelma, le ministre a appelé les directeurs de l’Agence nationale de soutien à l’emploi des jeunes (ANSEJ), ceux de la Caisse nationale d’assurance chômage (CNAC) à prendre attache avec les instances bancaires locales pour l’arrêt de toute procédure de saisie", soulignant que sur le plan central, ses services coordonneront avec ceux du ministère des Finances pour l’arrêt de la procédure.

Il a, à ce propos, affirmé que "l’Etat poursuivra son appui aux micro-entreprises" attestant que cet appui était "un choix irréversible".
M. Zemali a également souligné que son département oeuvrera à suivre, sur le terrain, "l’application effective de la décision du gouvernement de consacrer 20% des projets pour les micro-entreprises créées dans le cadre des dispositifs d’aide à l’emploi et de réserver pour les mêmes entités les projets de la sous-traitance".

Le ministre a, dans ce contexte, rassuré les jeunes entrepreneurs soulignant qu’en coordination avec le ministère de l’Intérieur et des Collectivités Locales, "une correspondance sera adressée aux walis pour respecter et veiller à l’application de la décision du gouvernement".

M. Zemali a également indiqué qu’une cellule a été créée au niveau du cabinet de son département, chargée "de suivre au quotidien les préoccupations des jeunes entrepreneurs", soulignant que les petites entreprises étaient "le noyau d’une économie diversifiée hors hydrocarbures".

En chiffre, le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale a précisé qu’entre 2010 et 2016, 375 000 petites entreprises, devant générer 80 000 postes d’emploi, ont été créées.

Appelant les jeunes adhérents à la FNJE qui totalise 22 000 adhérents et 78 000 demandes d’adhésion, à "poursuivre le combat pour le développement", le ministre a encouragé les jeunes, propriétaires de petites entreprises à créer "un réseau pour l’échange des expériences, et des partenariats dans le domaine du marketing’’.

APS


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP remet la visite de Macron à l’endroit et la Fetwa de Trump à l’envers

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

L'échéance 2019 ne nous détournera pas de la construction de la citoyenneté en Algérie

A ne pas manquer

Prev Next

Le marché de la téléphonie n’a pas été affecté par le contingentement des importations-Said Benmesbah (audio-vidéo)

Les représentants des marques de téléphonie mobile Algérie se sont très vite adaptés au nouveau contexte du marché qui impose le régime des quotas à l’importation, en s'orientant vers l'assemblage local.

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh (audio-vidéo)

Actuellement, les transactions de la finance islamique ne sont rentables ni pour les banques ni pour les citoyens, estime Hachemi Siagh, expert en finance internationale.

Kamal Kheffache (économiste):"L’Algérie manque de réactivité pour s’adapter aux exigences de la mondialisation"

Dans cette interview, l’économiste Kamal Kheffache considère que l’Algérie ne s’est pas adaptée aux exigences de la mondialisation » et que, en se fermant, elle ralentit « le développement économique ».