Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 21 Janvier 2018

  •   Farid Farah
  • dimanche 31 décembre 2017 08:29

2018, sera l'année de l'Intelligence Artificielle et du "data mining"

A l’aube de chaque nouvelle année, les cabinets d’études publient leurs prévisions sur les tendances technologiques du numérique. Pour l’année 2018, tous les rapports affirment que l’intelligence artificielle, la 5G et la sécurité de l’information numérique seront utilisées à plus large échelle par les entreprises et les institutions administratives.

 

 

Les fonctionnalités liées à l’intelligence artificielle (IA) apporteront un grand changement dans la façon dont les humains interagissent avec le monde numérique. Les valeurs technologiques que représentent le machine learning et le deep learning sont en voie de se démocratiser.

Les annonces d’éditeurs et de fabricants intégrant dans leurs produits un dispositif de l’IA se multiplient. Citons l’exemple des processeurs intelligents boostés aux gigaflops et aux teraflops de puissance de calcul de Nvidia et Intel, les nouvelles architectures des réseaux de Cisco, HP et IBM et la compagnie britannique Anon Ai qui s’est lancée dans l’anonymisation des données.

Tous les cabinets d’études internationaux prévoient l’entrée en activité des voitures connectées robotisées grâce à l’IA et des banques qui créent des chatbot (agents conversationnels) sur les réseaux sociaux pour redéfinir la relation client avec des personnes de la tranche d’âge 18-30 ans.

L’année 2018 pourrait être une année d’inflexion de la 5G avant une première commercialisation de ses services en 2019. Les fournisseurs des technologies réseau, Ericsson, Cisco Systems, Nokia Networks et Alcatel-Lucent, et les fabricants de composants électroniques Samsung, Intel et Qualcomm ont envoyé des recommandations portant sur l’emploi cohérent du spectre des fréquences et le choix de l’architecture réseau adéquate aux instances internationales de normalisation afin de créer les normes utiles à la mise en œuvre la technologie mobile la plus rapide de l’histoire des télécommunications.

Selon le dernier rapport de mobilité d’Ericsson, la norme 5G NR (New Radio) devrait être finalisée avant la fin de l’année prochaine. Les premiers services seront commercialisés en 2019 sur plusieurs marchés, notamment aux États-Unis, en Corée du Sud, au Japon et en Chine.

De son côté, le cabinet américain IHS Markit, estime que la 5G pourrait avoir 12.000 milliards d'euros de retombées économiques dans le monde entre 2020 et 2035 et devrait permettre de créer 22 millions d'emplois. Techniquement, cette technologie mobile est capable de transférer théoriquement 20 Go/s de données dans le sens descendant et10 Go/s dans le sens montant, soit environ 100 fois plus rapide que la 4G. Quant au temps de latence, il devrait être inférieur à une milliseconde, contre 25 à 40 millisecondes pour la 4G.

 

82 milliards d’euros de dépenses en cybersécurité

 

Malheureusement, le rythme des dépenses pour lutter contre les violations de données se poursuivra en 2018. Selon le cabinet Gartner, les entreprises débourseront 82 milliards d’euros pour la protection de leurs systèmes d'information, soit 8% de plus qu’en 2017. D’autres études estiment que plus de la moitié des décideurs de la sécurité numérique sont préoccupés par les risques associés à l’Internet des objets au niveau des entreprises, et prévoient que les dépenses consacrées à lutter contre les attaques augmenteront de 74% au cours des six prochains mois.

Les investissements seront consacrés à la détection des intrus et la réaction à tenir face aux attaques. L’étape stratégique de l’amélioration de la visibilité dans les applications, réseaux et devices est considérée par les prévisionnistes comme le premier défi à lever pour amorcer une e-politique de sécurisation globale d’une infrastructure numérique. En clair, il s’agit d’établir une base de référence de tout ce qui est « numériquement normal » pour isoler les menaces et à réagir en conséquence.

 

La "data mining" pour la prise de décision

 

A l’image de la visibilité, les contrôles et optimisation sont portés par les réseaux hybrides. La construction d’une infrastructure réseaux, basée sur la « data analyse » en temps réel, sera prioritaire pour toute entreprise informatique, en raison de la possibilité que cela permet de prendre rapidement des mesures urgentes, à distance ou localement, lorsque des problèmes surviennent.

En 2018, plusieurs entreprises et entités spécialisées investiront dans des processus d’instrumentation des architectures réseaux axées sur l’analyse prédictive des données. Des réseaux autonomes en matière de correction et de génération de données seront alors réalisés. Cette innovation technologique favorisera la prise de décision et répondra à des besoins de vigilance ou de réassurance de l’utilisateur final. Avec l’explosion des données, issues de l’usage des terminaux mobiles, ainsi que des périphériques de l’Internet des objets, il faudra créer davantage d’applications d’analyse. Une tendance qui s’accélérera l’année prochaine.

Article initialement publié dans le Huffington Post-Algérie


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

comment Bouteflika pousse déjà Ouyahia vers la porte & comment Tiguentourine a sonné la chute du DRS

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

La hausse du prix des carburants ? - 52.1%
La taxe à 30% et plus du matériel informatique ? - 33%
L’augmentation du prix du tabac ? - 10.1%

Total votes: 1704

Vidéos

Docteur Ali Belkheiri: "Il y a des secteurs qui vont beaucoup recruter en A

A ne pas manquer

Prev Next

Un accord d'exploitation du champ de Rhoude el Krouf signé entre Sonatrach, Alnaft et Cepsa

  Le gisement de Rhoude El Khrouf ( RKF) a été découvert au sein du périmètre contractuel du champ de Rhoude Yacoub, en septembre1992, suite au forage du puits RKF1 et a été mis en production le 31 mai 1996.

Algérie : Ouyahia répond aux critiques de Chakib Khelil

L’ex-ministre de l’Energie a critiqué, entre autres, le recours au financement non conventionnel, qu’il considère comme générateur d’inflation. 

Algérie: La commission chargée d'élaborer la liste des métiers pénibles a été installée

Selon le ministre, le nombre de retraités comparé aux cotisants est d’un retraité pour 2,5 cotisants alors que cette moyenne devrait être d’un retraité pour 5 cotisants.