Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 21 Août 2017

  •   Farid Farah
  • samedi 21 mai 2016 10:32

Le "All Cloud" pour la "mise en réseau" de l’Algérie

Aujourd’hui, les Directeurs des Systèmes d'Information (DSI) sont à l’aube d’une transformation majeure de l’informatique. Les professionnels de ce secteur stratégique qualifient le Big Data, la simulation, la virtualisation et le Cloud Computing de vecteurs incontournables de la transformation numérique de tout processus économique. Selon les spécialistes, cette transformation a besoin de nouvelles ressources informatiques qui permettent des déploiements flexibles. Avec l’avènement du « All Cloud », les entreprises et les administrations cherchant à se « mettre totalement en réseau », dans le cadre de leur transformation digitale, auront le choix technologique pour relever les défis multidimensionnels qui accompagnent un tel processus. En Algérie, les entreprises ont raté le virage de la virtualisation des serveurs faute de stratégie informatique et de vision stimulante. Envisager alors les plateformes Cloud pour rattraper le temps perdu serait impératif pour le pays, dans la mesure où cette opération constitue l’unique moyen pour faire face aux bouleversements numériques à venir.

Selon des bureaux d’études, le « All Cloud » promet d’être omniprésent ces prochaines années. Les analystes évaluent à 20% les budgets IT qui seront consacrés, d’ici à 2020, pour cette nouvelle architecture informatique. Son rôle de moteur du passage des modèles économiques vers le tout numérique, et de vecteur de nouvelles initiatives dans la gouvernance des systèmes d’information, invite les DSI à changer de stratégie en adoptant une approche plus réelle dans le grand chantier de la transformation numérique. Aussi, le « All Cloud » apporte une agilité et flexibilité aux services IT donnant ainsi aux DSI la possibilité de disperser un système d'information sur des serveurs multiples à forte capacité, accessibles sur Internet via des liaisons à haut débit et prises en charge par un ou plusieurs prestataires. Ce procédé vise à permettre aux entreprises de bénéficier en ligne des ressources logicielles virtuellement illimitées en capacité de mémoire et en puissance de calcul grâce à la technique Saas (Software as a Service). Le délai entre le démarrage d’un projet de transformation numérique et sa réalisation s’en verra ainsi raccourci, en évitant toutes les phases de commande, de livraison, de tests et d’installation. L’optimisation des coûts d’investissement et l’accélération de la vitesse de développement des applications partagées seront ainsi réalisées.

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

La fabrication des panneaux solaires coûterait très cher à l’Algérie-Pr Omar Aktouf

Sondage

L’Algérie a battu ce mois de juillet un nouveau record du pic maximum appelé (PMA) en électricité. Le PMA oblige Sonelgaz à un investissement de plus de 500 milliards de dinars par an.

Vidéos

L’ambassadeur italien à Alger a évoqué sur Radio M le procès Saipem et l’investissement de Cevital en Italie

A ne pas manquer

Prev Next

L’Algérie a obtenu l’accord de la CICTA pour la mise en place de trois fermes d’engraissement du thon

 ` L’Algérie a obtenu récemment l’accord de la  Commission Internationale pour la Conservation des Thonidés de l’Atlantique (CICTA), pour la mise en place de 3 fermes d’engraissement du thon sur le territoire national.

Lahouari Addi:"Dire que le Président Bouteflika et son frère décident de tout est une légende"

Pour professeur de sociologie à Sciences Po Lyon, Lahouari Addi, l’Algérie est toujours dirigé par des appareils clandestins qui fonctionnent selon la logique hérités du Mouvement national et Ouyahia « est le haut fonctionnaire qui applique les compromis entre les différents centres de décision »

Maroc : le déficit de la balance commercial s'aggrave de 6,9% à fin juillet

L’aggravation du déficit  est imputable à l'augmentation des importations (+16,5 MMDH), plus importante que celle des exportations (+9,3 MMDH), explique l'Office des changes.