Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 17 Décembre 2017

  •   Algérie Presse Service
  • dimanche 1 octobre 2017 16:23

Algérie : lancement des premières opérations de la finance islamique avant fin 2017 (ABEF)

A travers la finance islamique,  les banques vont  diversifier leurs produits et de satisfaire une clientèle potentielle.

 

Les premières opérations bancaires de la finance islamique devraient être lancées par certaines banques avant la fin de l'année 2017, a appris l'APS auprès du président de l'Association des banques et des établissements financiers (ABEF), Boualem Djebbar.

"Les premières opérations portant introduction de la finance islamique dans le domaine bancaire seront lancées dans quelques banques avant la fin de l'année en cours, tandis que les autres banques vont suivre au cours de l'exercice de 2018", avance-t-il

"Le lancement de la finance islamique est vraiment imminent au niveau des banques publiques et au niveau de l'ABEF. Nous travaillons depuis quelque temps sur la préparation de cette opération, et ce, notamment sur le plan de la sensibilisation et de la formation", selon lui.

A ce propos, M. Djebbar précise que ce sont toutes les banques publiques qui sont en train de préparer ce projet et ont inscrit dans leur stratégie le lancement de ce type de financement que ce soit au niveau de l'épargne ou à celui des types de financements.

Ce projet, poursuit-il, "fait partie de la volonté des banques de diversifier leurs produits et de satisfaire la clientèle potentielle".

Le marché existe !

Plus encore, ajoute le même responsable, "il y a un marché et une clientèle qui sollicite ce type de financement. Les banques doivent donc répondre à cette demande".

M. Djebbar espère que l'introduction de la finance islamique dans le paysage bancaire du pays connaisse un succès notamment en matière de bancarisation, de drainage d'épargne et en termes de participation au développement économique.

Pour rappel, le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, avait annoncé récemment l'introduction de la finance islamique par deux (2) banques publiques avant fin 2017 et par quatre (4) autres banques publiques en 2018.

 


Évaluer cet élément
(4 Votes)

Laissez un commentaire



3 Commentaires

  • C'est une illusion de croire que c'est celà qui manque à notre système financier archaïque. Encore de la fuite en avant au lieu de s'occuper des fondamentaux.

    Rapporter Moh mardi 3 octobre 2017 07:15
  • A quand le bikini halal et l'apéro halal ?

    Rapporter Anemlay lundi 2 octobre 2017 15:43
  • IL N'EST JAMAIS TROP TARD POUR BIEN FAIRE.
    A TITRE DE RAPPEL, LES PAYS ( NON MUSULMANS) L'ONT
    DEJA ADOPTER AVEC SUCCES DEPUIS LONGTEMPS.

    Rapporter SIFO lundi 2 octobre 2017 14:05
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP se déchire sur Algériens et Palestiniens par temps de « Chedda »

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

"LA TUNISIE DANS LA LISTE DES PARADIS FISCAUX, UN CLASSEMENT QUI EMBARRASSE TOUT LE MONDE".

A ne pas manquer

Prev Next

Polémique sur la promotion de Tamazight : Lotfi DK appelle à l’arrêt des hostilités sur Facebook

 La polémique qui fait rage sur les réseaux sociaux sur le refus des députés de la majorité une proposition d’amendement du projet de loi de finances pour l’année 2018 portant sur la promotion de la langue amazighe a fait réagir le chanteur engagé du Rap Lotfi DK.

Le taux de chômage en Algérie devrait atteindre 13,2 % en 2018 (étude)

  Une étude sur les défis de la démographie au Maghreb relève un décalage entre le capital humain et les besoins du marché de l'emploi, malgré les importants investissements consentis dans l'enseignement supérieur.

57 % des Algériens ont une opinion positive sur l’Union européenne (sondage)

Plus de 60%  des personnes sondées pensent que l'UE devrait en faire plus sur les questions liées aux droits de l'homme, près de 70% sur le commerce et près de 60% des personnes interrogées attendent davantage dans le domaine de la migration et de l'éducation.