Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 25 Mai 2017

  •   Farid Farah
  • samedi 14 mai 2016 11:24

Un bug d’Internet est annoncé pour 2023 !

Le passage de l’informatique vers le 21ème siècle a été suivi avec une grande attention et surtout un soupir de soulagement. Les ordinateurs, faut-il le rappeler, ont accepté l'existence des années 2000 et le fameux bug de l’an 2000 ne s'est jamais produit. Aujourd’hui, des chercheurs et experts en télécommunications évoquent un autre bug. C’est celui qui risque de provoquer une rupture du fonctionnement de l’Internet. Ce signal d’alerte a été lancé, il y a quelques mois, par Andrew Ellis, professeur chercheur à l’université d’Aston de Birmingham en Angleterre, qui a souligné que la toile mondiale sera confrontée en 2023 à un bug baptisé « capacity crunch », ou l’étranglement de la capacité, un problème qui pourrait freiner l’acheminement des flux des données de plus en plus importants. Aujourd’hui, Internet évolue vers des fonctions de plus en plus diversifiées, notamment dans le domaine de l’économie et des finances. Il est devenu le support le plus important de transmission de l’information. Toute personne sur cette planète disposant d'un accès à l'internet est libre de publier ou créer tout type de contenu relatif à tout type de sujet. Cette diversité est à l’origine de la progression incessante des échanges de données dans la toile.

Selon Andrew Ellis, qui se base sur des analyses du trafic réel de l’Internet, cette croissance de la data pourrait générer un débordement incontrôlable provoquant une panne d’Internet. Actuellement, les câbles en fibre optique transportent plus de 99% du trafic mondial des données numériques, y compris le gigantesque flux data provenant des réseaux mobiles 4G et 3G. Le boom de la télévision IP, le streaming vidéo et la quantité croissante de terminaux mobiles connectés en permanence, ont fait exploser le volume des données échangées entre les 50.000 réseaux formant Internet. Avec les arrivées prochaines de l’Internet des objets et de l’authentification biométrique dans le m-banking, l’évolution du volume data prendra une trajectoire exponentielle. Et le jour où la demande en débit dépassera l’offre réalisable, le bug de l’effondrement d’Internet se produira. Selon ce chercheur britannique, il se produira vers l’année 2023. « Au labo, nous n’avons pas pu faire passer une seule donnée supplémentaire à travers un câble en fibre optique saturé », a-t-il alerté. L’opération de l’augmentation du nombre des câbles, jugée très budgétivores par les économistes, ne lèvera pas l’alerte puisque cette solution fera croitre la consommation de l’électricité et le Net s’effondra faute de puissance électrique. Reste à espérer que l’ingéniosité humaine désactivera ce bug… à temps.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Succession:Benyelles espère que Gaïd Salah aura la "sagesse de laisser les urnes décider"

Sondage

Le ministre du commerce algérien parle d’une réduction de 15 milliards de dollars des importations en 2017.

Vidéos

En prolongeant le bail des français à B2-Namous, Boumediene a hâté l'évacuation de la base de Mers el-Kébir - Général R.Benyelles

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie - La Banque centrale se félicite du taux de croissance au 1er trimestre 2017

Ce taux atteint, selon elle, 2,1% en glissement annuel contre 0,7% une année auparavant.

L'Algérie propose la mise en place d'un comité OPEP-non OPEP pour l'évaluation du marché énergétique

Pour le ministre de l’Energie algérien, Noureddine Boutarfa il est nécessaire "d'évaluer le marché de manière plus globale et regarder l'impact de toutes les offres d'énergies notamment les renouvelables ainsi que le gaz et le pétrole de schiste, afin de pouvoir discuter entre producteurs et voir quelles mesures peuvent être raisonnablement prises".

Algérie-Immobilier : Le "Yes we can" de M’hamed Sahraoui, promoteur et président de l’ONIP

  Les promoteurs algériens sont à la hauteur et peuvent faire marcher le secteur de l’immobilier sans qu’il y a besoin de recourir aux entreprises étrangères, a estimé jeudi, M’hamed Sahraoui, promoteur et président de l’Organisation Nationale des promoteurs immobiliers (ONPI).