Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Samedi, 21 Avril 2018

  •   Farid Farah (Huffpost Maghreb)
  • lundi 1 janvier 2018 11:46

Algérie: La crise du "modèle" numérique de Mme Houda Feraoun

Le problème n’est pas tant la crise financière que la crise de management et d’anticipation.

 

En Algérie, malgré le boom des télécommunications mobiles, le programme "Algérie numérique" demeure encore au stade du rêve, et la réalité montre que le pays est touché de plein fouet par une crise financière qui sera cruelle pour le développement digital du pays.

En fouinant dans les informations apportées au cours de cette semaine, nous avons relevé les propos tenus par la ministre de la Poste et des Technologies de l’Information et de la Communication et du Numérique, Mme Houda Feraoun, lors d’un atelier technique sur la digitalisation, organisé en marge du salon Expofinances 2017.

La ministre a appelé des experts à chercher le modèle numérique le plus adéquat à l’économie du pays. Cet appel est arrivé à un "timing" défavorable à la mise en équation d’un modèle digital destiné à un pays. La crise financière et la perte de crédibilité des acteurs du numérique du pays auront un impact dévastateur sur le développement de l’Algérie digitale. Dans un pays où la parole des experts et spécialistes des technologies du digital ne fait pas bon ménage avec la démarche de Houda Feraoun, la feuille de route du numérique devra concerner le long terme et conditionner un aménagement spécifique des structures impliquées dans un tel processus.

Il serait donc essentiel de tenir compte de l’importance d’avoir une "mer numérique" calme pour pouvoir tracer un cap. Inclure les outils d’accès au monde du numérique dans la liste des produits interdits à l’importation serait fatal à notre capacité à tirer le meilleur parti du digital. Ces outils ont révolutionné le concept de l’économie numérique en offrant aux utilisateurs l’opportunité de produire de la data, devenue un vecteur de pouvoir dans l’économie numérique.

La crise nous a fait découvrir les difficultés financières du haut débit, à l’origine de la baisse du débit des connexions ADSL et mobile. Comme la demande en connectivité évolue de façon très rapide, l’offre de la bande passante internationale doit suivre cette évolution, à travers la multiplication des raccordements de l’Algérie vers les points d’accès internationaux. C’est une opération très coûteuse qui met en évidence l’impact négatif de la crise sur le processus du financement des infrastructures des télécommunications dans un contexte d'explosion des besoins en bande passante.

Mais le problème n’est pas tant la crise financière que la crise de management et d’anticipation, qui n’a pas pu prévoir une hausse de la consommation data pour envisager de faire évoluer nos infrastructures. Comme les hirondelles, les technologies du numérique ne font pas le printemps. Il en faudrait plus pour qu’elles puissent propulser le pays vers le progrès économique. Ce "plus" qui nous manque, c’est une vision d’avenir pour anticiper les besoins et ne pas contenter d’une simple gestion du quotidien. Malgré tout, Bonne Année 2018.

 


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • .Faut appeler un chat, un chat, un chien, un chien et un homme un homme.

    Comment peut-on parler de la crise du model ‘’numérique’’ de Melle HOUDA IMANE FEROUN, lorsque l’on sait que tous ses prédécesseurs ont, lamentablement, échoué dans leurs missions de modernisation d’Algérie Poste et d’Algérie Télécom.

    La faute n’incombe pas aux nombreux Ministres des PTIC qui se sont succédés sous le règne de BOUTEFLIKA, mais à ceux qui tapis dans l’ombre tirent les ficelles de l’économie numérique, dont je nommerai Saïd (le frère et conseiller en informatique du Président) son cousin Rachid HAMIDOU, l’ex Ministre de l’intérieur NOURDDINE YAZID ZERHOUNI, et l’oligarque d’Ahmed OUYAIA, lesquels sont partie prenante dans la société privée HB TECHNOLOGIES

    Ceux qui suivent de près l’actualité du ‘’numérique’’ en Algérie se souviennent, sans doute, que dés la l’annonce (en mars 2006) de la création de HB TECHNOLOGIES les média nationaux n’ont eux de cesse de louer les mérites technologiques exceptionnelles d’une entreprise nationale naissante qui avait réussie à obtenir une commande de quatre millions de cartes à puce de la part du fabricant informatique allemand Siemens (sic) un contrat avec Algérie Poste pour la fourniture de plus de six millions de cartes de retraits, sans parler de négociation très avancées avec la CNAS pour la fourniture de plus de dix millions de cartes d’assurés sociaux CHIFA et avec le Ministère de l’intérieur pour la fourniture des documents d’identités biométriques.

    Mieux encore, cette entreprise née d’un vulgaire tour de passe-passe, répréhensible par la loi, avait même réussie à obtenir, en un temps record, non seulement les certifications VISA et Mastercard, mais également a être la seule à obtenir en Afrique la certification SAS-GSMA.

    Pourquoi donc blâmer Melle HOUDA IMANE FEROUN, quant l’on sait que les plus blâmables sont ceux qui ont des intérêts occultes et inavouables dans la société privée HB TECHNOLOGIES, entreprise officiellement patentée receleuse de technologies volées, en 1990, par la société SAGEM-MORPHO-SAFRAN I&S au citoyen algérien que je suis

    Je vais m’arrêter là, parce que je sens le ZBEL made in BASSMA DJAZAIRIA qui commence à me monter à la tête, si je continu je risque d’être blessant, cassant, sans toutefois en être diffamant, ce qui est un grand luxe dont je compte bien en profiter sans modération, car il en va des intérêts supérieurs de la nation

    Cordialement, GUENZET SOFIANE, inventeur des technologies de la biométrie et du Système Monétique Biométrique SAOIB 31 et applications dérivées, dont les documents d’identités biométriques, les cartes CHIFA, les dossiers électronique universel de santé, les cartes biométriques universelle des transports aériens, maritimes et ferroviaires, et j’en passe.

    Rapporter GUENZET SOFIANE jeudi 1 février 2018 12:58
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

La CEDEAO, cadre “idoine” pour institutionnaliser le partenariat d’exception Maroc-Afrique de l’Ouest (Brahim Fassi Fihri)

  La conférence d’Abidjan est initiée par l’Institut Amadeus en partenariat avec la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) et avec la collaboration du Centre ivoirien des recherches économiques et sociales (CIRES).

La France expulse un imam salafiste vers l'Algérie

  La Cour a rejeté la demande de l'avocat de l'imam de suspendre provisoirement son expulsion.

L'UA appelle la communauté internationale à soutenir la résolution politique du conflit en Libye

  Une force tripartite de l'UA, de l'Union européenne (UE) et de l'ONU tente de venir en aide aux migrants africains bloqués en Libye.