Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 18 Janvier 2018

  •   Farid Farah
  • dimanche 14 janvier 2018 08:39

2018 sera l'année de l'insécurité numérique

Du piratage assisté par l'intelligence artificielle (IA) à la destruction des systèmes de vote, les experts de la cybersécurité alertent : l’année 2018 sera celle de guerre numérique.

 

Les pirates recherchent de nouvelles cibles et affinent les outils pour briser les murailles de la cyberdéfense. L’ampleur de la cyberattaque subie en 2017 par Equifax, l'agence américaine d'évaluation de crédit, qui a entraîné le vol de numéros de sécurité sociale et d'autres données sensibles, de près de la moitié de la population américaine, a clairement rappelé la nécessité croissante de protéger les données des hackers. Les "courtiers" de données, qui détiennent des informations stratégiques comme les habitudes personnelles de navigation des internautes, seront des cibles potentielles. "Ces entreprises ne sont pas réglementées, et quand une fuite de données se produit, c’est le voyage au bout de l’enfer", écrit Marc Goodman, expert en sécurité, dans son livre "Future Crimes" (Les crimes de demain).

 

Ransomware dans le Cloud

 

L’année dernière a été marquée par une vague d'attaques de « ransomware » ayant permis à des pirates de s’introduire dans les systèmes informatiques d’importantes entités comme le transporteur FedEx, le National Health Service britannique, et le réseau de tramway de San Francisco. Le "ransomware" est un malware qui casse les systèmes de défense active et génère un cryptage poussé pour verrouiller les fichiers d’un ordinateur. Une rançon est alors exigée par les hackers en échange de clés pour déverrouiller les fichiers. Ce mode de hacking a gagné en popularité permettant aux pirates de se faire payer en cryptomonnaies difficiles à retracer.

Les entreprises qui abritent des montagnes de données comme les opérateurs de Cloud Computing seront en 2018 les plus grandes cibles des pirates. C’est pourquoi, Google, Amazon et IBM ont récemment embauché de grands cerveaux en matière de sécurité numérique, pour lutter contre la nouvelle génération des cybermenaces. "Même si des nouvelles technologies de défense telles que l'apprentissage machine, le deep learning et l'intelligence artificielle sont au cœur de la cyberdéfense de demain, nos adversaires travaillent d’arrache-pied pour transformer et moderniser leurs protocoles d’attaques", a déclaré Steve Grobman, directeur de la technologie chez McAfee.

 

L’arrivée du spear phishing

 

Autre danger, le spear phishing (harponnage), une nouvelle variante du phishing (hameçonnage), qui utilise des messages numériques soigneusement ciblés pour inciter les personnes à installer des malwares ou à partager des données sensibles. Les modèles de l'apprentissage machine peuvent aujourd’hui assister les humains à devenir des professionnels des "fake messages" convaincants. Les hackers profiteront davantage de cette avancée technologique pour massifier les attaques de phishing. Ils seront également capables d'utiliser l'Intelligence Artificielle (IA) pour concevoir des malwares de la nouvelle génération encore plus efficaces pour passer outre les bacs à sable (sandboxes) des navigateurs et tromper les programmes de sécurité qui tentent de détecter le code malveillant avant qu'il ne soit déployé dans les systèmes des entreprises.

 

Attaques cyber-physiques

 

En 2018, on constatera que …Lire la suite dans le Huffington-Post Algérie

 


Évaluer cet élément
(3 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP 10.01.18 "l'Alternance aux présidentielles de 2019 n'est pas impossible:en voilà les conditions"

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Abderezak Dourari professeur des langues. "Le pouvoir algerianise son cosmos identitaire, tant mieux

A ne pas manquer

Prev Next

Le FMI dément vouloir imposer l’austérité à la Tunisie

Les déclarations qui se veulent rassurantes de son porte-parole aujourd’hui surviennent après les récentes protestations déclenchées par des mesures de la loi de finances 2018 ayant entraîné une hausse des prix du gasoil, des automobiles et des services de téléphonie et d'accès à internet.

De nouveaux investissements pour le secteur automobile tunisien (document OBG)

  Assembler les véhicules sur place permet aussi aux constructeurs de  contourner les quotas d’importation controversés actuellement en vigueur. Si la Tunisie a soi-disant libéralisé son régime légal des importations, la réalité est quelque peu différente, et les concessionnaires ne sont autorisés à écouler qu’un quart de leurs quotas à chaque trimestre.

Maroc - En 2017, pour la deuxième année consécutive, le déficit commercial s’est creusé

Il a progressé de 2.6%, enregistrant 189,8 milliards de dirhams, soit 6,7 milliards d’euros, contre 185 milliards en 2016. Autrement, dit, les exportations n’ont couvert que 56,3 % des importations. Le redressement des prix du brut a ainsi sévèrement pénalisé le royaume qui importe la quasi-totalité de ses besoins énergétiques.     Le déficit commercial du Maroc, selon l’indicateur préliminaire des échanges extérieurs...