Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 23 Mai 2018

  •   Ahmed Gasmia
  • mardi 25 avril 2017 16:04

"Les ventes de tablettes en baisse dans le monde, en hausse en Afrique"- Khadidja Kazitani-Deloitte Algérie (Audio-Vidéo)

 Khadidja Iskander Kazitani, Senior Manager chez Deloitte Algérie

Les ventes de tablettes reculeront de 12% au niveau mondial en 2017 mais progresseront de 2% en Afrique. Sur le continent la demande connaîtra une tendance baissière plus lente que la moyenne, a indiqué, mardi sur Radio M, Khadidja Iskander Kazitani, Senior Manager chez Deloitte Algérie, cabinet d’audit et de consulting.

 

 

«En 2016, 182 millions de tablettes ont été vendues à travers le monde. En 2017, il est attendu que seulement 165 millions de tablettes soient vendues », a-t-elle précisé citant la version 2017 de l’étude que Deloitte réalise, chaque année, dans 150 pays, sur les technologies médias et télécom (TMT).

Selon elle, le marché des tablettes a atteint son apogée en Europe mais pas encore en Afrique.  Le marché africain, estime-t-elle, suit la même trajectoire que celle du marché mondial en général, mais à vitesse réduite.

 La représentante du cabinet Deloitte explique cette tendance mondiale par la progression de la demande sur d’autres produits tels que les Smartphones, les Fablettes (un croisement entre une tablette et un Smartphone) et des ordinateurs de plus en plus légers.

 En Algérie, un sondage réalisé par le cabinet révèle que 17% des personnes interrogées prévoient d’acheter une tablette dans les douze prochains mois alors que 45% projettent d’acheter des Smartphones durant cette même période.  

L’étude qui sera présentée, à Alger, mercredi 26 avril, met en avant huit tendances principales dans le domaine des TMT au niveau du continent africain sur les 18 prochains mois.

 La demande du marché africain s’oriente de plus en plus vers la sécurité biométrique, les cyber-attaques dites DDOS (Distribution Denial of Service), le soutien au freinage automatique des véhicules, la 5G, l’externalisation des services IT par les entreprises auprès de prestataires spécialisés, l’intelligence des machines, la navigation intérieure (une réplique de la navigation GPS mais à l’intérieur d’un bâtiment) et enfin les tablettes sur lesquelles la demande reste encore en hausse.

 Le cabinet Deloitte effectue ce genre d’études depuis 17 ans avec pour objectif d’identifier les tendances des marchés internationaux dans le domaine des TMT sur une période de 12 à18 mois. D’après l’invitée de Radio M, le taux d’exactitude de ces études est de 85%.

 

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Média : Les réalisateurs étrangers à la rescousse de la production publicitaire en Algérie

Ce mois sacré de Ramadhan, qui fait monter la fièvre publicitaire et affoler les annonceurs, est devenu désormais le mois de surconsommation par excellence. Des dizaines de spots publicitaires défilent sans cesse à longueur de journée, tentant par tous les moyens de séduire le grand public.

Les défis de la logistique de distribution (contribution)

  La gestion de la chaîne logistique de distribution permet de mettre en œuvre l’ensemble des éléments contribuant à la distribution des produits. Le flux et les stocks, les retours, l’emballage, les équipements, les services de transport, de manutention, les systèmes d’informations…Ce concept relativement standard de la supplychain est en train d’évoluer. Son champ d’intervention s’élargit de plus en plus et...

"Les banques algériennes ont une capacité limitée en matière de prise de risque" (expert)

  Pour l’expert la mentalité figure parmi les obstacles face au changement dans le domaine bancaire.